Le Café qui réveille l'Info

« Si le viol n’est pas établi, retenez la corruption de jeunesse » : La phrase du procureur qui fait polémique

L’ors de son réquisitoire après les plaidoiries sur l’affaire Sweet beauty le procureur à demande 10 ans de réclusion pour Ousmane Sonko et 5 ans pour Ndeye Khady Ndiaye pour complicité dans l’affaire Sweet Beauty. Mais dans ces propos le procureur a laissé entendre un « Si » qui n’est pas tombé dans l’oriel d’un sourd. Ce « Si » du parquet pousse à croire que lui même n’est pas convaincu de la possibilité d’un viol présumé.

Pour reprendre ces mots : « Si le viol n’est pas établi, le parquet demande que le leader de Pastef soit poursuivi pour corruption de jeunesse ». Selon Senego, le doute exprimé par le parquet sur la culpabilité de Sonko pourrait influencer le verdict qui sera rendu le 1er juin.

On peut dire que le maître des poursuites n’est pas assez rassuré de la culpabilité de Monsieur Ousmane Sonko. Ainsi, chercherait-il à lui imputer d’autres infractions, si jamais le viol n’est pas retenu contre lui. Le doute s’installe donc dans l’esprit du procureur qui ouvre une nouvelle brèche.

L’avocat d’Adji Sarr lui-même, Me El Hadj Diouf, ne comprend pas cette attitude du procureur de la République, qu’il considère comme inédite. « Si le parquet vient nous dire, si vous n’êtes pas convaincu du viol, retenez la corruption de jeunesse, cela ne paraît pas rigoureux et c’est inédit. Je ne sais pas ce que cherche le parquet », a déclaré la robe noire, à la fin de l’audience, tard dans la nuit.

On comprend donc que dans son réquisitoire définitif, le parquet a émis un doute sur la culpabilité d’Ousmane Sonko par rapport au viol. Hors, il est admis qu’en matière pénale, le doute profite au prévenu, en vertu du principe de la présomption d’innocence. Bien entendu, le juge n’est aucunement lié par ce doute du parquet, mais, il devrait influencer grandement le verdict car provenant du maître des poursuites.

La récente jurisprudence Sitor Ndour rendue le 19 avril est illustration sur le sort réservé au doute en matière pénale. Après plusieurs mois de détention, l’ancien directeur du Coud a été acquitté au bénéfice du doute. Le même scénario pourrait advenir dans l’affaire Sweet Beauty où presque tous les témoins ont déchargé le leader de Pastef. Ce qui a sans doute fait douter le procureur.

Le doute du parquet soulage aussi Ndeye Khady Ndiaye poursuivie pour complicité dans ce dossier.

Finalement, les deux accusés seront édifiés sur le sort au 1er juin, date fixée pour le verdict.

Les commentaires sont fermés.