Le Café qui réveille l'Info

MARIAGE ET DIVORCE À DAKAR

Par Ndukur Kacc Essiluwa Ndao

Dr Fatou Binetou Dial sociologue qui a fait une partie de ses humanités à l’Université Gaston Berger de Saint Louis nous parle du divorce à Dakar. Un phénomène mondial qui a fini de destructuer ou restructurer les systèmes matrimoniaux. Pour avoir eu l’opportunité de lire les travaux Dr Fatou Binetou Dial, je peux résumer en trois tendances principales les mutations matrimoniales qui s’opèrent à Dakar et de façon générale au Sénégal

1. Précocité d’entrée en première union. Les filles sénégalaises se marient globalement très tôt même si l’âge d’entrée en première union a reculé du fait notamment de la variable scolarisation. Les filles restent plus longtemps à l’école.

2. Précocité de sortie (divorce). En règle générale, au bout de 2 ans de mariage, 1/3 des couples divorcent. Au bout de 5 ans, près des 2/3 ont fini de divorcer dans l’agglomération dakaroise. Des études croisées montrent par ailleurs que contrairement à des préjugés, la première variable explicative du divorce est l’intrusion de la belle mère et non la crise économique. Cette intrusion va jusqu’au cœur des appartements individualisés qui n’échappent à la violence symbolique des belles familles.

3. Précocité de remariage après 5 ans de divorce. Ce qui est intéressant c’est que les femmes divorcées qui se trouvent dans les tranches d’âge 40 ans et plus ont une probabilité proche de 1 de devenir au moins seconde épouse. C’est aussi un des indicateurs de la persistance de la polygynie dans les milieux urbains contrairement aux théories sur le modernisme. Lire à cet effet les travaux de Jeanne Nanitelamio ex. chercheure à l’IFAN.

Dr Fatou Binetou Dial est chercheure à l’institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN-UCAD).

Par Ndukur Kacc Essiluwa Ndao

Les commentaires sont fermés.