Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 5 Janvier 2023

1- Conseil des médias : La CAP déterminée à poursuivre le combat pour la libération de Pape Alé Niang

Les journalistes et les représentants de la Société civile ont répondu massivement à l’appel de la Coordination des associations de presse (CAP) à la Maison de la presse pour exiger la libération de Pape Alé Niang. Mamadou Thior, président du Conseil d’observation des règles d’éthique et de déontologie (CORED) et membre de la CAP, a déploré l’absence de liberté de la presse au Sénégal. La CAP n’exclut aucune forme de lutte et se dit déterminé à poursuivre le combat pour obtenir gain de cause.

« La liberté de la presse et d’expression est fortement chahutée en ce moment au Sénégal et on doit le dénoncer. L’arrestation de notre confrère renseigne un peu sur l’état de recul des libertés. Au-delà de sa personne, il y a d’autres qui sont détenus parce que simplement, qu’ils ont exprimé des opinions. Je pense que dans un pays si les gens ne sont pas en mesure de dire ce qu’ils pensent, c’est extrêmement grave. Il faut que nous nous battions pour sortir Pape Alé Niang et après les autres », a dit Mamadou Thior, membre de la CAP, rapporte Pressafrik.

Les acteurs des médias sont déterminés à poursuivre le combat pour obtenir la libération de Pape Alé Niang.

« Pape Alé a été arrêté parce qu’il faisait son travail. Depuis deux mois, nous nous sommes mobilisés, nous ne lâcherons rien. Comme en face, ils sont aussi déterminés à casser du Pape Alé Niang. Nous sommes déterminés à le sortir de là où il est et nous n’excluons aucune forme de lutte. Parce qu’aujourd’hui comme de leur côté, c’est de la détermination totale, ils sont prêts à tout. Nous aussi, nous sommes prêts à tout pour obtenir gain de cause », a confié Mamadou Thior. 

2- Accusée d’avoir été épinglée par l’Ige, Aminata Touré dément et demande une « audition publique collective »

La Réplique d’Aminata Touré ne s’est pas fait attendre suite aux accusations de malversations présumées à hauteur de 2 milliards sur sa gestion au Conseil Économique Social et environnemental. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, visitée par Igfm,  elle dénonce  une information totalement fausse ayant pour seul but de porter atteinte à son honorabilité. 

« Deux jours après l’annonce de ma candidature à l’élection présidentielle de 2024, deux journaux de la place informent ce matin que j’aurais été épinglée par un rapport de l’IGE finalisé en Mai 2022 et remis au Président de la République qui a ensuite fait de moi la tête de liste de sa Coalition aux élections législatives du 29 Juillet 2022. Je dénonce une information totalement fausse ayant pour seul but de porter atteinte à mon honorabilité et par la même occasion créer un contre-feu à la gestion scandaleuse des 1000 milliards des Fonds COVID », a-t-elle fustigé.

Aminata Touré d’ajouter : « pour démontrer aux yeux des sénégalais que le Conseil Économique, Social et Environnemental n’a jamais été aussi bien géré que sous ma Présidence, je demande une AUDITION PUBLIQUE COLLECTIVE de l’Inspection Général d’Etat des trois Présidents du CESE nommés par le Président Macky Sall à savoir Mme Aminata Tall qui a exercé pendant 6 ans, moi-même, Aminata Touré qui ai exercé pendant 1 an et 4 mois et l’actuel Président du CESE, Mr. Idrissa Seck en poste depuis 2 ans et 2 mois. Chacun de nous viendrait avec ses documents comptables en main et se prêterait sans réserve aux questionnements de l’IGE en présence de la presse nationale et internationale et sous l’appréciation des sénégalais.»

Malgré ce qu’elle qualifie de tentative de diabolisation orchestrée par des adversaires politiques, l’ancienne présidente du CESE se dit nullement intimidée. « Cette technique d’intimidation ancienne ne saurait nullement m’impressionner. Je rappelle que le Président Macky Sall, lui-même a fait l’objet en 2011 d’accusation de détournement de 7 milliards du Fonds Taiwanais et a été convoqué au commissariat de police du Plateau pour être entendu sur une accusation de blanchiment. Rien ne saurait me détourer de mon objectif de partager avec mes concitoyens sénégalais ma vision pour un Sénégal meilleur à l’occasion de la prochaine élection présidentielle de Février 2O24 à laquelle le Président Macky Sall ne participera selon les dispositions sans équivoque de la Constitution et comme il s’y est engagé publiquement. Dans l’attente de cette audition publique collective de l’IGE avec mon prédécesseur et mon successeur à la tête du CESE, nous demandons que la lumière soit faite sans délai sur la gestion des 1000 milliards du COVID et que les coupables soient traduits sans délai devant la loi.», avertit Mimy. 

3- Yewwi annonce une grosse manifestation pour ce vendredi !

4- Aïssata Tall Sall répond à la Rapporteuse de l’ONU sur la situation de PAN

La Rapporteuse des Nations Unies sur les Droits humains a fait un tweet mardi soir pour dénoncer l’emprisonnement du journaliste Pape Alé Niang et pour alerter sur son état de santé jugé critique par la Coordination des associations de presse du Sénégal. Avant de demander la libération immédiate du patron de Dakar Matin.

Dans son tweet, parcouru par Pressafrik, Mary Lawlor n’a pas manqué de taguer le ministère des Affaires étrangères dirigé par Aïssata Tall Sall. Les services de cette dernière ont répondu sous la publication de la défenseures des droits humains. Le déni total.

Selon ledit ministère, « M. NIANG est sous surveillance dans un hôpital. Aucune gravité sur son cas ne nous est signalée. Le Sénégal est un État de droit où les libertés sont garanties sous le contrôle d’un juge indépendant à qui la séparation des Pouvoirs nous interdit de dicter une quelconque conduite ».

L’état de santé du journaliste Pape Alé Niang s’est gravement dégradé, selon ses avocats, depuis qu’il a entamé sa deuxième grève de faim au lendemain de son renvoi en prison par le juge du Deuxième cabinet Mamadou Seck qui l’accuse d’avoir violé les principes de son contrôle judiciaire après sa liberté provisoire.

Les avocats du journaliste ont déposé une nouvelle demande de Liberté provisoire

En plus de l’appel interjeté mardi après le refus du procureur d’accorder une liberté provisoire à Pape Alé NIANG, les avocats du journaliste ont déposé une nouvelle demande de Liberté provisoire ce mercredi matin sur la table du juge du Deuxième cabinet.

La bataille judiciaire pour la libération de PAN se poursuit pendant que la CAP intensifie les acteurs de terrain. Une veillée nocturne est programmée à la maison de la presse vendredi après une grosse mobilisation qui s’est déroulée ce matin.

5- Affaire Kounkandé, Sant Yallah et Ibrahima Diamé : Le procureur requiert 2 ans ferme contre les 3 prévenus, le délibéré prévu ce 11 janvier

Après un premier renvoi, Amadou Diouldé Diallo alias Kounkandé, Ibrahima Niass dit Sant Yalla et Ibrahima Diamé ont fait face au Tribunal de grande instance de la cité du rail. Ces derniers sont poursuivis pour association de malfaiteurs, tentative d’escroquerie et escroquerie au préjudice de A. B Ndiaye, un Sénégalais vivant aux USA, renseigne Dakaractu. 

À DÉCOUVRIR

Dans cette affaire que le juge en charge du dossier qualifie de  procès de la cupidité et de l’ignorance, des maux qui gangrènent la société, le procureur Assane Ngom  a requis  2 ans d’emprisonnement ferme pour tous les trois prévenus. Il a disqualifié la tentative d’escroquerie retenue contre  Kounkandé de complicité de tentative d’escroquerie. Il a également écarté le délit d’association de malfaiteurs. Car selon lui,  toutes les preuves ne sont pas établies. Il a confirmé l’escroquerie et le charlatanisme à l’égard de Kounkandé et de Sant Yalla pour retenir l’abus de confiance et la tentative d’escroquerie à l’égard de Ibrahima Diamé. 

Les frères Faty, avocats de Kounkandé ont tous les deux plaidé pour la relaxe pure et simple de leur client et des autres prévenus et à titre infiniment subsidiaire la relaxe au bénéfice du doute. 

L’avocate de la victime a pour sa part réclamé un préjudice de 20 millions FCFA. 

