Le Café qui réveille l'Info

LGBT : Au-delà des épiphénomènes, réfléchir sur les vrais enjeux stratégiques d’une universalité imposée

Par Ndukur Kacc Essiluwa Ndao

Il existe aujourd’hui une véritable stratégie qui déroule un agenda international basé sur une feuille de route pour diffuser toutes ces idées qui nous révulsent et on peut pas se contenter de contre attaquer. Depuis ce matin, France 24 fait la une sur le Congrès argentin adoptant la loi légalisant l’avortement. C’est la première information qui passe en boucle bien avant le Brexit, le vaccin ou autre chose. Quelle est leur audience ? L’Afrique. Ces types de messages sont distillés à longueur de journée pour des cibles passives, sans filtres et pas averties sur les enjeux societaux à grande échelle par rapport à ces faits divers qui ne sont pas anodins en réalité. Face à ses questions, on arrive pas ou presque à produire du sens. C’est notre première défaite. Mon avis est que dans 10 ans la légalisation de la zoophilie va nous occuper et on aura fini de parler de l’homosexualité. Car on refuse de débattre et d’anticiper. Alors que nous avons nos codes et ressorts. On devrait se pencher sur les mécanismes par lesquels l’homosexualité est passée d’un secret à une fierté dans ces pays. Cela nous aidera à les contrer. Si on a une proportion non négligeable de blacks américains (hommes) qui est en prison pour des faits graves et des emprisonnements lourds, les femmes font quoi ? C’est une explication de la percée des LGBT. Quelle est notre lecture endogène ? Pourquoi les Sénégalais regardent plus les chaînes Canal+ qui sont sur le bouquet et qui sont cataloguées LGBT. On doit comprendre ces mécanismes. Ces chaînes ont détrôné les nôtres.

L’homosexualité à été considérée pendant longtemps comme une pathologie psychiatrique

Ce n’est qu’en 1973 que l’American Psychiatric Association (APA) a retiré le diagnostic « d’homosexualité » de la 2eme édition de son Manuel diagnostic et statistique (DSM). L’ OMS ne cessera seulement de considérer l’homosexualité comme une maladie mentale qu’à partir du 17 mai 1990. Cette date correspond maintenant à la Journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. Pour dire que c’est une longue histoire et nous manquons de vigilence. L’agenda des organisations internationales qui nous offrent des sucettes n’a jamais changé. Mêmes ces institutions sont ouvertement pro LGBT. En 2014, durant les réunions de printemps de la Banque mondiale, on a vu la première réunion officielle entre le président de la Banque, (Jim Yong Kim, à l’époque) et 15 dirigeants lesbiens, gays, bisexuels et transgenres. Cela passe inaperçu chez nous. Pourtant deux mois avant, Banque avait reporté un prêt de 90 millions de dollars au secteur de la santé ougandais à la suite de l’introduction par le gouvernement d’une loi contre l’homosexualité qui impose une peine d’emprisonnement à vie pour homosexualité. Là encore silence total des autres pays. On peut multiplier les exemples. https://www.worldbank.org/en/news/press
release/2014/04/11/president-kim-hosts-first-ever-meeting-with-lgbt-leaders-at-world-bank-imf-shareholder-event
. Voilà le communiqué de presse de l’époque http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-26378230. C’était dans l’optique de la création d’un fonds géré et dirigé par les activistes LGBTQ d’Afrique de l’Ouest https://plateforme-elsa.org/nous-existons-cartographie-des-organisations-lgbtq-en-afrique-de-louest/
Voilà pourquoi il faut réfléchir sur nos capacités d’anticipation et de riposte. La question dépasse nos petits « double puces » locaux qui font le buzz. C’est un agenda international https://www.imf.org/external/mmedia/view.aspx?vid=2436755000001
Les employés LGBT du FMI font là une vidéo à visages découverts sur le site officiel de l’organisation. Voilà le monde dans lequel on navigue. On nous vend la diversité ou le vivre ensemble mais on est censé décortiquer l’agenda en filigrane et les LGBT iront jusqu’au bout et les homophobes seront traqués dans ces institutions. Mieux, ils vont insidieusement orienter les politiques et les ressources. Le fait divers du vigile pris à la grande mosquée de Dakar avec un mineur est certes croustillant mais c’est un épiphénomène.

Il faut vraiment aborder la question autrement

Cette compréhension et connaissance des LGBT et la manière de les contourner vaut plus que les fatwas brandis par des homophobes qui méritent d’être écoutés notamment dans nos contextes. Les LGBT produisent constamment de la littérature pour banaliser cela et deconstruire le tabou. De la même manière nous devons répondre à ce jeu d’échec qu’ils nous imposent. Ce combat et très sérieux et mérite une évaluation plus rigoureuse. Il va au delà des faits divers car il s’insère dans un dispositif institutionnel qui risque de parasiter toutes les logiques de financement. Amadou Tidiane Wone dans une de ses contributions parle de l’UNESCO et des Nations-Unies. C’est vrai. Mais ces institutions n’ont plus d’argent ! Les plus dangereux ce sont les Etats et les institutions financières. Ils ont certes une capacité d’influence à travers le slogan sur les valeurs universelles. En 2014, un document de l’USAID intitulé On being LGBT in West Africa parlait du phénomène et des politiques. Insidieusement ce sera un des critères dans les index de bonne gouvernance et une base pour allouer des ressources. Certains vont même jusqu’à dire que l’Afrique précoloniale a entretenu un ensemble diversifié de manières d’exprimer la non-hétérosexualité et la non-hétéro-normativité (pour éviter le mot qui fâche). Cela appele une réponse africaine. Voir « LGBT rights in Africa and the discursive role of international human rights law » January 2015 African Human Rights Law Journal 15(2):263-281
DOI: 10.17159/1996 2096/2015/v15n2a2 Authors: Abadir M. Ibrahim.
On pourra remarquer par exemple ce passage qui associe l’homophobie au fait colonial. « Murray et Roscoe, dans le livre le plus complet sur le sujet, soulignent que les colonialistes n’ont pas introduit l’homosexualité en Afrique mais plutôt l’intolérance à son égard – et des systèmes de surveillance et de réglementation pour la supprimer … ces systèmes n’avaient pas réussi tant que la réaction des colonisés était simplement de cacher ou de nier de telles pratiques. Seulement quand les autochtones ont commencé à oublier que les modèles homosexuels faisaient toujours partie de leur culture, alors l’homosexualité est devenue vraiment stigmatisée. » On voit bien que cette question mérite un traitement qui va au-delà des épiphénomènes. De la même manière qu’on peut regretter voire dénoncer les violences contre les LGBT, de la même manière, on peut s’inquiéter des tendances d’intolérance des LGBT qui disent de plus en plus : si vous voulez accéder au financement ou être recrutés, il vous faut être pro LGBT. Le monde est et doit rester une infinité d’universalités et non une universalité imposée. C’est simplement inacceptable.

NKEN

Les commentaires sont fermés.