Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 2 Décembre 2022

1- Affaire Amy Ndiaye Gniby : Une pétition lancée

Une pétition a été lancée, jeudi 1er décembre pour dire « Stop à la violence faite aux femmes », après la gifle et le coup de pied infligés à la députée Amy Ndiaye Gniby par deux de ses collègues députés, lors du vote du budget du ministère de la Justice. C’est dans ce sillage que le conseiller en communication, El Hadji Hamidou Kassé a signé et recommandé de signer la pétition, tout en souhaitant un « prompt rétablissement à la députée victime de cette violence inouïe ».

2- Procédure disciplinaire ouverte par la FIFA : Le Senegal contraint à payer une amende de plus de 6 Millions de F CFA

Le Sénégal sanctionné pour avoir violé l’article 44 du règlement de la Coupe du monde. Les champions d’Afrique devront payer une amende de 6,6 Millions F CFA. Selon La Fifa, ils ont violé l’article 2.7.2 du règlement de la Coupe du monde relatif aux Médias et Marketing mais aussi de l’article 8.5.3 du Règlement.« La Commission de Discipline de la FIFA a sanctionné la Fédération Sénégalaise de Football d’une amende d’un montant de 10. 000 CHF et d’un avertissement pour manquements à l’article 44 du Règlement de la coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 (…) »lit-on dans le communiqué de la FIFA.

Pour rappel, Lundi, contrairement à l’usage, l’entraîneur des Lions, Aliou Cissé, est venu à la conférence de presse d’avant match sans un seul joueur de son équipe.

3- Tension à l’Assemblée nationale : Les femmes YAW en conférence de presse ce vendredi

À DÉCOUVRIR

Dans un communiqué, les femmes de la coalition Yewwi Askan Wi annoncent une conférence de presse ce vendredi 2 décembre 2022 à 16 heures au siège du PRP. Le document ne révèle pas l’objet de la conférence de presse. Mais cette rencontre qui cristallise déjà les attentions pourrait tourner autour de l’affaire Amy Ndiaye Gniby du nom de la député de Benno Bokk Yaakaar giflée par un collègue de l’Opposition. Selon certaines indiscrétions, une plainte est déposée sur la table du procureur.

4- Sortie de crise : Le gouvernement et le secteur primaire signent un protocole d’accord

Va-t-on vers la fin de la grève dans le secteur primaire ? Tout porte à croire que oui. En effet, l’Inter-syndicat des travailleurs du secteur primaire a signé hier un protocole d’accord avec le ministre de la Fonction publique portant sur le versement de 60% du montant initial des indemnités.
«Le ministère de la Fonction publique et de la transformation du secteur public a organisé une rencontre avec l’Inter-syndicat du secteur primaire regroupant le syndicat des travailleurs des pêches et de l’aquaculture du Sénégal (Sytraps), le Syndicat national des techniciens et travailleurs de l’agriculture (Synttas) et le Syndicat national des techniciens de l’élevage du Sénégal (Sntes), le jeudi 1er décembre 2022». Et apparemment, les positions semblent se rapprocher, rapporte la tutelle. Ce n’est pas tout : «il est prévu un comité technique chargé d’étudier la possibilité de mettre en place un fonds commun dans le secteur primaire afin d’améliorer les conditions de travail des agents», poursuit le ministère de la Fonction publique.

Rappelons que l’Inter-syndicat des travailleurs du secteur primaire a entamé son mouvement d’humeur depuis septembre, «suite à l’information reçue des autorités du secteur primaire de la volonté de l’ex-ministre des Finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, de supprimer l’indemnité ou prime qui avait été octroyée à l’ensemble des agents du secteur primaire par le président de la République Macky Sall». Dans ce cadre, «l’Inter-syndicat Synttas/Sytrapas/Snte, pour faire face à cette décision qu’elle qualifie de forfaiture», avait déroulé son premier plan d’actions commun avec un débrayage, le lundi 26 septembre, suivi d’une grève générale de 72h.

5- Assemblée nationale : Le budget du Ministère du Pétrole et des Énergies arrêté à plus de 313 milliards F CFA

Sophie Gladima, Ministre du Pétrole et des Énergies, fait face aux parlementaires pour l’examen du budget 2023 de son département. Il est arrêté  à 313 635 494 056 F CFA en autorisations d’engagement (AE) et à 236 835 992 068 F CFA en crédits de paiement (CP).
 Il est réparti  en programmes qui concernent, en premier lieu, l’Optimisation du système d’offre d’électricité. Pour l’exercice 2023, les crédits dudit programme sont fixés à 51 154 863 614 F CFA en AE et à 41 754 863 614 F CFA en CP. Le deuxième programme concerne l’électrification rurale et les énergies renouvelables, pour 109 475 795 043 F CFA en AE et 42 076 293 055 en CP. Le troisième programme est intitulé Sécurisation et approvisionnement en hydrocarbures et combustibles domestiques. Pour l’exercice 2023, les crédits de ce programme sont arrêtés à 151 583 202 789 F CFA en AE et en CP. Le quatrième et dernier programme prend en charge le  Pilotage,  la Coordination et la  Gestion administrative. Pour l’exercice 2023, les crédits sont arrêtés à 1 421 632 610 F CFA en AE et en CP.

Les commentaires sont fermés.