Le Café qui réveille l'Info

Fuite des cerveaux : pourquoi les jeunes formés à l’étranger ne veulent pas travailler au Sénégal ?

Ils sont titulaires d’un Master, d’une licence ou même d’un doctorat. Ces sénégalais après un brillant cursus scolaire ne font qu’accumuler les petits boulots. Des jobs alimentaires comme on dit dans le milieu scolaire. On les retrouve derrières les cuisines des restaurants pour faire la plonge, d’autres sont devant les magasins, les bars, les boîtes de nuit et d’autres structures pour servir d’agents de sécurité. Tous ces jeunes qui ont atteint le niveau de cadre ne pensent pas aujourd’hui retourner au Sénégal pour chercher un travail dans leur domaine d’étude. En Europe, la saturation du marché de l’emploi ne leur facilite pas l’intégration professionnelle. Pourtant beaucoup de ces diplômés nourrissaient avant le désir de rentrer au Sénégal, trouver le travail de leur rêve et fonder une famille. Les réalités du marché de l’emploi au Sénégal décideront autrement. M. Sarr est titulaire d’un master en économie sociale et solidaire. Aujourd’hui il travaille comme Plongeur dans un restaurant à Bordeaux. Selon lui, « quand tu rentres au Sénégal tu es confronté à deux problèmes. D’abord c’est la galère pour trouver un emploi. Ensuite le salaire qu’on propose est parfois trop bas. Personnellement je préfère rester ici et faire de petits boulots tout en étant mieux payé qu’un cadre au Sénégal. » Son avis est partagé par S. Thiaré titulaire d’un master en Mathématiques appliquées. « Je garde encore l’espoir de trouver un emploi en France. Je viens de finir mon Master et je cherche en même temps à m’inscrire en thèse même si trouver un emploi est ma priorité. » À la question de savoir s’il cherche un emploi au Sénégal, sa réponse est catégorique. « J’ai même pas pensé à regarder des offres au Sénégal. Tout ce que je pourrais faire là-bas c’est être professeur. Et dans ce cas je préfère continuer à faire la plonge au resto où je suis actuellement. Au moins je pourrais régler mes factures à la fin du mois et aider ma famille. »  Mariama, employée dans un établissement d’assurance ne partage pas cet opinion. « Moi si je suis restée en France aujourd’hui c’est par ce que j’ai directement trouvé un emploi après ma formation. J’étais en alternance et juste après mon stage ma boîte m’a proposée un contrat. Si j’avais pas trouvé un emploi dans les 6 mois qui ont suivis ma graduation j’allais rentrer au pays pour tenter ma chance« . Nous renseigne-t-elle.

En effet, le niveau des salaires jugé très bas est l’une des principales raisons de la fuite des cerveaux. Le niveau de chômage élevé fait également peur aux diplômés au point de préférer rester à l’étranger et ranger leurs sésames dans les tiroirs.

Dr. Fatou Soro Ouattara of the Association of Women Researchers in the Ivory Coast (AFEMC-CI). Picture taken March 5, 2013. REUTERS/Thierry Gouegnon

Idrissa Diémé est ingénieur en phytochimie. Même s’il a envie de servir au Sénégal, il veut d’abord avoir des années d’expériences. « Il me faut au moins 5 ans d’expérience dans une entreprise et je ne peux pas l’avoir au Sénégal. Ma filière n’est pas très développée en Afrique. Tôt ou tard nous serons obligés de retourner au pays. » Si pour certains le salaire que propose les entreprises n’est pas toujours séduisant, Idrissa Diémé ne se prend pas la tête pour des détails financiers. « Le salaire ne constitue pas vraiment un problème. Nous saurons nous adapter une fois au Sénégal. Mon grand frère était cadre à la BNP Paribas avec un salaire de plus de 4000 euros et il a tout laissé pour aller travailler à Ecobank au Sénégal. »

Sur le même sujet

On ne peut pas favoriser les jeunes formés à l’étranger sur le marché de l’emploi

Avec le contexte sanitaire actuel qui a mis à genou beaucoup de secteur, Il devient de plus en plus difficile de trouver un emploi en Europe. Pour les nouveaux diplômés, c’est une véritable course contre la montre. Pour rester dans certains pays comme la France après les études il faut trouver un emploi à défaut de quoi on peut être sommé de quitter le territoire français avec la délivrance d’un OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). Ce document prive aux étrangers de tous leurs droits. En cas de contrôle policier, la personne peut se faire rapatrier. Pour contourner ces paperasses avec la justice, certains étudiants après l’obtention de leurs diplômes, déposent une autorisation provisoire de séjour (APS). Ce document leur permet de rester sur le sol français pendant une année pour trouver un emploi dans leur domaine d’étude. Si le niveau des salaires et le chômage galopant au Sénégal  sont les principales  craintes des jeunes diplômés, les raisons sont autres pour les anciens. Ces derniers ont soit trouvé l’emploi de leur rêve, soit fondé une famille en Europe.

L’Etat du Sénégal travaille-t-il pour décourager la fuite des cerveaux ?

Emile Bakhoum est le directeur du service de gestion des étudiants sénégalais à l’étranger. Selon lui, Il est difficile de dicter aux jeunes là où ils doivent travailler dans l’avenir. « Beaucoup d’étudiants sont venus en Europe avec leurs propres moyens. Pour ces personnes, on ne peut pas les obliger à retourner au Sénégal.»   Par contre, les étudiants boursiers ont tous droit à un billet de retour après leurs études pour rentrer au Sénégal. Ça ne signifie pas non plus que si un étudiant récupère son billet et rentre au Sénégal il va y rester. Tous les étudiants qui ont une bourse d’excellence ont pris l’engagement de rentrer au pays après leurs formations. Poursuit Monsieur Bakhoum. Si la préférence des diplômes étrangers a existé sur le marché de l’emploi au Sénégal, aujourd’hui tel n’est plus le cas. Les entreprises préfèrent parfois les jeunes formés au Sénégal qui parfois ne demandent pas de salaire exorbitant comme ça peut être le cas avec d’autres. « On ne peut pas favoriser les jeunes formés à l’étranger sur le marché de l’emploi. C’est une compétition et c’est aux chefs d’entreprises de décider de qui prendre. » Souligne Monsieur Bakhoum. Il ajoute qu’il ne faut pas négliger la participation socioéconomique des sénégalais de l’étranger. La diaspora envoie au Sénégal environ 1000 milliards par an. Cette contribution peut être considérée comme une note positive de la fuite des cerveaux.  

ISMAILA SECK
Journaliste

Les commentaires sont fermés.