Le Café qui réveille l'Info

Sécurité alimentaire au Sénégal : Plus de 27% des ménages touchés (rapport)

Dans le cadre du projet d’«Appui au suivi de l’Objectif de développement durable (Odd), par le renforcement de l’information sur la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique», le Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (Se-Cnsa), en collaboration avec ses partenaires, a réalisé une enquête sur les ménages en octobre 2022. 

L’enquête nationale sur la sécurité alimentaire et la nutrition (Esan) a eu lieu dans les milieux urbain et rural des 14 régions et 45 départements du Sénégal. Elle a ciblé 6 396 ménages sénégalais, 8762 enfants et 13 066 femmes. Selon l’indicateur Odd appelé encore Fies, les données de l’enquête donnent une prévalence de l’insécurité alimentaire (Ia) modérée ou grave évaluée à 27,9% dont 0,5% sous une forme grave.

La prévalence de la modérée ou grave est plus élevée chez les ménages résidant en milieu rural avec 32,4% (contre 23,6% en milieu urbain) dont 0,7% grave (contre 0,3% en milieu urbain). L’analyse de la Fies sous l’angle du revenu total illustre que les ménages qui n’ont pas contracté une augmentation de leurs revenus ont plus vécu le phénomène d’insécurité alimentaire modérée ou grave durant le mois d’octobre 2022, avec 28%. 

Au niveau départemental, MalemHoddar, Koungheul,Ziguinchor, Salémata, Oussouye, Podor, Médina, Yoro foulah, Bignona abritent les proportions les plus élevées de ménages en situation d’insécurité alimentaire modérée ou sévère car dépassent 45%, soit près d’1 ménage sur 2. 

«L’état nutritionnel des enfants est globalement inquiétant»

L’état nutritionnel des enfants est globalement inquiétant à l’échelle nationale. Les résultats de l’Esan estiment une prévalence préoccupante de la malnutrition aiguë globale (Mag) de 13,4% dont 2,1% de la forme sévère (Mas). Ainsi, les enfants qui résident dans les régions du centre-est (Louga, Matam,
Tambacounda, Kaffrine) s’avèrent être les plus touchés avec des prévalences de malnutrition aigüe globale très préoccupantes si l’on se réfère à la classification de l’Oms.

En définitive, l’enquête note que la situation de l’insécurité alimentaire combinée à celle de
la malnutrition sont globalement en phase dans plusieurs localités du pays. La situation nutritionnelle est plus préoccupante dans la partie centre-est du pays notamment les régions où la prévalence de l’insécurité alimentaire est très élevée. Au terme de l’enquête, le Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (Se-cnsa) et ses partenaires ont  recommandé la mise en place des mesures visant à réduire la vulnérabilité de l’agriculture due aux facteurs climatiques afin d’accroître les disponibilités alimentaires.

Pressafrik.com avec le journal Bës Bi

Les commentaires sont fermés.