Le Café qui réveille l'Info

L’IMMUNITÉ COLLECTIVE PEUT-ELLE NOUS PROTÉGER ?

Depuis quelques jours, il y’a un débat sur la notion d’immunité collective lancée par certains spécialistes, toujours dans l’objectif de donner les détails qui permettent a chacun de se faire une idée précise sur tous les sujets à controverse, je vous propose ces lignes pour aider à la discussion.

Quand quelqu’un attrape un virus, comme le COVID-19, ce sont ses globules blancs qui s’y attaquent.

1– Certains participent à la réaction immunitaire innée, une sorte de guérilla tous azimuts, qui vise à détruire le virus en le découpant en petits bouts. Cette réponse inflammatoire donne les symptômes de l’infection : fièvre, douleur, enflure des tissus touchés, sécrétion de liquide, etc.

2– L’infection déclenche une autre réponse immunitaire adaptative : d’autres globules blancs se mettent à fabriquer des anticorps, des molécules qui ciblent spécifiquement le virus et l’attaquent de manière encore plus agressive.

3– Un troisième bataillon de globules blancs va, lui, se charger d’emmagasiner cette réponse en mémoire, de manière à pouvoir la déployer illico si le micro-organisme pointe à nouveau son nez.

Si le système immunitaire remporte sa bataille, la personne devient alors immunisée, pour un certain temps et avec une certaine efficacité dépendamment des virus.

Si le nombre de gens vraiment immunisés augmentait dans la population, le virus pourrait finir par avoir de la difficulté à se propager

On ne sait pas pour combien de temps, ni à quel point, les personnes qui ont déjà eu la COVID-19 sont immunisées, pour une raison très simple : on ne sait pas encore doser leurs anticorps, il n’y a pas encore de test immunologique validé. On ne comprend pas encore tous les détails de la réponse immunitaire qu’il provoque.

Si le nombre de gens vraiment immunisés augmentait dans la population, le virus pourrait finir par avoir de la difficulté à se propager. Au-delà d’un certain seuil, il pourrait donc ne plus trouver assez d’hôtes pour causer une épidémie. La population serait alors protégée par ce qu’on appelle immunité collective.

Le seuil d’immunité collective n’est pas le même pour toutes les maladies virales. Il dépend entre autres du taux de reproduction de base du virus, qui indique le nombre moyen de personnes qu’un individu infecté contamine. Pour l’instant, on estime que le RO de la COVID-19 est quelque part entre 2 et 3.

– Pour la rougeole, une maladie ultracontagieuse avec un R0 situé entre 12 et 18, le seuil d’immunité collective est estimé à 85 %.

– Pour la COVID-19, le seuil d’immunité collective est inconnu. Selon les estimations encore très grossières réalisées par plusieurs équipes d’épidémiologistes, il se situerait quelque part entre 30 et 70 %. Il faudrait donc, croit-on, qu’au moins le tiers de la population soit immunisé pour atteindre cette immunité.

Cela signifie que d’ici là, les seules personnes possiblement immunisées seront celles qui auront eu déjà le virus et qui y auront survécu.

S’il y’a quelque chose à retenir de ce virus, c’est que nos certitudes d’hier ne sont pas celles d’aujourd’hui et celles d’aujourd’hui ne seront pas celles de demain.

Combien cette stratégie ferait-elle de morts ?
10 ? 100 ? 1000 ?
On sait qu’il y’a une proportionnalité entre les nombre de malades et le nombre de cas graves, entre les nombre de cas graves et le nombre de décès. Le reste, personne ne sait encore.

On y verra beaucoup plus clair quand on saura doser les anticorps et qu’on pourra tester le degré d’immunité de la population à grande échelle.

Entre temps, on n’a malheureusement pas le choix : on doit isoler les gens les uns des autres pendant un certain temps pour acheter du temps.

S’il y’a quelque chose à retenir de ce virus, c’est que nos certitudes d’hier ne sont pas celles d’aujourd’hui et celles d’aujourd’hui ne seront pas celles de demain.

Dr Boubacar Signaté
Urgentiste à SOS Medecin


Les commentaires sont fermés.