Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 20 novembre 2020

1- La Charia au Sénégal : La cité religieuse de Thienaba l’applique à un homme accusé d’adultère qui reçoit 100 coups de fouet en public

L’information, rendue publique par le journal Le Témoin, a surpris beaucoup de monde ce vendredi. Hier après-midi, un homme, âgé d’une trentaine d’années, a reçu 100 coups de fouet à la place publique de la cité Amary Ndack Seck, près de la mosquée.

Le supplice au fouet en guise de punition divine a été supervisé par Serigne Amadou Seck, Imam Ratib de Thiénaba en présence d’une foule nombreuse composée des habitants, des notables et des grands dignitaires religieux.

D’après le journal Le Témoin, l’homme, qui a reçu les 100 fouets, a eu une relation intime avec une femme hors mariage. D’ailleurs, comme le recommande l’Islam, quatre témoins oculaires ont confirmé et reconfirmé les faits graves dont le mis en cause est accusé. « Mieux, l’auteur lui-même reconnait avoir commis l’adultère avant d’être contraint à se plier à la Charia et de s’amender. La cité religieuse de Thiénaba a ainsi mis en exécution sa volonté  d’imposer la Charia », informe une source du journal.

2- Importation du sucre qui menace l’existence de la CSS : Macky Sall déclenche une enquête et somme la ministre Aminata Assome Diatta de revoir les quotas attribués à des hommes d’affaires

Lors du dernier conseil des ministres, le chef de l’État l’avait sommée de « veiller à une régulation rigoureuse du marché du sucre pour éviter de fragiliser le tissu industriel ». En effet, Aminata Assome Diatta est accusée par la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) d’avoir accordé de façon malsaine des droits d’importations de produits alimentaires (DIPA).

Selon Libération, Macky Sall est même allé plus loin, demandant l’ouverture d’une enquête sur la provenance de ce sucre dont la destination initiale serait la sous-région. Ce n’est pas tout. Le Président Sall veut aussi être édifié sur le gap de 6500 tonnes de sucre évoqué par les travailleurs de la CSS qui assurent que le chiffre réel est de 40 000 tonnes. Le président de la République aurait confié qu’il est inadmissible que la CSS, qui emploie des milliers de Sénégalais, soit affaiblie à cause d’opérations commerciales opaques et douteuses.

3- Conséquences de la pandémie du Covid-19 : 7000 entreprises mettent la clé sous le paillasson et jette les employés dans le chômage

Ces chiffres préoccupants sont tirés du rapport de l’ANSD réalisé entre juin et aout. « En dépit du ralentissement de l’activité économique dû à la crise sanitaire, la plupart des unités informelles interrogées sont opérationnelles (88.3%). Toutefois, 9.2% ont arrêté momentanément leurs activités et 2.5% sont définitivement fermés. Les unités du secteur des services autre que le commerce sont les plus touchées par la fermeture temporaire ou définitive », renseigne le document.

4- Wuhan : Les étudiants sénégalais, toujours confinés, risquent l’expulsion

Les treize étudiants sénégalais confinés à Wuhan, ville chinoise qui fut l’épicentre de la Covid-19, sont toujours dans l’impasse. Un an après l’apparition du virus en Chine, ils sont toujours confinés dans leur campus universitaire avec un contrôle strict, rapporte L’Observateur.
«Pour sortir, il leur faut une autorisation. C’est comme s’ils étaient dans une prison à ciel ouvert», témoigne André Tine, président de l’association des étudiants sénégalais de Chine.
Beaucoup de Sénégalais ne sont plus en règle, car étant dans l’impossibilité de renouveler leurs passeports déjà expirés.
Conséquence, ils risquent d’avoir des problèmes avec leurs universités qui ne vont pas prendre le risque de les garder.

5- Psychose : À cause de la maladie mystérieuse qui frappe les pêcheurs, les populations n’achètent plus de poisson

Après l’apparition de la maladie ‘mystérieuse’ constatée chez une centaine de pêcheurs, la psychose a fini par gagner la population qui ne s’approvisionne plus en poisson.
En dépit des assurances du secrétaire général du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime qui affirme que cette supposée maladie ‘mystérieuse’ qui affecte des pêcheurs n’a pas impacté les produits halieutiques, certains ménages veulent être à l’abri de toute contamination. Ils ont déserté le marché au poisson et boudé les produits de la mer.
Les vendeurs ne trouvent plus la clientèle et cette maladie a fini par plomber les activités de pêche. « Depuis trois jours je ne fais que congeler les poissons parce que je ne vois pas de clients. J’ai le même stock de poissons », explique Ndeye Diouf, vendeuse de poisson au quai de pêche de Mbour.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.