Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Trafics, deals, vols, mœurs dans l’arène politique sénégalaise : sommes-nous réellement un modèle de démocratie ?

La politique c’est l’affaire des mains sales. Et si Senghor avait raison ? Même si nous nous ventons d’être la vitrine de la démocratie ouest-africaine, il n’en demeure pas moins que notre démocratie ait connu des pages très sombres de son histoire. De Senghor à Macky Sall, tous les gouvernements qui se sont succédé ont chacun marqué d’une manière regrettable la politique intérieure du pays. Des deals, des complots, des détournements de deniers publics et même des crimes ont parfois été orchestrés sur le dos des citoyens. Les raisons de ces pratiques malsaines sont dues à une envie de garder le pouvoir le plus longtemps possible ou d’y accéder sans éthique. Pour y parvenir, il faut savoir esquiver des coups et savoir en donner aussi. En somme, c’est la loi de la jungle. Il faut à la fois être rusé et prêt à sacrifier ses semblables pour sa survie. Dans l’arène politique, le sang coule à flot. Le vol et le mensonge sont aussi une règle pour certains.

Au Sénégal de grands hommes ont mis un terme à leur carrière politique après avoir été piégés dans des histoires de mœurs, de vol, ou d’autres délits dont seul le silence et la retraite politique pourraient les tirer d’affaire. Les plus coriaces tiennent tête en voulant sauver leurs projets et ambitions. Pour la plupart du temps ils se retrouvent derrière les barreaux aux risques et périls de leur image. Ces dernières années, le détournement de deniers publics et les affaires de mœurs ont été collés sur le dos de plusieurs personnalités dans le monde entier. Politiciens, journalistes, religieux, personne n’y échappe. Tous nourrissaient des ambitions politiques ou constituaient une menace pour les pouvoirs en place. On se souvent de l’histoire de Dominique Strauss Kanh avec Nafissatou Diallo. Alors président du Fonds Monétaire International, DSK était contraint de démissionner de son poste et de se retirer de la course à la tête du parti socialiste et du parti radical de gauche ce qui lui priva une participation à la présidentielle de 2012 en France. L’affaire Ousmane Sonko Adji Sarr fait penser certaines personnes à un complot dont le seul objectif serait d’éliminer un adversaire politique. Même s’il est aujourd’hui difficile de prendre position et d’indexer une quelconque partie, l’histoire peut nous faire douter qu’il  y aurait la main de l’Etat. Le 30 mars 2018 Khalifa Sall a été condamné d’une peine de 5 ans de prison ferme dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Cette condamnation lui avait privé de ses droits civiques notamment sa participation à la présidentielle de 2019. Khalifa était décrit à l’époque comme le principal challenger de Macky Sall. Karim Wade avait subi le même sort après avoir été condamné pour détournement de deniers publics.Tout porte à croire qu’après Khalifa et Karim c’est au tour d’Ousmane de dire adieux à ses ambitions politiques et surtout si dame justice confirmait la thèse du viol. Une affaire qui pourrait bien avoir des conséquences politiques pour l’opposition sénégalaise. En revisitant notre histoire politique, on se rend compte que ce n’est pas la première fois qu’un opposant soit « coupable » d’un crime et écarté définitivement de la scène. Tout ne commence pas non plus du régime de Macky Sall.

En 1962, le président Mamadou Dia avait été accusé de tentatives de coup d’Etat. Il fut arrêté et condamné à la perpétuité même si le procureur général n’avait requis aucune peine précise et sollicitait les circonstances atténuantes. Ses présumés complices dont Valdiodio Ndiaye, Ibrahima Sarr et Joseph Mbaye avaient écopé de 20 ans de prison ferme. Sous le régime d’Abdou Diouf, de hautes personnalités ont soit été arrêtées et emprisonné soient tuées. Le commissaire Sadbou Ndiaye qui détenait des informations compromettantes contre le régime de Diouf est mort dans des conditions non encore élucidées. L’enquête n’aura rien donné sur les circonstances de son meurtre.  Le juge Kéba Mbaye était victime de menace de mort et était contraint de démissionner de son poste de président du conseil constitutionnel. Même sa famille n’était pas épargnée de ces menaces. Le vice-président du conseil constitutionnel Me Babacar Sèye a lui aussi été tué. Un crime politique dont l’auteur n’est toujours pas démasqué.

 Des crimes ont aussi été perpétrés et des opposants arrêtés sous l’ère Wade. L’actuel président de la république doit en partie son élection à ses bisbilles avec Abdoulaye Wade. Celui qu’il a remplacé à l’époque à la primature, Idrissa Seck actuel président du conseil économique social et environnemental a lui aussi été jugé et emprisonné dans l’affaire des chantiers de Thiès. Au-delà de l’arrestation des opposants qui constituaient une menace pour le président, des citoyens ont aussi perdu la vie en voulant défendre les valeurs de notre démocratie. Balla Gaye, Moussa Ndiaye coordonnateur national du mouvement TEKKI, Mamadou Diop et tant d’autres jeunes ont péri sur les champs de bataille. L’actuel maire de Thiès Talla Sylla a lui aussi été victime d’une atroce agression.

Ces malheureux événements nous interpellent sur plusieurs questions. Pourquoi seuls les opposants sont victimes d’agressions, de menaces de mort ou de crimes ? Pourquoi seuls les journalistes farouches au pouvoir sont poursuivis et emprisonnés ? Pourquoi les membres de la société civile qui s’opposent à l’oppression et qui luttent pour une justice équitable sont persécutés ? A ce rythme, on peut dire à tort ou à raison que les opposants sont les délinquants de la république. Ce qui laisserait encore une fois une tache sombre sur la démocratie sénégalaise.

En attendant de voir quel sera l’aboutissement de l’affaire Sonk-Adji Sarr, il faut noter que le sexe est un argument politique très solide qui sert à piéger et détruire des opposants. Cette technique même si elle est efficace n’honore malheureusement pas l’image de la femme qui sert d’appât contre tout honneur et dignité. Ce qui revient encore à confirmer le président Senghor. « La politique est l’affaire des mains sales. »

Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot