Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 30 Décembre 2022

1- Rapport Cour des comptes : La manifestation de la société civile autorisée

La manifestation de la société civile de ce vendredi pour exiger que justice soit faite suite à la publication du rapport de la Cour des comptes est autorisée. A noter que la Cour des comptes a publié son rapport d’audit des fonds force COVID-19. Le document a révélé des manquements, des irrégularités et de graves présomptions scandaleuses de détournement de derniers publics. Dans ses conclusions, la Cour a entre autres formulé, 12 demandes d’ouvertures d’une information judiciaire et préconise, plusieurs types de sanctions contre les mis en cause : DAGES, Ministres et autres fonctionnaires.

Face à cela des organisations de la société civile réclament : la démission de toutes les mises en cause ou à défaut qu’ils soient démis de leur fonctions, le remboursement des montants détournés ou la confiscation des biens matériels ou fonciers des personnes indexées de ces détournements présumés, l’ouverture des 12 informations judiciaires demandées par la cour et pour finir la mise en place d’un comité de suivi des dites recommandations avec l’implication de la société civile.

La société civile interpelle aussi le chef de l’Etat pour l’application rigoureuse de ces dites recommandations. Le rassemblement pacifique se tient à la place de la nation ce vendredi 30 décembre à 15 heures auquel « toutes les forces vives de la nation sont invitées ».

2- Hôpital Le Dantec : Les prestataires et contractuels en chômage dés le 31 décembre 2022

Dégâts collatéraux de la construction de l’hôpital Aristide le Dantec. Les prestataires et contractuels (CDD) dudit hôpital, déployés à l’hôpital militaire de Ouakam, seront virés à partir de demain. Ils seront ainsi envoyés au chômage. Selon Senenews qui reprend l’information du quotidien L’As, le médecin-colonel Youhanidou T. Wane, Directrice de l’hôpital militaire de Ouakam, a pris une note de service pour informer que les contractuels dont le contrat expire en décembre 2022 et les prestataires mis à la disposition de l’hôpital militaire depuis le redéploiement du personnel de l’hôpital Aristide le Dantec, sont priés d’arrêter leurs activités à compter du 31 décembre 2022, délai de rigueur.

A cet effet, la Directrice de l’hôpital militaire de Ouakam demande aux chefs de services concernés de prendre toutes les dispositions utiles pour la continuité du service

3- Justice : Pape Alé determiné coute que coute à poursuivre sa diete

Le journaliste Pape Alé Niang est déterminé à poursuivre son combat et cela, même au prix de sa vie. Selon le journal Les Echos dans sa parution du jour, le journaliste a demandé au médecin d’arrêter le traitement.

À DÉCOUVRIR

Nos confrères indiquent que le journaliste souhaite que sa décision soit respectée et qu’on ne lui administre plus de soin. Il veut être ramené à la prison de Sébikotane afin d’y poursuivre son combat contre l’injustice dont il se dit victime.
Pour rappel, Pape Alé avait déclaré lors de son placement sous mandat de dépôt la semaine dernière : « Ils peuvent creuser une tombe dans ma cellule et m’enterrer »

4- Concert de casseroles : Macky sort du silence

La conférence des leaders de la coalition Yewwi Askan Wi annonce un concert de casseroles le 31 décembre de 20heures à 20 heures 30mn. Coïncidant au moment de l’adresse à la nation du président de la République.

Une manifestation qui ne plait pas du tout au chef de l’Etat, d’après nos confrères de Senenews. En effet, lors de son « Jokko » avec la jeunesse de Tamba, le président Macky Sall a lancé une pique à Ousmane Sonko et Cie.

Selon le chef de l’Etat qui a réagit sur un ton très incisif et corrosif, « La relève, ce ne sont pas ceux qui vont passer leurs temps à taper sur des bols ».

5- Assassinat d’Omar Lamine Badji : 16 ans après, la famille réclame toujours justice

Le 30 décembre 2006, Omar Lamine Badji à l’époque président du Conseil régional de Ziguinchor a été assassiné dans son domicile à Sindian, par un groupe d’individus armés, non identifiés. 16 ans après, sa famille affiche toujours son engouement à ce que la vérité éclate et que les véritables auteurs ou commanditaires de cet assassinat soient traduits en justice.

Selon Seydou Badji, porte-parole de la famille et coordonnateur de l’anniversaire de l’assassinat de Omar Lamine Badji, ils sont déçus (les membres de la famille ainsi que tous ceux qui suivent ce dossier et qui ne veulent pas que celui-ci soit rangé aux oubliettes). Ces derniers joints par nos confrères de Zig FM, affirment que depuis cet évènement tragique, « ce que fait la justice est très insuffisant. Les assises du 26 janvier 2015, ont été un simulacre de justice. Des gens jugés par contumace se promènent encore. Certains qui ont été mis aux arrêts, libérés sans que la famille soit informée ».

Ainsi, le porte-parole de la famille demande à ce que la justice sénégalaise arrête les mis en cause. Selon lui, l’État par le truchement de ses démembrements passe outre les questions de justice pour vouloir régler définitivement et enterrer ce dossier de Omar Lamine Badji. Seydou Badji de préciser qu’ils ne savent pas ce qui est réservé à ce dossier. La famille selon son porte-parole informe qu’elle reste toujours dans cette dynamique de réclamer justice. Elle tient à informer l’opinion nationale comme internationale qu’elle ne pense pas abandonner ce dossier. Et appelle l’État à les aider à dépasser cette étape de deuil.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.