Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 23 mars 2021

1- Situation politique : Macky Sall, qui n’a pas apprécié les dernières sorties de ses partisans, compte sévir…

Sonnés par les émeutes suite à l’arrestation de Sonko, les partisans du chef de l’État semblent vouloir reprendre le dessus.
Résultat des courses, ils multiplient les sorties intempestives, sapant ainsi tout le travail de pacification de l’espace public.
D’après L’AS repris par Seneweb, Macky Sall n’aurait pas apprécié « les sorties maladroites du ministre de la Justice, Malick Sall, du député Aliou Dembourou Sow… ».
Pis, le président de la République, qui va sévir incessamment, compte apporter des changements radicaux dans son gouvernement.
« Il y a de fortes tractations au Palais pour sonner le vrai temps de l’action », indique le journal.

2- « Il sera difficile de faire disparaître Sonko » : La phrase, de l’ancien ambassadeur de France Rufin, qui a fait sortir Sonko de ses gongs…

Le patron du Pastef a profité d’une visite aux amis de Dame Mbodj pour réagir aux propos de l’ancien ambassadeur de France au Sénégal, Jean Christophe Rufin : « Nous avons tous entendu aujourd’hui, un ex ambassadeur d’un pays qui donne son opinion, en soi, ça pose problème. Un ambassadeur ou ex ambassadeur du Sénégal n’ose pas aller se prononcer sur la politique intérieure française. Mais ici, on invite même des ambassadeurs dans des émissions pour qu’ils se prononcent sur des procédures judiciaires en cours au Sénégal.

Un ambassadeur qui le ferait ne resterait pas une heure de plus en France. C’est inadmissible. Que cet ambassadeur puisse dire qu’il sera difficile de faire disparaître Sonko, l’est encore plus. Disparaître: c’est un lapsus révélateur. Et il n’invente rien parce-que c’est en Afrique qu’on a l’habitude de faire disparaître des opposants. Jean Christophe Rufin ne l’aurait jamais dit en France. Qu’on le comprenne au premier degré, c’est à dire une disparition physique, ça pose problème. Mais on l’a vu et revu en Afrique. Au second degré, une disparition organisée, beaucoup plus pernicieuse en instrumentalisant la justice ça pose toujours problème. Nous n’avons pas des États démocratiques. On ne nous prend même pas au sérieux », peste le leader du Pastef.

3- Variant britannique au Sénégal : Le Pr Souleymane Mboup alerte et met en garde contre une troisième vague

Sur le même sujet

Selon le directeur de l’IRESSEF, ce virus comporte huit mutations alors que le premier en compte six. Le variant britannique, détecté sur le territoire sénégalais avec un deuxième cas officiel, inquiète les professionnels de la santé.
Selon le président de l’institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) de Diamniadio, il « est caractérisé par sa vitesse de propagation. On a vu que sa propagation est 70 % plus rapide que le précédent », avance Souleymane Mboup dans Lii quotidien.
« Ce variant, ajoute le spécialiste, existe et circule au Sénégal. Il circule à bas bruit, c’est-à-dire que le fait de ne pas le trouver ne signifie pas qu’il n’est pas là ». Le variant vient de faire un mort à Mbour, ce lundi.

Suivez-nous sur Facebook

4- Décrispation : Le Khalife Serigne Mountakha Mbacké remet 50 millions au FRN pour les familles des victimes des manifestations

« Une délégation du Khalife général des mourides conduite par Serigne Bass Mbacké Porokhane rencontre les leaders du FRN », le Front de résistance nationale, mardi, à la Résidence Mamoune, sur la Voie de dégagement nord (VDN), informe le communiqué du FRN.

Le communiqué précise que cette rencontre sera suivie d’un point de presse à 18 heures. Pour rappel, plusieurs chefs religieux, dont le khalife général des mourides, ont entrepris une médiation entre le pouvoir et l’opposition, suite aux violences provoquées par l’affaire visant le député Ousmane Sonko, accusé de « viols répétés’’ et de ’’menaces de mort’’ par une employée d’un salon de massage dakarois.

5- La diplomatie sénégalaise en deuil : Le Consul du Sénégal à Abidjan est décédé

Triste nouvelle pour la diplomatie nationale et pour les sénégalais établis en Côte d’Ivoire. En effet, le Consul Abdou Karim Basse a été rappelé à Dieu ce mardi matin. Présent à Abidjan pays des lagunes depuis huit ans, le consul était, dit-on, proche de la communauté sénégalaise établie sur place. Il était au Sénégal il y a juste deux semaines, informe Dakaractu, sans doute pour dire adieu à sa Nation.
Il devrait être inhumé dans sa ville natale de Ourossogui.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.