Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Devise nationale de l’Etat du Sénégal : Genèse, Ecriture et Ressemblance

Un peuple-Un but-Une foi

        L’Etat du Sénégal porte une devise dont l’origine panafricaniste échappe à l’attention de certains citoyens. Nombreux sont les concitoyens qui perdent souvent de vue que ce slogan national est d’émanation panafricaine.  Sa genèse est constamment occultée si bien que d’aucuns croient parfois que c’est une maxime étatique qui se restreint exclusivement à la nation « porte océane de l’Afrique ». Or, même s’il recoupe l’unitarité sociologique traditionnelle du pays, il reste que ce crédo trouve sa source dans le Panafricanisme. D’ailleurs, le Sénégal n’est pas le seul à le porter. Des variantes dudit message d’identification se retrouvent dans d’autres Etats souverains qui semblent s’être inspirés du même Maître à penser. C’est pour dire que cette mention revêt une dimension supranationale.

       Elle est empruntée par Senghor à Marcus Aurelius Garvey[1] le fondateur du Pan-négrisme qui est l’un des courants pionniers du mouvement panafricain. Dans son article intitulé « L’histoire contemporaine de l’Afrique, c’est le Panafricanisme », Anne Bocandé retrace l’historique de ce courant. Aussi soutient-elle:« Le panafricanisme a d’abord été un pan-négrisme, un sentiment de solidarité entre les Noirs déportés aux Amériques dans le cadre de la traite transatlantique ».[2] Ce bel historique porte à croire que le panafricanisme est préparé par le Pan-négrisme qui se présente comme un Pré-Panafricanisme, voire un Proto-Panafricanisme.

       Par ailleurs fondateur du Garveyisme, ce dernier qui s’est considéré comme « Moïse des Noirs » s’avère l’auteur de la phrase dont l’aphorisme senghorien est dérivé. Seulement, a priori, le texte du Président-Poète,  qui est écrit en langue francophone[3], ne dégage aucune trace  d’intertexte qui l’apparenterait à la formule garveyenne énoncée en anglais. Sans conteste, pour celui qui n’à jamais lu le message originel, établir la filiation peut paraître inévident. L’énoncé distinctif de l’Etat est plus récent et plus familier, ce qui donne l’impression que sa  formulation ne porte aucune influence antérieure. Mais, c’est sans compter sur les éléments génésiaques qui l’entourent. Malgré les différences linguistiques qui les opposent et l’écart temporel de plus de 40 ans entre Garvey et Senghor, les deux écrits contiennent, toutefois, les mêmes constituants et la même idée.

      De surcroît, l’inscription senghorienne laisse entrevoir un palimpseste tant par le contenu que par les mots. L’expression « Un peuple un but une foi » est une réécriture de  « One God one aim one destiny » qui constitue la devise de l’UNIA[4](Universal Negro Improvement Association). La version française donne mieux à voir cet apparentement. En effet, les trois composantes, qui forment le contenu du message(« Un Dieu ! Un but ! Un destin ! »), sont les mêmes éléments constitutifs de la devise du Sénégal. Par conséquent, « Un peuple Un but Une foi » reproduit le même  triptyque.

      Certes, dans la devise du Sénégal qui est l’hypotexte, les termes ne sont pas disposés dans le même ordre que celle de l’UNIA. La disposition des syntagmes de l’hypertexte, c’est-à-dire de la devise originelle, a été intervertie dans le passage fait par Senghor. Ce dernier a destructuré le schéma de la formule initiale et substitué ses vocables par leurs équivalences lexicales. D’ailleurs, c’est dans ce réamenagement que la devise nationale sénégalaise trouve son originalité.

      Cela revient à dire que la signification des paroles de l’UNIA n’a pas été altérée dans le travail de réappropriation fait par le poète. La sentence senghorienne recouvre la même intemporalité que les propos de Marcus Garvey. Le disciple de Garvey s’est tout simplement contenté de changer la lettre, mais sans modifier l’esprit de la devise. Abdoulaye Wade le reconnaît dans Un Destin pour l’Afrique. Frappé par la ressemblance entre les deux énoncés, il rétorque que cette écriture « rappelle étrangement la devise que Senghor a donné [sic] au Sénégal indépendant:  » Un peuple, un But, une Foi » »[5]. Cette affirmation établit bien la relation.

