Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 19 Février 2021

1- Abass Fall responsable de Pastef-Dakar, l’épouse de l’administrateur du Pastef Patricia Diop, l’activiste Fatima Mbengue et cie déférés au Parquet

En effet, les quatre personnes dont l’épouse de Birame Souléye Diop, administrateur du parti Pastef, sont en route pour le parquet. D’après les sources de L’Asnews, les nommés Patricia Maréme Gandoul, Abass Fall, Fatima Mbengue, Bawaré Dia et Dahirou Thiam sont poursuivis pour « diffusion de fausses nouvelles, diffusion de messages contraires aux bonnes mœurs ».

Les sources de l’As précisent que ces personnes citées devraient être déférées dans les prochaines heures. Leur arrestation fait suite à une affaire de « messages des téléphones » que détenaient l’épouse de l’administrateur de Pastef et Abass Fall, coordinateur de Pastef Dakar. Selon nos confrères, d’autres arrestations sont attendues.

2- Pandémie Covid-19 : Le couvre-feu prorogé d’un mois à Dakar et à Thiès

Le décret est déjà signé et le couvre-feu assorti des mesures déjà annoncées sera prolongé d’un mois, selon la RFM. Le couvre-feu seul ne suffit pas à arrêter la propagation, selon  le Pr Pape Gallo Sow  interrogé par la RFM. Le spécialiste préconise plutôt un confinement de toutes les régions pendant une durée de 15 jours, pour freiner la maladie. Autrement, le Pr Sow pense que même avec le démarrage de la vaccination, le Sénégal aura du mal à sortir sitôt de la pandémie. Le premier couvre-feu prend fin demain samedi.

3- Les chauffeurs de cars rapides augmentent les tarifs dans la région de Dakar et s’attirent les foudres des usagers de transport

Les autorités ne doivent pas laisser continuer les dérives sur le transport en commun dans la région de Dakar. Les chauffeurs de Cars rapides profitent de la pandémie, notamment du couvre-feu, pour augmenter considérablement les tarifs. 

Une augmentation qui ne repose sur rien d’autre que la situation actuelle et de l’affluence à certaines heures, quand les gens sont pressés de rentrer à cause du couvre-feu. A Arrêt Guédiawaye, Patte d’oie, Liberté 6 et autres, les Dakarois sont très remontés. Ils appellent les autorités, notamment le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, à sévir pour arrêter cette anarchie.

« Toute augmentation constituerait une infraction à la réglementation sur les tarifs de transport routier, notamment la loi n° 94-63 du 22 août 1994 sur les prix, la concurrence et le contentieux économique », avait alerté le ministre le 12 juillet 2020, lors  d’une augmentation des tarifs des transports urbains, rappelle Senego.

4- Frapp et le Pastef annoncent l’arrestation de trois de leurs membres devant la Préfecture de Dakar (Communiqué)

« (Venus) déposer aujourd’hui une lettre pour informer le préfet de Dakar de la manifestation qui aura lieu la semaine prochaine pour exiger la libération de tous les prisonniers et des citoyens (arrêtés par) la Dic depuis plusieurs jours, trois de nos camarades viennent d’être arrêtés par Macky Sall au moment où ils s’adressaient à la presse.

Lath et Adama, membres de Frapp- Dakar et Papis, membre de Pastef-Dakar, viennent d’être embarqués par la police au moment où ils informaient les journalistes de la feuille de lutte contre la dictature de Macky Sall.

Le Secrétariat exécutif national (Sen) de Frapp dénonce énergiquement ces violations par le Président Macky des droits les plus élémentaires des citoyens. Depuis un certain temps, déposer une lettre, s’adresser à la presse, sont devenus des crimes au Sénégal.

Le Sen de Frapp réitère son appel à la mobilisation du peuple sénégalais dans cette lutte contre l’arbitraire, l’injustice, le recul démocratique, l’agression des libertés…

Le SEN de FRAPP

Dakar, le 19 février 2021 »

5- Galère sans fin des propriétaires de véhicules, non-respect de ses engagements, détournement d’un milliard : Mansour Faye met en demeure Veritas  gestionnaire du centre du contrôle technique des véhicules

Dans sa correspondance, Mansour Faye a fait savoir qu’il n’exclut pas de résilier la convention du 1er février 2011, signée avec Veritas pour la gestion de l’activité du contrôle technique des véhicules, des ouvrages dudit contrôle et de ses avenants, renseigne Libération. En cause: plusieurs manquements dont certains sont d’ordre financier. En effet, Veritas n’aurait pas  versé plus d’un milliard de Fcfa de redevances à l’Etat du Sénégal. En 2019 et 2020, il n’a pas ainsi versé les redevances d’exploitation conformément à l’article 38 du cahier des charges et aux avenants signés.

S’y ajoutent le non-paiement des redevances d’investissement des années 2017, 2018, 2019 et 2020 ainsi que l’absence totale de production des états financiers au plus tard le 30 avril de l’année précédente et l’absence de création d’une société dédiée, entre autres. Les de nombreuses pannes aussi, le non-renouvellement des équipements, la non prise en charge de l’aménagement du site de Diamniadio dénommé «Cctva Dakar 2 » ont exaspéré l’autorité. En effet, le 28 janvier 2016, Veritas s’était engagé à « financer entièrement», pour 500 millions de Fcfa, un second Centre de contrôle technique de la région de Dakar, «d’une capacité de 600 véhicules par jour». Cinq ans après, rien. (Avec Igfm).

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.