Le Café qui réveille l'Info

Affaire Dr Babacar Niang : Un juge d’instruction saisi, les révélations du procureur Ibrahima Bakhoum

L’affaire docteur Babacar Niang, médecin urgentiste et propriétaire de la clinique Suma Assistance, fera l’objet d’une information judiciaire et un juge d’instruction sera incessamment saisi, selon le procureur général de la Cour d’appel de Dakar. 

Ibrahima Bakhoum a fait face à la presse, pour revenir sur plusieurs points d’actualité. Entre autres, les arrestations notées ces derniers temps de membres d’une organisation dénommée « Commando du Pastef » et la tentative d’assassinat sur Ousmane Sonko. 

Le procureur Bakhoum, revenant sur l’affaire docteur Babacar Niang, a précisé qu’une plainte régulière a été formulée par Bamba Fall, maire de la Médina, et un représentant de la famille de Mamadou Ly dit « Doudou Fall », décédé des suites d’une agression pendant les manifestations politiques. Ils dénonçaient des faits d’homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et non-assistance à personne en danger à l’endroit de Babacar Niang médecin et propriétaire de Suma Assistance. 

Une enquête a été ouverte. Le maire Bamba Fall et Mamadou Ly entendus, il ressort de l’audition des faits graves et concordants pouvant motiver la poursuite de l’enquête. Une enquête contre Cheikh Mbacké Madina Sèye et le docteur Babacar Niang est donc ouverte. L’impératif  d’entendre le Dr Niang était justifié par le fait de donner au mis en cause une occasion  pour se disculper. Il n’est pas dit que forcément toute personne qui fait l’objet d’une enquête est coupable, selon le procureur.

 Il précise d’ailleurs que c’est pour cette raison que le Dr Niang a été convoqué et a sollicité que son audition soit repoussée, soit le lendemain. Il était à Médina Ndiathbé, dans son village, dans le cadre de  consultations gratuites.  Le 19 mars, il a promis de déférer à la convocation, mais ne s’est pas présenté, alors que toutes les personnes mises en cause ont été entendues. Le 20 mars, le procureur lui a envoyé une convocation. L’avis de recherche a été lancé, il a été trouvé à Médina Ndiathbé. 

« On ne  peut pas tenter de se soustraire  à la justice. Il était nécessaire que les agents de l’ordre usent des voies légales pour le soumettre à la justice« . 

 Sur les faits, le procureur Bakhoum est  revenu sur la blessure causée par une pierre reçue au niveau de l’arcade sourcilière ayant atteint le crâne et le cerveau de Mamadou Ly dit « Doudou Fall ».  Au moment de son évacuation, son pronostic vital était engagé. À 18 h, heure pendant laquelle un scanner lui avait été fait,  son évacuation pour une prise en charge était  sollicitée. « Depuis 18 h, il a été laissé à lui-même, se tordant de douleur sans aucune assistance. Sa famille avait  insisté longuement avant qu’il ne soit évacué le lendemain à 17 h.  Le corps médical avait oublié son dossier médical à la clinique, à l’arrivée à l’hôpital Principal.  Son dossier médical a été parvenu à l’hôpital par échange de message WhatsApp. C’est le mode de fonctionnement de la prise en charge. Toutes les décisions sont dictées par le Pr. Niang et depuis son scanner à 18 h, aucune assistance ne lui a été faite par un quelconque médecin. Il se tordait de douleur. À son arrivée à l’hôpital Principal, les médecins trouvés sur place n’ont pu que constater son décès, selon le procureur qui cite les premiers éléments de l’enquête.

Avec Seneweb

Les commentaires sont fermés.