Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 7 Octobre 2022

1- Gamou 2022 : « Ne dites aux gens que du bien », un thème qui nous parle en ces temps de crise

Extrait du verset 83 de la sourate 2, le thème du Gamou Tivaouane de cette année, coïncidant avec le centenaire de la disparition de Seydi Elhadji Malick Sy, est d’une pertinence et d’une opportunité qui laissent entrevoir la profondeur de l’imagination de son auteur. Ayant compris qu’il faut de tout pour offrir un remède complet aux peuples contre les différents maux auxquels ils sont confrontés, et conscient que ce tout ne peut provenir que du noble Coran, le Khalife général des Tidianes a invité les fidèles à méditer, et mieux à pratiquer, cette injonction divine. Plus que de la méditation, « ne dites aux gens que du bien » relève d’une invitation insistante pour bonifier la société sur tous les plans, économique, politique, social, entre autres.Au moment où les dérives continuent de pulluler et polluer les relations sociales, il est plus que senti l’impératif de repenser les fondamentaux qui, malgré tout, permettent un tantinet de maintenir l’équilibre dans notre société. Justement, dans une société éprouvée par l’intolérance et la violence sous toutes ses formes, le premier remède à prescrire pour la redresser se trouve dans la parole elle-même. « Au commencement était le verbe », nous enseigne la Bible là où le Noble Coran nous rappelle que « Quand Il [Allah] veut une chose, Son commandement consiste à dire: « Sois » et c’est » (Sourate 36, verset 82). Cela montre non seulement la centralité du verbe qui prédomine l’action dans le processus de prise de décision, mais aussi sa prééminence sur tous les aspects. (Avez Senenews)

2- Produits contaminés en Gambie : «Le système de surveillance est renforcé», Marie Khemesse Ngom

En marge de sa visite à Médina Baye, LeQuotidien révèle que la ministre de la Santé et de l’action sociale a annoncé que le Sénégal renforce son système de surveillance épidémiologique après l’alerte de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) sur 4 produits pédiatriques contaminés de qualité inférieure en Gambie. «Le Sénégal a reçu une notification de l’Oms faisant état d’un certain nombre de problèmes relatifs à l’utilisation des médicaments pédiatriques contre la toux qui sont en train de créer des dégâts à côté, dans un pays proche de Kaolack», rassure Marie Khemesse Ngom Ndiaye. Elle enchaîne : «Le système de surveillance épidémiologie vient d’être renforcé et une politique de veille sanitaire mise en branle pour parer à toute éventualité, notamment en cette veille de Maouloud. Ces médicaments ne détiennent pas une autorisation de mise sur le marché au Sénégal…»

3- Liberté provisoire : La Chambre d’accusation dit (aussi) niet à Sitor Ndour

Sitor Ndour est dans l’impasse. La demande de liberté provisoire introduite par ses avocats Mes Ousmane Séye et Boubacar Cissé lui a encore été refusée. L’actuel PCA de la SAED avait saisi la Chambre d’accusation d’un recours afin que l’ordonnance de refus de mise en liberté provisoire soit infirmée.

Pour convaincre la chambre d’accusation, l’avocat de Sitor Ndour, Me Baboucar Cissé compare la situation de son client à celle d’Ousmane Sonko lui aussi accusé de viol par Adji Sarr alors qu’il bénéficie d’un contrôle judiciaire. L’avocat estime que son client doit bénéficier du même traitement que le leader de Pastef.

Mais ladite Chambre a confirmé encore le rejet du juge du deuxième cabinet au motif que l’instruction n’est pas encore terminée. D’après les informations du journal Les Echos , repris par Senenews, les conseils de Sitor Ndour ne se découragent pas et vont encore revenir à la charge pour faire libérer leur client.

À DÉCOUVRIR

4- Gamou 2022/Visite de la délégation de Yewwi à Médina Baye : « On se laissera pas faire et on ne laissera pas faire! »

Le Khalife général de Médina Baye a reçu cet après-midi une forte délégation de la coalition Yewwi Askan Wi composée de Khalifa A. Sall, Ousmane Sonko, Déthié Fall, Aïda Mbodj, Ahmed Aïdara etc…

Porte-parole du jour, Khalifa Sall est revenu sur l’objet de cette visite en cette veille de Maouloud avant de solliciter des prières notamment pour l’entente et la consolidation de leur compagnonnage dans une même coalition contre toute tentative de déstabilisation et de dislocation, rapporte Dakaractu.

De son côté, Aïda Mbodj a abondé dans le même sens tout en dénonçant la politique d’intimidation du régime actuel devant le Khalife général de Médina Baye. Le guide religieux qui a reçu ses hôtes, a répondu positivement à leur sollicitation en ajoutant ceci : « Vous êtes dans le cœur des gens… »

5- Muezzin lynché à mort à Pire : L’imam du village avoue avoir commandité l’expédition punitive

L’enquête de la Brigade de Gendarmerie de Tivaouane, concernant l’assassinat du muezzin Bassirou Mbaye à Pire, avance à grands pas. Suite à ce crime, les pandores ont arrêté 12 personnes grâce à l’exploitation d’une vidéo amateur. Selon des informations exclusives de Seneweb, l’imam incriminé a fini par avouer qu’il est le commanditaire de cette agression mortelle . Un muezzin a été lynché à mort pour avoir décidé de construire sa propre mosquée. Tout serait parti lorsque le muezzin a été accusé d’avoir volé une fenêtre au niveau de la mosquée de cette localité. Se sentant offensé, Bassirou Mbaye a décidé de ne plus fréquenter ce lieu de culte. Il a, ainsi, entamé la construction de sa propre mosquée sur un terrain qu’il a acquis. Malheureusement pour lui, le sieur Mbaye s’est heurté à l’opposition farouche des notables du village.
Selon des informations de Seneweb, des habitants ont organisé une réunion nocturne secrète au cours de laquelle l’imam a ordonné aux participants d’attaquer leur ex-muezzin. Armés de bâtons, de machettes, entre autres armes, les assaillants ont décidé d’entreprendre une expédition punitive. Ainsi le muezzin a été battu à mort sur le site même de la mosquée en construction. La scène de l’horreur a été filmée par un individu avec son smartphone. Suite à ce fait gravissime, les gendarmes ont débarqué sur les lieux du crime pour procéder au constat. Au
cours de cette procédure judiciaire, les enquêteurs ont identifié les mis en causes suite à l’exploitation d’une vidéo amateur largement partagées sur les réseaux sociaux. Dans ses aveux, l’imam a confié qu’il est le commanditaire de cette attaque perpétrée contre le muezzin.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.