Le Café qui réveille l'Info

Revue de presse Afrique / À la Une : des mercenaires russes au Mali ?

C’est l’agence Reuters qui a lancé l’information ces derniers jours. Depuis, d’autres sources, notamment citées par Jeune Afrique, le confirment :  » Depuis début septembre, un contrat est prêt à être signé entre l’État malien et une société militaire privée liée au groupe russe Wagner. Le document prévoit le déploiement de mercenaires dans le pays, en liaison avec l’armée malienne, et la protection de hautes personnalités. L’entreprise russe serait payée 6 milliards de FCFA, soit environ 9,1 millions d’euros. »

L’une des sources de Reuters évoque l’arrivée de 1 000 mercenaires, quand d’autres indiquent des chiffres un peu plus bas. Depuis plusieurs mois, rappelle Jeune Afrique, des envoyés du groupe Wagner se livraient à un intense lobbying auprès des autorités de la transition malienne, et en particulier de Sadio Camara, lequel s’était encore rendu en Russie en août dernier. Si Bamako a déjà signé en 2019 un accord de défense avec la Russie, ce contrat est en revanche le premier liant les autorités maliennes à une société militaire privée d’obédience russe. »

Propagande anti-française

« Pour des raisons politiques et économiques, la Russie cherche à reprendre pied en Afrique, pointe L’Informateur à Bamako. D’où son intérêt pour la Centrafrique, où, en échange de concessions minières, elle a envoyé des armes et des « instructeurs », en réalité des « mercenaires » de la société militaire privée Wagner. Et le tout accompagné d’une propagande anti-française. »

Et L’Informateur de s’interroger : « Qu’en sera-t-il pour le Mali, aidé par la France pour combattre les groupes terroristes ? »

En tout cas, poursuit le site malien, la France fait feu de tout bois sur le plan diplomatique pour contrer cet accord : « Paris craint que l’arrivée de mercenaires russes au Mali ne déstabilise davantage la région et compromette la lutte antiterroriste au Sahel au moment où la France cherche à transformer l’opération Barkhane en coalition internationale impliquant davantage ses alliés européens. »

Contre-offensive diplomatique de Paris

En effet, précise Le Point Afrique, le président Emmanuel Macron estime « incompatible » la présence militaire française et celle de mercenaires russes au Mali, assure-t-on de source proche de l’exécutif. « L’arrivée de paramilitaires russes constituerait une ligne jaune pour la France, déjà échaudée par un second coup d’État en un an au Mali, en mai dernier, et alors que Paris, conjointement avec la CEDEAO pousse avec difficulté la junte à tenir ses engagements à organiser des élections pour ramener des civils au pouvoir. »

Côté malien, relève L’Informateur, « un porte-parole de la junte au pouvoir à Bamako affirme ne pas être au courant d’un tel projet d’accord avec Wagner. « Ce sont des rumeurs. Les officiels ne commentent pas les rumeurs. » Le porte-parole du ministère malien de la Défense déclare de son côté que « l’opinion publique malienne est favorable à une coopération accrue avec la Russie vu la situation sécuritaire », tout en assurant « qu’aucune décision n’a été prise sur la nature de cette coopération ». »

Après la Françafrique, la Russafrique ?

« Après la Libye et la Centrafrique, les Popov lorgnent donc le Sahel via le Mali », s’exclame le quotidien Aujourd’hui à Ouagadougou. « Si toutes ces informations s’avéraient, cela signifierait donc qu’il faudrait aussi prêter foi aux miasmes russes qui auraient entouré le coup d’État du 18 août 2020. Mais Wagner, au Mali, au-delà des accusations de prédations, de non-respect des droits de l’homme, c’est aussi une estocade à la France dans son pré carré, après celui de la RCA, relève encore Aujourd’hui. La question que doivent se poser les Sahéliens est de savoir ce qu’ils gagneraient avec les Russes, car il faut cesser d’être naïf. Si la Russafrique devait être un pâle avatar de la Françafrique… alors ce sera kif-kif bourricot ! »

Le Mali a-t-il vraiment besoin des Russes ?

« Attention à ne pas jouer avec le feu ! », renchérit WakatSéra. « En faisant débarquer dans la maison, des mercenaires qui n’ont aucune limite dans leurs actions… »

Et puis le Mali a-t-il vraiment besoin d’une aide extérieure ? s’interroge le site burkinabè. « Les sommes astronomiques qui serviraient à payer la société Wagner ne pourraient-elles pas permettre d’équiper davantage les soldats maliens et leur offrir des conditions de vie meilleures ? »

Enfin, se demande encore WakatSéra, « si tous ces colonels maliens, qui ont déserté les casernes, happés par les vertiges du trône, faisaient de la lutte contre l’agression du Mali leur devoir, le pays aurait-il encore besoin de confier sa sécurité et sa défense à des « instructeurs » budgétivores venus d’ailleurs ? »

(Avec rfi)

Les commentaires sont fermés.