Le Café qui réveille l'Info

Burkina Faso : Paul-Henri Sandaogo Damiba, le putschiste écarté du pouvoir par un nouveau coup d’État

Après une journée de confusion vendredi 30, le président de la transition, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a été renversé. La nouvelle a été rendue officielle au journal télévisée de 20h. Il avait lui-même renversé Roch Marc Christian Kaboré en janvier 2022.

Comme son prédécesseur Roch Marc Christian Kaboré qu’il avait renversé en janvier dernier, le lieutenant-colonel Damiba est, lui aussi, tombé pour ne pas avoir su juguler la vague terroriste dans le pays. Le haut-gradé est pourtant reconnu comme un soldat de terrain compétent, spécialiste de la lutte anti-jihadiste, rappelle notre envoyé spécial à Ouagadougou, Sidy Yansané.

Âgé de 41 ans, Paul-Henri Sandaogo Damiba a été formé à l’Académie militaire de Po, dans le sud du Burkina Faso. Commandant de compagnie pendant huit ans au sein du Régiment de sécurité présidentielle, dirigée par le général Gilbert Diendéré. Pourtant, il s’opposera à son supérieur en 2015 lors de la tentative de putsch menée par ce dernier. Il est de ceux que l’ancien président de transition Michel Kafando avait surnommé « les boys » du fait de cette opposition. Le lieutenant-colonel Damiba avait d’ailleurs témoigné en 2019 lors du procès du général Diendéré.

Bis repetita

Rompu au combat contre les jihadistes, il est désigné en décembre dernier commandant de la 3e région militaire couvrant la partie est du pays et la capitale Ouagadougou. Une nomination qui fait suite au massacre d’Inata, où 53 gendarmes ont trouvé la mort dans une attaque terroriste. 

L’attaque de trop, qui avait poussé l’ancien président Kaboré vers la sortie. L’histoire se répète, cette fois en défaveur du lieutenant-colonel Damiba, après l’embuscade lundi contre un convoi de ravitaillement en route pour Djibo qui a fait onze militaires tués et une cinquantaine de civils portés disparus.

Avec Rfi

Les commentaires sont fermés.