Le Café qui réveille l'Info

TOP 5 : Les indispensables de la Mi-Journée du 15 décembre

1- Drame à la Cigogne Bleue: « Les autorisations d’ouverture de crèche sont distribuées comme de petits bonbons » selon Simon Lissa Faye, le dossier du garçon de 10 mois atterrit chez le Procureur

L’Association sénégalaise de puériculture (ASP) est en colère suite au décès du bébé de 10 mois à la crèche la «Cigogne Bleue ». Elle met ainsi aux bancs des accusés, l’Etat du Sénégal. « Aujourd’hui les autorisations d’ouverture de crèche sont distribuées comme des petits bonbons à des ignorants de la petite enfance et nous assistons lamentablement et de façon stérile à un désastre qui s’abat sur la couche la plus vulnérable, nos bébés », a déploré leur secrétaire général, Simon Lissa Faye cité par Awa Faye de Seneweb.

Avant de soutenir : « Revenons à l’orthodoxie et n’attendons pas que le serpent nous dépasse pour ensuite taper sur ses traces. Dans certains pays qui se respectent, nul ne peut ouvrir une crèche sans être puéricultrice ou puériculteur ». En fait, un infirmier puériculteur ou puéricultrice est un infirmier ayant suivi une formation spécialisée dans le domaine des enfants de la naissance à 18 ans.

Sur ce, Simon Lissa Faye de l’ASP dit dénoncer « avec toutes mes forces, les conditions dans lesquelles les bébés sont pris en charge dans les crèches et j’invite l’état à arrêter ce fléau ». Le dossier du petit garçon de 10 mois a été transmis ce mardi au Procureur de Dakar.

2- Rencontres Afrikki : Dakar capitale des activistes africains

Dans le respect strict des mesures barrières préconisées par les autorités sanitaires, les activistes venus des quatre coins de l’Afrique et de sa diaspora, se retrouvent de nouveau à Dakar après l’édition réussie de 2018. Du 14 au 16 décembre 2020, ils vont ensemble plancher sur le thème général : « Poussée autocratique : l’action citoyenne en question ». Réunis autour de la plateforme Afrikki, les mouvements citoyens ont beaucoup tenu à l’organisation de cette UPEC 2020. Rappelant le forcing pour un troisième mandat et les violences post-électorales ici et là, Aliou Sané le coordonnateur de « Y en a Marre », estime que les mouvements citoyens ne pouvaient pas se taire durant cette période. « Il y a eu le forcing en Guinée, la forfaiture en Côte d’ivoire, les violentes répressions en Angola et la violence policière au Nigéria entre autres. On ne peut pas se taire. Il était important qu’on puisse tenir cette édition malgré le contexte de la Covid 19 », indique Aliou Sané. Avec comme fil conducteur, « La poussée autocratique », les débats vont tourner autour de trois sous-thèmes notamment : « La Restriction de l’espace civique en Afrique et ailleurs », « L’action citoyenne en question » et « Afrikki, global mapping ». (Source : Y en a marre).

À DÉCOUVRIR

3- imigration irrégulière : Le cri du cœur de l’ambassadeur de France au Sénégal

Philippe Lalliot s’est rendu dans la commune de Diembéring, en Casamance, où il a vu le potentiel économique qui l’a poussé à lancer un vibrant message aux jeunes qui s’aventurent dans l’émigration clandestine, rapporte Dakaractu .
« Il faut apporter la preuve tangible quotidienne, simple, aux jeunes de ce pays qu’ils peuvent vivre ici, qu’ils peuvent rester ici, fonder des familles ici, élever les enfants, avoir une belle vie ici et que ça doit être la principale raison de les dissuader de prendre une pirogue et de finir au fond de l’océan. Au large des côtes sénégalaises, mauritaniennes, espagnoles ou françaises. Aucun discours ne sera plus convaincant que ce projet qui permet à sa jeunesse de rester ici, de prospérer ici, de vivre ici », a lancé le diplomate à Diembéring.

4- Rapport ARMP : Abdou Karim Sall n’est pas concerné

Après la publication du Rapport 2019 de l’Autorité de Régulation des Marchés publics (ARMP), une partie de la presse a attribué au ministre Abdou Karim Sall le marché de 13,979 millions passé par le ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) pour l’acquisition de 294 ânes pour le compte de la Direction des Eaux et Forêts. Mais ce dernier refile le marché des ânes à son prédécesseur.

La cellule de communication d’Abdou Karim Sall précise que ce dernier n’était pas encore nommé à la tête du ministère de l’Environnement au moment où le marché a été passé. Le rapport de l’ARMP rend compte des activités des exercices 2018-2019 sous le magistère de Mame Thierno Dieng, parce que Abdou Karim Sall a été nommé ministre le 17 avril. Par conséquent, se désole-t-elle, « on ne peut mêler son nom à ce marché attribué le 1er mars 2019 ». Par ailleurs, note-t-il, ledit marché n’a rien d’irrégulier puisque passé conformément aux dispositions du code des marchés publics.

5- Vaccin Covid-19 : Le Sénégal va recevoir  ses premiers vaccins en mars 2021

Les pays membres de l’Alliance Gavi ont « la garantie’’ qu’ils disposeront de leurs premières doses à la fin du premier trimestre 2021, dans le cadre d’un partenariat incluant l’OMS, l’Unicef la Banque mondiale et l’Union européenne, a déclaré Dr Mamadou Ndiaye sur Sud FM. Selon le directeur de la prévention, avant cette date, l’Oms aura au préalable homologué ce vaccin pour s’assurer de son efficacité et donner les garanties de son utilisation sur le plan de la sécurité sanitaire. Depuis 1976 et le début du Programme élargi de vaccination, le Sénégal n’a jamais utilisé de vaccin qui n’ait été préalablement homologué par l’OMS, rappelle El Hadj Mamadou Ndiaye.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.