Le Café qui réveille l'Info

#SenCaféActu du 13 mars 2020

1 – Macky Sall parle du coronavirus, demande d’éviter les rassemblements, les accolades et les poignées de main et révèle que l’Arabie Saoudite a décidé hier de sursoir au pèlerinage de cette année : Le Chef de l’Etat a profité de l’inauguration de l’école Bibi Ndiaye du Plateau pour parler de l’épidémie : « Nous sommes en face d’une maladie très sérieuse que nous devons prendre au sérieux, la maladie est au Sénégal. J’invite la communauté nationale et les étrangers qui vivent parmi nous de se conformer aux instructions des spécialistes, d’éviter tout ce qui peut donner la maladie,  d’éviter aussi les rassemblements inutiles. Hier, nous avons reçu de l’Arabie Saoudite, la notification d’annulation des pèlerinages. La maladie est très grave,  j’invite donc les sénégalais de faire très attention et de respecter les consignes sanitaires »

2 – Mamadou Dieng, médecin-chef de district régional de Diourbel retrace l’itinéraire du patient de Touba et révèle que d’autres émigrés sont venus à Touba en catimini : Selon Dr Dieng, « l’émigré malade a quitté l’AIBD pour se rendre à Touba à bord d’un «Allo taxi». Toutefois, rassure le médecin-chef, «il était seul dans le véhicule». «Il est resté chez lui et c’est le 9 mars, durant la journée, vers 18h, qu’il a ressenti une forte fièvre et a commencé à tousser. Mais, ce n’est que le 10, c’est-à-dire le lendemain, qu’il s’est présenté à une des structures de Touba. Il n’est pas sorti de chez lui et n’a rencontré personne à Touba avant d’aller au centre de santé. Sur un autre plan, Dr Dieng révèle et s’inquiète des émigrés qui sont venus à Touba par voie terrestre surtout de la Mauritanie et qui ne se sont pas encore signalés. Pour le médecin, ces gens constituent un vrai danger sanitaire à Touba.


3 – Dr Abdoulaye Bousso directeur du centre des opérations d’urgences sanitaires alerte : « Il ne faut pas s’étonner qu’on ait d’autres cas dans le cas des 71 personnes qui étaient en contact avec le patient de Touba ». En a croire docteur Bousso, le patient de Touba a un état d’infection très élevé et il ne faut pas être surpris de voir d’autres nouveaux individus infectés parmi ceux qu’il a côtoyés à Touba.

4 – Le khalife général de Touba remet 200 millions pour soutenir la lutte contre le covid 19 mais  n’annule pas le magal de Kazu Razab, Macky Sall va –t-il suivre les recommandations du comité national de gestion des épidémies en direction des grands rassemblements : Alors que les citoyens attendaient l’annonce du report par Serigne Bass Abdou Khadre, la patate chaude est refilée à Macky Sall par Touba dont la décision est attendue ce vendredi. Le Président a envoyé Abdoulaye Diouf Sarr chez le khalife de Touba ce vendredi.

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

5 – Macky Sall tape sur la table devant Barrow : «  La coupe et le trafic de bois sont une catastrophe, nous sommes décidés à traquer les coupeurs de bois. Nous prévoyons une lourde peine pour ceux qui mettent en péril les conditions de vie de nos populations ». Pour le Président sénégalais, « c’est une catastrophe majeure que nous ne pouvons pas laisser perdurer. Je veux dire fermement aux coupeurs de bois, aux trafiquants et à leurs complices que nous mobilisons tous les moyens nécessaires pour mettre fin à cette pratique néfaste qui affecte notre environnement », fulminera le chef de l’Etat sénégalais.

6 – Révélation du ministre Abdoulaye Daouda Diallo : « 35% des exonérations sont détournées ». En marge de la rentrée fiscale, ce mardi, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a révélé que 35 % des exonérations fiscales ont été détournés. Ce chiffre, brandi par le ministre qui procédait au lancement du programme « Yaatal » de la Direction générale des impôts et domaines (Dgid), serait tiré d’une enquête de l’Inspection générale des finances (Igf). Ces détournements d’objectif ont poussé le ministre à bloquer ces titres. Il répondait ainsi à une interpellation du président du CNP (Conseil national du patronat) Baïdy Agne. 


7 – Ciré Ly avocat de Dieyna n’exclut pas un apaisement : « Aujourd’hui la fille tout ce qui l’intéresse, c’est de retrouver sa dignité, son honneur. Un enfant a une dignité. C’est cela qui l’intéresse, pas autre chose. S’il y a une possibilité d’apaisement, en ce sens qu’un mal serait reconnu et accepté, pourquoi on ne donnerait pas la chance à cet enfant d’avoir un père et une mère ? Voilà, moi, en tant que père de famille, où je me situe. Mais la médiation, ce n’est pas parce que qu’on la veut. Mais s’il y a des propositions pour restituer la dignité à la fille pour un apaisement, elle peut accepter », a informé l’avocat.

Adama Sow

Les commentaires sont fermés.