Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 18 Février 2021

1- Affaire Sonko-Adji Sarr : Le point à 13h

  • Birame Soulèye Diop  dément sa fuite annoncée et se dit prêt à déférer à la convocation de la police : «  je demande à nos avocats de déposer une plainte contre les accusateurs de mon épouse. Nos problèmes familiaux ne regardent absolument personne. Je suis totalement à la disposition de la DIC pour répondre à une convocation en patriote prêt pour la manifestation de la vérité, mais seulement la vérité et pas la force aveugle de l’oppression ou de la pensée imposée. Ne disparaissent ou ne fuient que les coupables. J’informe tout le monde que je suis chez moi. J’ai une adresse précise. Toute autre chose que l’on vous dirait est inexacte », assure l’administrateur du Pastef
  • Yeya Diallo rapporteur de la commission des lois de l’Assemblée : « l’Assemblée nationale a bien reçu deux lettres mentionnant le nom du député Ousmane Sonko »
  • L’activiste du Frapp Fatima M’bengue, membre du Frapp en garde-à-vue,  se confie à Guy Marius Sagna juste avant son arrestation : « Les arrestations de Abbas Fall, de l’épouse de Birame Soulèye Diop…sont des tentatives de nous divertir de l’essentiel : la résistance contre ce complot en cours depuis 2012 », a dit Fatima Mbengue à GMS
  • Les confidences d’Adji Sarr à L’OBS

«Je suis l’auteur de la plainte contre Ousmane Sonko pour viols répétés et menaces de mort. Un jour, Sonko s’est présenté à notre cabinet de massage pour des soins de son corps. Par hasard, c’est moi qui ai ouvert la porte. Il est donc parti dans la cabine sans passer par la salle d’attente. Il m’a alors demandé quel type de soins nous avons ici.

Je lui ai répondu que nous avons des soins tonifiants, sportifs, à quatre mains et du gommage du corps. Il a pris l’option du massage tonifiant, car se disant très fatigué ce jour-là. Je lui ai alors fait tout le massage.

À la fin, je lui ai dit que le massage est fini, mais il est resté couché. Je lui ai encore répété : “Tonton, le massage est fini”. Il m’a alors demandé si je le reconnaissais. J’ai dit non et je lui ai rétorqué que je n’avais pas besoin de le reconnaître. Il m’a dit que la seule manière de garder mon boulot est de le satisfaire. N’ayant pas le choix, je me suis déshabillée et me suis couchée sur la table où je lui faisais le massage. Après les rapports sexuels non protégés, Sonko me proposait toujours d’aller acheter une pilule »

2- Un autre front judiciaire sur l’affaire Sonko : Tahibou Ndiaye porte plainte contre Cheikh Yerim Seck

« Accusation de viol contre Sonko : son mentor, Tahibou Ndiaye, lui cherche des avocats et marabouts ». C’est l’intitulé de l’article incriminé publié par Yerim post, le 7 février dernier, rapporte les Echos.

Une pilule amère qui est passée en travers la gorge de M. Ndiaye qui n’a pas hésité à lui servir illico presto une citation directe pour diffamation dans cette affaire de viol présumé. Ainsi, le journaliste Yérim Seck s’expliquera devant le juge sur les propos jugés diffamatoires portés à l’encontre de M. Ndiaye. Son avocat dans la citation directe a mentionné que son client n’est ni de près ni de loin mêlé à cette affaire. Et depuis plusieurs années, il n’a pas rencontré le sieur Ousmane Sonko dont il n’est ni le mentor ni le pourvoyeur  d’avocats ou de marabouts. Et Tahibou Ndiaye se garde se garde d’annoncer le montant de la réparation du préjudice subi jusqu’au jour de l’audience.

3- Décès de 20 enseignants emportés par le Covid-19 : Le ministère de l’éducation nationale dément catégoriquement l’information

 « Il n’y a pas 20 morts chez les enseignants. Cette déclaration n’engage que le secrétaire général du Cusems. Le seul décès lié au Covid-19 dans l’espace scolaire est un directeur d’école à Touba Toul. Et le ministère n’a jamais caché cette information », assure Moustapha Diagne qui fustige la déclaration du syndicaliste du Cusems :

« M. Ndoye n’a fait aucune étude qui lui permet de faire ces affirmations. Et même s’il y avait ces décès, quelle est l’étude qui lui permet de dire que ces enseignants sont morts du Covid-19 ». Sur la récrimination du Cusems pour  le non-respect des gestes barrières dans les écoles, le directeur de la communication du ministère de l’éducation reconnaît le problème et précise : « le ministre est conscient du problème et il a donné des instructions aux inspections d’académies et aux IEF qui sont chargées d’assurer l’application sur le terrain. Le ministère avait donné 1,5 milliard pour l’achat de matériel de protection (lave-main, gel, savon…) en plus d’une distribution de 5 millions de masques».

4- Décès de Marcel Mendy : Le Covid-19 emporté un pilier et une référence dans le secteur de la presse

La presse sénégalaise est en deuil avec le décès de Marcel Mendy. Le journaliste et écrivain est décédé des suites de la Covid-19. Le défunt a été le Coordonnateur de la cellule de communication des Chambres africaines extraordinaires chargées de juger le président tchadien Hissene Habré. Marcel Mendy, connu pour son urbanité et son professionnalisme, a servi ces dernières années dans l’administration notamment au ministère de la justice.

5- Le Stade national Olympique inauguré le 22 février 2022

Dans exactement 12 mois, le Sénégal sera doté d’un complexe sportif de dernière génération. Débuté il y a 5 mois, le stade du Sénégal avance à grand pas. Et selon le ministre Matar Ba, les clés seront remises aux autorités le 22 février 2022, date prévue, pour l’inauguration.

« Le président a pris rendez-vous le 22 février 2022, pour l’inauguration du stade olympique de Diamniadio. Les travaux du stade avancent à grands pas. Les gens sont en avance par rapport à leur programme. Ils avancent plus vite que prévu », a annoncé le ministre des Sports, Matar Bâ dans l’Observateur.

Cette infrastructure devra coûter au contribuable la somme de 155 milliards de FCFA. D’une capacité d’accueil de 50 000 places, ce bijou inclut également deux stades d’entraînement dont l’un est équipé d’une piste d’athlétisme et d’une seconde tribune de 2000 places.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.