6- Actu internationale

• Affaire des 46 soldats ivoiriens : A Bamako, Gnassingbé plaide pour la grâce présidentielle

Courte visite – quelques heures – du président togolais à Bamako, ce mercredi 4 janvier, pour évoquer le sort des 46 soldats ivoiriens détenus depuis juillet dernier au Mali, un dossier dans lequel Lomé se pose en médiateur. Ces militaires ont été condamnés à vingt ans de prison la semaine dernière, pour attentat et complot contre le gouvernement d’Assimi Goïta. Même si Faure Gnassingbé a évité la presse, sa visite est une étape importante, indique Rfi.

• Somalie : Au moins 19 morts après un double attentat revendiqué par les shebabs

Une attaque à la voiture piégée revendiquée par les shebabs a eu lieu mercredi matin 4 janvier en Somalie, dans le centre du pays, informe Rfi. 

Deux véhicules ont explosé près de la base militaire de Mahas, dans la province du Hiran. Selon un bilan provisoire, 19 personnes sont mortes et une cinquantaine sont blessées, selon Mohamed Moalim Adan, commandant d’une milice locale alliée du pouvoir, qui précise que les victimes sont des soldats et des civils.

• Guinée équatoriale : Trois proches de Teodoro Obiang mis en examen par la justice espagnole

L’Audience nationale espagnole, l’une des plus hautes juridictions du pays, a mis en examen trois personnalités politiques de poids pour « terrorisme » et « torture ». Il s’agit de Carmelo Ovono Obiang, l’un des fils du dirigeant Teodoro Obiang, au pouvoir depuis 1979 en Guinée équatoriale, et chef du service de sécurité à l’extérieur, de Nicolas Obama Nichama, responsable de la sécurité intérieure, et d’Isaac Nguema Endo, directeur général de la sécurité présidentielle, renseigne Rfi.

7- Actu sports

• Premier League : Avec un Pape Matar Sarr séduisant, Tottenham corrige Crystal Palace (0-4)

Les Spurs de Pape Matar Sarr n’ont fait qu’une bouchée de Crystal Palace ce mercredi dans le cadre de la 19e journée de Premier League (0-4), rapporte Wiwsport.

Et si Tottenham avait enfin lancé sa saison? Après avoir fait match nul contre Burnley et chuté face à Aston Villa il y’a quelques jours,  les hommes d’Antonio Conte se sont promenés face à Crystal Palace ce mercredi remportant le match sur le score de 0-4 grâce à des réalisations signées Harry Kane (doublé), Dohorty et Son Heung-Min.

Cependant outre la victoire, l’une des satisfactions de ce match a été l’entrée en jeu de Pape Matar Sarr qui a été très entreprenant dans ce match. Après ses quelques minutes jouées contre Aston Villa, l’ancien messin qui a joué ce soir une demi-heure environ a gagné des duels, récupéré beaucoup de ballons et a participé à l’animation offensive des Spurs.

• Mercato – Attiré par sa polyvalence, Southampton serait en discussions avec Nicolas Jackson !

Il est très convoité durant ce mercato d’hiver. Nicolas Jackson, attaquant 21 ans, est la cible principale de Southampton. Des discussions entre le club anglais et l’ancien joueur du Casa Sports seraient en cours, mais pour un prêt, indique Wiwsport.

• Copa del Rey : Mamadou Sylla envoie Alavés en huitièmes de finale

Grâce à un but de Mamadou Sylla, Alavés s’est offert le scalp du Real Valladolid et une qualification en huitièmes de finale de la Copa del Rey (1-0), renseigne Wiwsport.

C’était l’un des duels les plus équilibrés au programme des seizièmes de finale de la Coupe d’Espagne. En supériorité numérique pendant plus de 85 minutes, le Deportivo Alavés (5e de LaLiga SmartBank) a éliminé le Real Valladolid (15e de LaLiga) sur sa pelouse en s’imposant sur la plus petite des marges.

L’unique but de cette victoire des pensionnaires du Stade de Mendizorroza a été inscrit par l’attaquant sénégalais Mamadou Sylla à la 11e minute. Avec son troisième but de la saison, l’ancien joueur de Girona envoie le Deportivo Alavés en huitièmes de finale de la Copa del Rey. Une belle affaire pour cette formation.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.