Le Café qui réveille l'Info

Rapatriement de corps : l’autre calvaire des Sénégalais de la diaspora

L’ultime volonté de beaucoup de sénégalais établis dans la diaspora est de reposer sur la terre qui les a vus naitre, auprès de leurs ancêtres. Un souhait qui sera difficile à réaliser pour certains. Le rapatriement des corps des défunts coûte une fortune que beaucoup de familles n’arrivent pas à supporter. Comment la diaspora sénégalaise répond à ce besoin de maintenir nos rituels funéraires ? 

Même s’ils existent des établissements (banques et assurances) qui offrent des assurances vie, nombreux sont ceux qui n’épargnent pas pour le respect de leurs dernières volontés. 

Travailler et gagner dignement sa vie, telle est la motivation qui anime beaucoup de Sénégalais établis en Europe. Pour eux, leur séjour est temporaire quel que soit la durée. La retraite, les vacances, et même la mort sont synonymes d’un retour au pays natal. Pour ce dernier cas de figure, les choses ne sont pas aussi simples qu’on peut le penser. Ce désir d’avoir des obsèques selon nos différentes traditions et croyances doit passer par le rapatriement du corps de la personne décédée. Toutefois, au-delà des formalités à remplir, il faut débourser une importante somme d’argent allant jusqu’à 4000 euros pour assurer le transport d’un corps depuis l’étranger. Certaines personnes épargnent de leur vivant pour que ce « dernier voyage » se passe de la meilleure des façons et dans la discrétion. Ce financement passe généralement par des assurances qui prennent en charge l’intégralité des frais de rapatriement du corps.  

Elles varient d’un établissement à un autre et selon l’âge de la personne. 

Même si de nombreux sénégalais partagent ce rêve de reposer auprès des leurs, ils ne s’y préparent pas tous à l’avance. Sans assurance vie et sans une bonne situation financière, le rapatriement d’un corps peut devenir très compliqué. 

Dans certains cas, les Sénégalais de la diaspora s’organisent pour trouver des solutions. Cela passe souvent par des cotisations ou d’autres campagnes de levées de fonds et de plus en plus via des cagnottes en ligne. 

Ces quêtes peuvent durer plusieurs semaines augmentant ainsi la douleur des familles éplorées qui attendent impatiemment la dépouille pour pouvoir faire leur deuil. 

En France la plupart des assureurs ne permettent pas aux personnes de plus de 70 ans d’initier un contrat d’assurance avec un service de rapatriement du corps. 

Les Sénégalais de Bordeaux à travers l’Union des Travailleurs Sénégalais de France (UTSF) ont mis en place une « caisse de solidarité » afin de prendre en charge les rapatriements, incluant les personnes de plus de 70 ans exclues des assurances classiques. 

Les membres de l’UTSF adhèrent soit en famille soit en individuel. Et selon notre interlocuteur Docteur Maka Mbaye, responsable de cette caisse de solidarité, elle compte près de 50 membres aujourd’hui. « Le critère qui permet d’en bénéficier est d’être membre de l’UTSF. Une association qui regroupe plusieurs nationalités dont des Sénégalais, des Guinéens, des Maliens, des Comoriens et même des Français», nous apprend Dr. Mbaye. « Les autorités nous font confiance», ajoute-t-il. 

Le paiement des frais de rapatriements des membres de cette caisse qui sont décédés ont été intégralement pris en charge.

« La diaspora bordelaise a aussi perdu d’autres personnes qui n’avaient pas adhéré à la caisse. Mais nous avons pu compter sur la générosité de la communauté sénégalaise de Bordeaux. Nous avons même recueilli plus que la somme nécessaire et nous l’avons versée à la famille éplorée », dixit Dr. Maka Mbaye. 

Le Bureau consulaire du Sénégal à Bordeaux à travers sa responsable Mme Aissata Dia accompagne aussi la communauté en de pareilles situations. « Une personne décédée récemment a été rapatriée vers le Sénégal par l’Etat grâce au Bureau consulaire», nous apprend Dr Maka Mbaye. 

Même si les Sénégalais de Bordeaux semblent trouver une bonne formule pour faciliter le rapatriement des corps grâce à la « caisse de solidarité de l’UTSF », ce problème demeure une réalité dans la diaspora. L’Etat qui est souvent sollicité ne réagit pas toujours. Les cagnottes lancées à cet effet tardent parfois à rassembler les fonds nécessaires.

Alors que l’adhésion annuelle est estimée à 50 euros par personne et à 100 euros par couple (une somme qui peut varier selon la taille de la famille et l’âge des enfants) beaucoup de Sénégalais ne sont pas affiliés à la caisse de solidarité de l’UTSF dans la ville de Bordeaux en France.

Ces personnes qui décèdent à l’étranger sans assurance de rapatriement laissent les vivants face au défi de récolter les fonds en quelques jours et parfois jusqu’au dilemme du choix du lieu où reposeront leurs proches. Tout ceci sévit dans un moment de grande tristesse et de gestion administrative en Europe très complexe. 

Ismaila Seck pour SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.