Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 20 juin 2021

1-Affaire des nervis : Seydou Guèye, minsitre en charge de la communication présidentielle, se prononce

« Chaque fois qu’il y a des scènes de violences, c’est condamnable et regrettable, d’où qu’elles viennent. Et dans le cas d’espèce, nous avons un cortège protégé par les forces de sécurité régulière. Il peut arriver ici ou là que d’autres hommes et femmes se mêlent au jeu de la sécurité, mais notre philosophie, ce n’est pas de recruter des nervis. Quand on est en fusion avec les populations, on n’a pas besoin de recourir à ces stratagèmes », dit-il dans une interview accordée à L’Observateur.

Seydou Guéye est également revenu sur le cas des jeunes transportés pour grossir les rangs du régime lors de la tournée du chef de l’Etat au nord du Sénégal. « Quand on a 95% quelque part, on n’a pas besoin de transporter des populations. Mais, ce que je retiens comme leçon, c’est la perspective de faire 100% à une prochaine consultation électorale, puisqu’il y a le travail qui engendra une telle récompense », a-t-il expliqué.

2-Nouveau variant indien au Sénégal : Dr Malick Diop alerte et demande de se préparer à une grosse vague de contaminations

Dr Malick Diop est certainement l’un des acteurs politiques les plus impliqués dans la lutte contre la pandémie Covid-19 dans notre pays. Invité du Grand jury de la Rfm, alerte sur l’imminence d’une nouvelle vague de contaminations avec l’arrivée du variant indien détecté par l’Institut Pasteur la semaine dernière au Sénégal. « Je n’ai pas espoir, les populations doivent avoir peur. Le variant indien c’est deux fois et demi plus d’infections avec un passage direct aux cas graves. Il y aura des gens qui l ‘attraperont sans s’en rendre compte parce que les symptômes ne commencent pas par la toux comme le virus classique mais plutôt par des céphalées », avertit docteur Diop. Pour lui, il faut parler aux populations pour qu’elles reprennent les bonnes habitudes et arrêter de défier le virus.

À DÉCOUVRIR

3-Prémices d’une campagne électorale violente : Le ministre des Collectivités territoriales a passé un sale quart d’heure, ce samedi, à Keur Ndiaye Lô. Oumar Guèye, en a été chassé alors qu’il effectuait une visite de courtoisie

Le maire de Sangalkam, accueilli par des brassards rouges, a été hué à Keur Ndiaye Lô. Oumar Guèye a été ainsi contraint de rebrousser chemin. A quelques mois, des Locales du 23 janvier 2022, il risque d’avoir du mal à battre campagne dans certaines parties de la commune où les populations nourrissent une colère noire contre lui. Les populations de Keur Ndiaye Lô sont en colère contre Oumar Guèye, après l’annonce du découpage administratif.

4-Une semaine après la mort par noyade de 10 jeunes, les autorités ferment la plage de Malika aux baigneurs

Les autorités locales ont exécuté la directive présidentielle du dernier conseil des ministres. La plage de Malika est désormais interdite à la baignade et les forces de l’ordre sont positionnées tout au long de cette plage qui bat des records de pertes en vies humaines depuis des décennies. Les jeunes, nombreux en cette période caniculaire, demandent aux autorités de baliser les zones dangereuses de la plage, de positionner des surveillants au lieu d’interdire la baignade aux milliers de personnes qui souffrent de la chaleur

5Alpha Condé rouvre la frontière avec le Sénégal, le président Bissau-Guinéen s’emporte : « Il faut dire la vérité à Alpha Condé qui n’avait pas le droit de fermer les frontières avec la Guinée-Bissau, le Sénégal et la Sierra Léone »

Le président de la Guinée-Bissau n’a pas du tout apprécié la signature d’un accord de défense entre la Guinée et le Sénégal, visant la réouverture de la frontière entre les deux pays. Dans un ton ferme, Umaro Sissoko Embalo a demandé à l’organisation sous-régionale de dire la vérité à son homologue guinéen, Alpha Condé, qui a décidé en octobre 2020, de fermer les frontières de son pays avec ses voisins du Sénégal, de la Guinée Bissau et de la Sierra Léone. Il a annoncé dans le même temps que son pays n’acceptera jamais de signer un accord pour la réouverture de sa frontière commune avec la République de Guinée.

« Je suis en train d’assister ici à une cérémonie que personne ne comprend. Nous ne comprenons pas, parce qu’il n’y a pas de guerre entre le Sénégal et la Guinée. En se basant sur l’esprit de la CEDEAO, nous devons dire la vérité au président Alpha Condé. Il n’avait pas le droit de fermer les frontières avec la Guinée Bissau, le Sénégal et la Sierra Léone. Moi, je n’enverrai jamais des ministres pour signer ce type d’accord », a dit Sissoko Embalo, dont l’intervention a été interrompue par son homologue ghanéen, qui est le président en exercice de la CEDEAO.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.