Le Café qui réveille l'Info

Top 5 de la mi-journée du 26 octobre 2020

1 – Oumra 2020 : L’Arabie Saoudite interdit les pèlerins âgés de plus de 50 ans

Selon Mme Preira Hourèye Thiam porte-parole des voyagistes privés, le petit pèlerinage (Oumra) de cette année risque d’être compromis pour les sénégalais. En effet, les autorités saoudiennes ont édicté une série de mesures assez rigoureuses, pour l’édition 2020. Ainsi, il est demandé aux voyagistes de ne pas convoyer les pèlerins âgés de plus de 50 ans, de limiter les groupes à 50 personnes détenant un test Covid. Pour Mme Preira, les nouvelles décisions impactent en premier les organisateurs de voyage, la plupart étant âgés de plus de 50 ans.

2 – Manifestation contre les propos d’Emmanuel Macron : Abdou Karim Guèye Xrum Xax et deux autres activistes arrêtés

« Nous porterons haut la laïcité. Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent. Nous continuerons ce combat pour la liberté et pour la raison ». Ces propos  de Macron continuent de susciter l’émoi de plusieurs pays musulmans entraînant un mouvement de contestation. Au Sénégal, des activistes ont essayé de manifester ce lundi matin à la Place de la Nation avant d’être arrêtés par la police. Selon l’avocat Cheikh Khoureyssi Ba, Abdou Karim Guèye, Ousmane Sarr et Thierno Mohamed Sall de «Nittu Deg» ont été interpellés alors qu’ils manifestaient contre ces propos de Macron. Ils sont poursuivis pour trouble à l’ordre public et leur interrogatoire vient de démarrer ce midi.

3 – Emigration clandestine : Les ministres de l’emploi et de la Jeunesse dédouanent le gouvernement

Le ministre Dame Diop dégage toute responsabilité de l’Etat liée à cette recrudescence du phénomène migratoire. « Je réfute la thèse de penser que les jeunes, ils partent parce qu’il y a un problème d’emploi au Sénégal. C’est vrai que c’est une des raisons, mais ce n’est pas la seule raison. Les jeunes, aujourd’hui, partent parce qu’ils pensent que de l’autre côté, c’est l’Eldorado. Mais ils partent aussi parce qu’ils ont une certaine pression au niveau de la société. C’est la raison pour laquelle, je dis que c’est un raccourci de dire qu’ils partent parce que c’est un problème d’emploi » », a déclaré le ministre de l’Emploi à la RFM repris par Senego. Sa collègue ministre de la jeunesse, Néné Fatoumata Tall, a abondé dans le même sens. Elle est convaincue qu’avec ces mécanismes mis en place par l’Etat du Sénégal, les jeunes peuvent rester et réussir au pays. « Avec tous les mécanismes mis sur pied par l’Etat du Sénégal, les jeunes doivent être davantage informés qu’il y a des mécanismes qui les incitent à rester sur place et réussir au Sénégal », a-t-elle soutenu. Avant d’ajouter : « La Der par exemple, a beaucoup financé du côté des jeunes » précise t-elle.

4 – Alerte sécurité : Les agresseurs reprennent service sur la RN1 à Keur Massar

Scène surprenante sur la RN1 vers Keur Massar. Une dizaine de véhicules étaient arrêtées au niveau du rond-point par des agresseurs.
Selon L’Observateur repris par seneweb, les faits ont eu lieu dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 octobre dernier. D’après le récit du journal, les agresseurs, lourdement armés, s’acharnent à coups de machette sur les capots des voitures, avant d’ouvrir violemment les portières et dépouiller les passagers.
Ils ont été dénoncés par un taximan, qui a échappé à leur guet-apens, aux gendarmes de la Zone franche industrielle qui patrouillaient dans la zone. Lorsqu’ils ont aperçu les pandores, ils ont couru se réfugier dans la forêt classée de Mbao.

5 – Sonko interpelle le gouvernement sur un montant estimé à 92 milliards

 A travers des séries de questions écrites déposées sur la table du gouvernement, Ousmane Sonko fait état de cas supposés d’escroquerie sur deniers publics et virements de fonds illégaux à la Banque islamique du Sénégal (BIS). Selon lui, le gouvernement du Sénégal a ouvert auprès des banques privées des comptes fortement alimentés par des fonds publics dont l’objet est de trouver des solutions financières, avec lesdites banques, pour effectuer des paiements au titre des indemnisations relatives aux expropriations foncières pour cause d’utilité publique, informe igfm.


Il fait état de plus d’une vingtaine d’opérations d’indemnisations au profit de tiers privés, réalisés par le biais de ces mécanismes pour un montant de 92 milliards 299 millions 127 mille FCFA. Le leader de patriotes qui dit avoir mené des investigations est convaincu que, ces indemnisations ne reposent sur aucune justification légale, mais sur un vaste système d’escroquerie. Il a également souligné que deux comptes sont ainsi ouverts à la Banque islamique du Sénégal (BIS), l’un d’eux intitulé « Programme de défense des intérêts économiques et sécuritaires du Sénégal » et l’autre « Expropriation de l’État»., accuse Ousmane Sonko.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.