        Mais, il faut reconnaître qu’il ne s’agit pas d’un fait étrange comme il le mentionne à travers l’adverbe « étrangement ». Ce procédé est bien connu en littérature. C’est une réadaptation d’un texte antérieur auquel un auteur s’identifie. Roland Barthes, Julia Kristéva,  Gérard Genette et Michaïl Bakhtine, entre autres, sont largement revenus sur cette pratique littéraire dans leurs travaux. Celle-ci consiste à intégrer un écrit ancien dans un autre plus récent. Elle comporte différents niveaux comme l’intertextualité explicite qui est mise en œuvre ici.

        Comme il semble, le choix de cette inscription ne relève pas d’un phénomène ex nihilo. Le crédo donné à notre pays par Léopold Sédar Senghor est un dérivé de l’appel unioniste lancé au monde noir à  travers l’UNIA. C’est une relecture à travers laquelle le poète inscrit l’Etat du Sénégal dans la dynamique fédéraliste prônée par l’initiateur de l’Association universelle pour l’amélioration des Noirs (U.N.I.A). Il se rallie à l’action fédéraliste d’envergure nègre revendiquée par le fondateur du « Come back to Africa ». C’est sans nul doute, ce mouvement «  The repatriation » qui semble inspirer à Senghor sa fameuse théorie du « retour aux sources » intitulée « Comme les Lamantins vont boire à la source»[6].

         De même, le parrainage de la Fédération du Mali par cette devise répond à cet esprit. Son attribution à l’organisation fédérale est une identification au discours unificateur de l’initiateur du « sionisme noir»[7]. Cela est la raison pour laquelle, le Sénégal et le Mali gardent encore la même devise en signe de leur allégeance au panafricanisme. En Afrique, ce sont les seuls Etats unitaires souverains portant une devise fédérale. Mais, en dehors du continent africain, Guyana[8], en Amérique du Nord, en porte une dont les consonances s’apparentent à  celles de l’UNIA. Cette ancienne colonie britannique indépendante en 1964 semble avoir  repris l’énoncé princeps de l’UNIA. Comme l’a si bien fait Senghor, le libellé de son crédo a été disposé de manière inversée sous forme d’anagramme comme cela se voit ici : « Un peuple Une nation Un destin ! ».

       Au demeurant, il convient de dire que la devise de l’Etat du Sénégal est une variante de celle de l’UNIA de Marcus Aurelius Moses Garvey. Elle est à la fois extraterritoriale, extracontinentale et panafricaine. Elle constitue la devise la plus répandue et la plus reprise dans le monde noir. Par son adoption massive, lesdits Etats mettent en œuvre la pensée de Garvey qui semble avoir raison de proclamer: « Africa, a Nation, One and indivisible ».

Ndiayensis, le Passager du livre, Les carnets historiques de la République, Devise nationale du Sénégal : Genèse, Ecriture et Ressemblance, 04 avril 2021.

Mamadou NDIAYE, Professeur de lettres modernes au Lycée communal de Tamba-Counda, chercheur en littérature africaine d’expression française. ndiayesen@yahoo.fr  / 774105171     Bonne fête nationale !

[1] Marcus Aurelius Garvey ou Marcus Mosiah Garvey portait plusieurs surnoms dont les plus connus sont « Moïse des Noirs », « Hitler noir », « Empereur de l’Afrique », entre autres.

[2] Anne Bocandé, « L’histoire contemporaine de l’Afrique, c’est le panafricanisme ».

[3] La notion de  « langue francophone » semble plus commode actuellement que l’expression «  langue française », car il y a plus de  locuteurs francophones que de Français.

[4] U.N.I.A Universal Negro Improvement Association est une association universelle pour l’amélioration des Noirs initiée par Marcus Garvey en 1916-1917. Elle s’inscrit dans la continuité du combat du Pan-négrisme.

[5] Abdoulaye Wade, Un Destin pour l’Afrique, Paris, Karthala, 2000, p.105.

[6] Léopold Sédar Senghor, Postface : « Come les lamantins vont boire à la source », in Ethiopiques, 1956

[7] Le concept de « sionisme noir » se rapporte à la théorie du « Back to Africa » préconisée par Marcus Garvey en 1918. Il est aussi appelé, en anglais, « The repatriation » ou « Le retour aux sources ». C’est un concept précurseur de la Négritude.

[8] Guyana se trouve en Amérique du  nord contrairement à la Guyane qui est dans les Antilles françaises. Cette dernière est toujours un département français alors que l’autre est indépendant en 1964.

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot