Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 31 Mai 2023

1- Dialogue national : Le lancement est prévue ce mercredi à 16h, au Palais de la République

Dans un climat de tension politique qui pèse sur le pays, le dialogue national convié par le chef de l’Etat aura lieu ce 31 mai 2023, avec notamment l’absence de certains partis de l’opposition qui ont décliné l’offre du Président.

Ce mercredi, le président Macky Sall doit lancer le coup d’envoi du « dialogue national », à neuf mois de la présidentielle prévue en février 2024. Le chef de l’État n’a toujours pas tranché le débat sur une éventuelle candidature à un troisième mandat. Une partie de l’opposition a déjà refusé d’y participer, et compte organiser son propre dialogue. Des initiatives dans un climat de tensions politiques, alors que le jugement dans le procès de l’opposant Ousmane Sonko pour des accusations de viols doit être rendu ce jeudi.

2- Interdiction du Dialogue du F24 : « Il n’a reçu aucune déclaration allant dans ce sens », le Préfet

De réels risques de grabuges planent sur Dakar, ce mercredi. Et pour cause, le dialogue initié par le F24 est interdit par le Préfet de Dakar.  Mor Talla Tine, qui s’est confié à la Rfm, a déclaré qu’il n’a reçu aucune déclaration allant dans ce sens. Et par conséquent, il ne peut pas parler d’interdiction, mais pour lui, « il n’y aura pas de manifestation.
Le coordinateur dudit forum, Mamadou Mbodj, dit prendre acte de cette décision, qu’il juge tout de même illégale. « Nous n’allons pas nous battre avec des autorités. Nous prenons acte », a-t-il lâché.  

3- «27 filles violées à Touba» : Serigne Bass Abdou Khadre rassure les familles des victimes

L’affaire des 27 filles violées par leur maître coranique pollue l’atmosphère à Touba et à Mbacké. Les parents des victimes ont formé un collectif et déposé une plainte contre le mis en cause présumé, Serigne Khadim Mbacké. Ce dernier est en fuite. Les familles des enfants abusées craignent que le nom et le statut de ce dernier le protègent de poursuites judiciaires. Pour se rassurer, elles ont rencontré Serigne Bass Abdou Khadre, le porte-parole du khalife des mourides.

Serigne Bass leur a donné quelques garanties, d’après Bés Bi, qui a consacré un dossier à cette affaire dans son édition de ce mardi. «Nous avons rencontré Cheikh Bass. Nous avons discuté de 20 heures à 2 heures du matin, révèle un parent de victime dans les colonnes dudit journal. La même source poursuit : «Il nous a fait comprendre que cette affaire fera l’objet d’un traitement adéquat. Il nous a reçus une seconde fois et c’était pour nous mettre en rapport avec le capitaine Wade de la compagnie de gendarmerie. Lorsque nous sommes allés le voir, l’officier nous a dit que le marabout l’avait déjà appelé pour ce cas précis.»   

4- Assemblée nationale : Les députés convoqués en plénière ce jeudi

À DÉCOUVRIR

Ce jeudi 1er juin, le juge de la chambre criminelle va donner son verdict dans l’affaire Sweet Beauty, opposant Ousmane Sonko et Adji Sarr. Au même moment,

En effet, le président de l’institution a convoqué une séance plénière dont l’ordre du jour porte sur des questions orales au gouvernement.

La plénière se poursuivra le vendredi 2 juin où les parlementaires examineront les projets de loi suivants : projet de loi n°16/2021 portant loi de règlement gestion 2018 ; projet de loi n°17/2021 portant loi de règlement gestion 2019 ; projet de loi n°36/2021 portant loi de règlement gestion 2020.

5- Pikine : Un bus Dakar Dem Dikk incendié

Les piromanes continuent leur bonhomme de chemin ! En effet, des personnes se sont attaquées à un bus de la société nationale de transport Dakar Dem Dikk (DDD).

Des individus ont attaqué un bus DDD qu’ils ont brûlé. Les faits viennent de se dérouler au technopôle sis à Pikine, près de l’arène nationale. À l’heure où ses lignes sont écrites, des éléments des sapeurs pompiers sont sur les lieux pour tenter de maîtriser la situation. Les pyromanes continuent leur bonhomme de chemin ! En effet, des personnes se sont attaquées à un bus de la société nationale de transport Dakar Dem Dikk (DDD).

5-(bis) Violences politiques et participation aux saccages : Le ministre de l’intérieur annonce des poursuites contre des citoyens sénégalais vivant à l’étranger

« On a vu pour le déplorer que des citoyens sénégalais vivant à l’étranger, derrière leurs claviers ou leurs téléphones, appeler des jeunes sénégalais à sortir dans la rue, à s’attaquer à des domiciles, à donner les adresses de domiciles de certains responsables et même des fois à envoyer de l’argent pour financer l’achat de carburants ou de produits inflammables », a constaté le ministre de l’intérieur.

 » À ces citoyens sénégalais à qui j’adresse des salutations naturellement mais aux autres sénégalais qui n’ont rien à voir à cela, je voudrais leur dire que l’État a pris toutes les dispositions pour saisir les pays dans lesquels ils vivent et signaler les messages qu’ils ont envoyés au Sénégal et le contenu de ces messages…Nous demanderons à ces gouvernements d’initier des poursuites contre eux », a-t-il conclu.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.