Le Café qui réveille l'Info

Société: Affaire de la secte de Kolda

SUIVI DE CAS …

Une histoire qui défraie la chronique. A Kolda, dans la lointaine commune de Bouroucou, à plus d’une cinquante de km du chef-lieu du département de Médina Yéro Foula, Al Hassane Ba se réclame « Prophète ». Il déclare être un envoyé de Dieu, qui lui aurait donné un nouveau Coran écrit en langue Pulaar. D’ailleurs, même une prière a été dirigée en langue Pulaar par son fils Daouda Ba, suivi par plusieurs adeptes, qui croient dur comme fer en lui. L’Observateur dans sa livraison de ce mardi 15 décembre, parle de la découverte de cette « terre promise » de la secte des Mbakerouhou, de l’histoire du « prophète » Al Hassan Ba fondateur de ce patelin à la fois mystérieuse et mystique.

En thobe partant du cou et descendant jusqu’aux chevilles surmontée par une ghutra maintenue par un agal, Daouda, le fils de Al Hassane Bà, «prophète» des Mbakerouhou, conduit une foule de fidèles faisant le tour d’un logis rectangulaire blanc aux écritures bizarres, érigées sur quelques marches peintes en noir et qui symbolise leur «kaaba». La marche autour de la «Maison de Dieu » est cadencée et rythmée par des chants à la «gloire» d’Allah, le tout articulé en «Hal pulaar», «Wata coulé si wana Allah, wata ndaré ci wana Allah, AT wata colo ndé ci wana Allah (Ne craignez que Dieu, ne vous prosternez que devant Lui et n’ayez confiance qu’en Lui), fredonnent ils, en choeurs, la foi en bandoulière.

L’instant est plein de ferveur. Il y a plus de 25 ans, dans le Kabada, commune de Bourouco, dans le département de Médina Yéro Foula, naissait le Mbakerouhou. Une secte islamique fondée et propagée par Al Hassane Ba, le « torodo » qui se réclamait « prophète » de Dieu. Un messager au même titre que les Envoyés d’Allah connus de l’Histoire et reconnus par les Livres Saints.

Mbakerouhou, les pratiques religieuses et rituelles…

C’est vers les années 1995. Très rapidement, la nouvelle gagne les contrées environnantes et se répand à travers tout le Kabada, dans le lointain Fouladou. Le Mbakérouhou (unir nos âmes pour aller vers Dieu), à sa tête le « prophète » Al Hassane Ba, prend de l’aile, petit à petit. Les fidèles rallient par dizaines. Mais à la différence de l’Islam et de ses recommandations, la secte trace sa propre trajectoire. Ses propres commandements. Cette secte logée dans le village de Saré Ngaye, sis dans le Kabada, commune de Bourouko, est distincte de l’Islam. Elle a ses propres pratiques religieuses et obéit à ses propres rites, coutumes et traditions. Même leur façon de réciter le Coran ou de prier diffère de celle de l’Islam, apprend, au bout du fil, Mamadou Cissé plus connu sous le sobriquet de Dame Cissé et maire de la commune de Bourouco. Thierno Moussa Cissé, prêcheur conférencier et animateur dans une radio à Sédhiou, ajoute: « Ce qu’ils font est contraire à l’Islam. Le fondateur de cette société avait eu des démêlées avec la Justice et fut emprisonné pendant près de 10 ans à la Maison d’arrêt et de correction de Kolda. A cette époque, les réseaux sociaux n’étaient pas développés, c’est pourquoi l’histoire est passée sous silence. Mais une bataille rangée avait éclaté au sein de la secte, occasionnant beaucoup de morts et de blessés. »

Al Hassane Bå, le sacrifice «humain», la prison et la mort par balle

D’ailleurs, l’on raconte que le fondateur de la secte Al Hassane Ba Mbakérouhou avait été tué par balle par son propre fils. « A Kolda, il se susurre que le marabout aurait tué un de ses fils en guise de sacrifice pour la fête de Tabaski. Ce, avec l’accord de tous les villageois. Mais quand il a voulu à nouveau sacrifier un autre fils l’année suivante, celui-ci s’est révolté et a pu s’échapper, avant de revenir l’abattre par balle pour sauver sa peau. Légende ou vérité ? Ce qui est constant, renseigne l’édile de Bourouco, Dame Cissé, c’est que fondateur de la secte Mbakerouhou, connu sous le nom de Al Hassane Ba, a été tué par balle ».

L’Etat n’exerce aucune autorité régalienne à Saré Ngaye

Mais, l’histoire du prophète ne s’est pas éteinte après ce drame familiale. Après la disparition du pater, le fils Daouda Ba a pris les rênes de la secte et a maintenu la flamme des Mbakerouhou. Avec lui, une nouvelle page continue de s’écrire, mais les pratiques demeurent encore et toujours. Et Sare Ndiaye, terre promise des Makerouhou, perpétue la foi léguée par son prophète Al Hassane Ba. Mamadou Cissé : « Daouda Ba est l’actuel chef des Mbakérouhou. Tout le village de Saré Ngaye est sous son autorité. Cette localité est économiquement autonome et ne manque de rien. Pour preuve, Daouda Bâ rejette l’aide financier de l’Etat, destinée aux collectivités territoriales. Le village vit reculé du monde extérieur, suivant ses propres lois et règlements. L’État n’exerce aucune autorité régalienne à Saré Ngaye. »

Les commentaires sont fermés.