Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Revue de presse Afrique / À la Une : Une femme Premier ministre en Tunisie

« C’est une première en Tunisie et dans le monde arabe », s’exclame le site tunisien Business news . « Le président de la République Kaïs Saïed a décidé, hier mercredi, de désigner une femme, donc, Najla Bouden, pour former le gouvernement. »

« Née en 1958 à Kairouan, précise Webdo, autre site d’information tunisien, la nouvelle résidente de la Kasbah est professeure de l’enseignement supérieur à l’École nationale d’ingénieurs de Tunis, spécialisée en géosciences. Elle occupait jusqu’à présent le poste de chargée de mise en œuvre des programmes de la Banque mondiale au ministère de l’Enseignement supérieur, des Sciences et de la Recherche. »

Elle était jusque-là totalement inconnue du grand public.

Dans une première déclaration en tant que cheffe du gouvernement, relayée par le site Réalités, Najla Bouden affirme : « aujourd’hui, j’ai eu l’honneur d’être chargée par le président de la République Kaïs Saïed de former le nouveau gouvernement tunisien dans les plus brefs délais. Notre mission principale sera de lutter contre la corruption. »

A peine nommée, déjà dénigrée…

Et ça ne sera pas son seul défi, pointe le site d’information Tunisie Numérique : « sur le plan international, Bouden doit être consciente que sa nomination est loin d’être appréciée par les partenaires, surtout économiques, de la Tunisie, affirme Tunisie numérique. Pour eux, elle ne remplit pas en effet les conditions requises pour conduire le gouvernement tunisien, puisqu’ils avaient fait part de leur souhait de la nomination d’une personnalité compétente en économie, jouissant, en plus, d’une certaine notoriété à l’étranger. Les partenaires économiques avaient en effet émis ces « souhaits » afin de pouvoir garantir un usage optimal des fonds qu’ils vont devoir débloquer au profit de l’économie tunisienne. De ce fait, Bouden devra être très rigoureuse sur le choix de ses collaborateurs, notamment, le ministre qui sera chargé de l’économie et de la coopération internationale. Ce qui sera beaucoup plus facile à dire qu’à faire, pointe le site tunisien, quand on sait qu’elle n’aura pratiquement aucune marge de manœuvre dans le choix des membres de son gouvernement. »

Et puis « sur le plan local, poursuit Tunisie Numérique, Bouden va devoir se préparer à composer avec une classe politique hostile, mais, surtout, elle va devoir convaincre les partenaires sociaux. On pense, notamment au patronat, et, surtout au syndicat UGTT qui a déjà affiché une hostilité de principe à son égard, du fait que Kaïs Saïed l’a choisie de façon unilatérale, sans prendre en considération les partenaires sociaux et leurs choix. »

Aux ordres du président…

La première ministre tunisienne n’aura donc pas les coudées franches… « Le 22 septembre, le président Saïed a abrogé la Constitution, rappelle Le Point Afrique, lui substituant un décret présidentiel qui lui permet de gouverner seul sans aucun recours possible contre lui. L’article 8 de cette « mini-Constitution » rédigée par Kaïs Saïed précise que « le pouvoir exécutif est exercé par le président de la République assisté d’un gouvernement dirigé par un chef du gouvernement ». Madame Bouden ne bénéficiera donc pas des pouvoirs des sept messieurs qui l’ont précédée dans le bureau de la Kasbah. Elle agira sous les ordres du président. »

Un contexte économique difficile…

Et « c’est dans un climat d’inquiétude liée à l’arrêt des institutions démocratiques que la future cheffe du gouvernement devra évoluer, relève encore Le Point Afrique. Si l’opération mains propres prédomine, de lourds dossiers économiques et sociaux patientent. (…) Le Covid a aggravé, comme partout, une situation qui devenait structurellement périlleuse. Le taux de chômage atteint 17,9 % quand l’inflation est à 6,2 %. Toutes les entreprises publiques sont dans le rouge. Le pays a connu des problèmes importants d’approvisionnement en eau potable durant l’été. Le tourisme et le phosphate sont les deux piliers de l’économie. La pandémie a balayé un secteur qui compte pour 14 % du PIB, et qui fait vivre de façon directe et indirecte un demi-million de Tunisiens. Les recettes générées en été permettaient de vivre l’hiver. Depuis deux ans, ce n’est plus le cas. Quant au phosphate, corruption et grèves ont amoindri sa productivité. »

Enfin Libération en France s’interroge : « Le Président Kaïs Saïed a-t-il choisi une femme pour entrer dans l’histoire, faire diversion sur sa prise de pouvoir autoritaire et ainsi gagner du temps avant de présenter une nouvelle Constitution à sa mesure ? Les premiers discours et la composition du gouvernement de Najla Bouden devraient donner des éléments de réponse. »

(Avec RFI)

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot