Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 23 Septembre 2022

- Advertisement -

1- Grève : Les contrôleurs aériens mettent leur menace à exécution malgré l’interdiction judiciaire

L’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) informe que “malgré l’interdiction de la grève par tous les tribunaux saisis, et malgré les Arrêtés de réquisitions des contrôleurs aériens pris par tous les Etats membres concernés, l’Union des Syndicats des contrôleurs aérien (USYCAA) a lancé le mot d’ordre d’une grève sauvage”.

L’ASECNA invite “tous les usagers de l’Air sont invités à consulter les SUP AIP pour prendre connaissance de la situation de chaque aéroport”.

“Les services seront rendus conformément aux notices d’informations (NOTAM) qui ont été publiées sur les sites professionnels appropriés pour les usagers de l’air (compagnies aériennes, armées de l’air,).Tous les tribunaux saisis ont rendu un verdict interdisant ou suspendant la grève”, notifie l’Agence. (Avec Seneweb)

2-Assemblée nationale : 165 véhicules offerts aux députés sortant pour service rendu à la nation

L’Assemblée nationale du Sénégal ne connait pas la crise. Tous les députés sortant gardent leurs véhicules parce qu’on considère que la durée d’amortissement est de 5 ans, prétexte un député interrogé par le journal Lobs. Déjà les 27 membres du bureau sortant de l’Assemblée nationale ont reçu gratuitement un véhicule en guise d’indemnité de sortie, au moment où les Sénégalais font face à l’inflation. Selon Senenews, qui reprend l’information du journal Lobs, l’Etat vient d’offrir un autre beau cadeau aux élus du peuple de la dernière législature. En effet, plus de 165 véhicules 4X4 ont été offerts aux députés sortants et une nouvelle commande est en cours de préparation. D’aprés le journal, il s’agit de la jurisprudence Wade qui s’appliquent aux députés en l’espèce. En effet, celle-ci (la jurisprudence) avait consisté, au sortir de la législature qui avait précédé celle de 2007, pour le Chef de l’Etat d’alors, à offrir les véhicules aux parlementaires sortants. Ce, pour service rendu à la nation.

3- Gamou Tivaouane : Les autorités lancent un appel au Khalife pour l’interdiction des motos “Jakarta” durant le Maouloud

D’après le lieutenant colonel Alioune Diop, les conducteurs de motos Jakarta sont souvent les principales victimes d’accident pendant les grands événements religieux. Pendant le Grand Magal de Touba, sur trente décès enregistrés, 10 étaient des conducteurs de motos. Devant cette situation, le lieutenant colonel Alioune Diop a demandé aux guides religieux de lancer un appel aux pèlerins afin que les motos ne viennent pas au Maouloud de Tivaouane.

 » Je voudrais demander au Khalife général pendant le bourd de lancer cet appel, sa voix porte beaucoup plus que les nôtres et les motos Jakarta nous causent beaucoup de problèmes. On ignore même parfois les raccourcis qu’ils prennent pour entrer dans les lieux de l’événement. Ils se faufilent malgré les dispositifs, parfois quand ils viennent en groupe c’est pour éviter un effet inverse qu’on les laisse passer », a indiqué le colonel Diop.

Une situation confirmée par le colonel Ange Michel Diatta, de la brigade des sapeurs, qui a déploré le comportement des conducteurs de deux roues et demandé aux autorités de prendre des mesures pour éviter les morts sur la route.  » Les motos Jakarta sont soit les victimes des accidents soit impliquées dans la plupart d’entre eux. A défaut de ne pas amener des Jakarta à Tivaouane, il faut qu’ils portent des casques », préconise-t-il.

En réponse à sa demande, indique Seneweb, le ministre de l’Intérieur, qui dit avoir déjà eu des séances de travail avec les conducteurs de motos, compte leur parler et lancer un appel à leur endroit en plus de celui des religieux.

À DÉCOUVRIR

4- Affaire Ville de Dakar/Mairie Dakar Plateau : L’autorisation de démolition du marché Sandaga annulée

Soham El Wardini crie victoire. Elle vient de remporter la bataille de Sandaga. En effet, l’autorisation de démolition du marché Sandaga a été annulée. Une décision tardive car le marché a été déjà rasé. On se rappelle du différend entre la Ville et la mairie de Dakar Plateau dirigée le Maire Alioune Ndoye.

Maire de Dakar à l’époque, elle avait attaqué cette décision en justice. Un combat qu’elle vient de remporter. « Le droit est dit. Mieux vaut tard que jamais », a-t-elle écrit sur sa page Facebook visité par Senego.

« Quand on parle de Sandaga, quand on parle de l’Hôtel de Ville de Dakar, on parle de l’identité de Dakar. Quand des touristes viennent à Dakar, c’est des endroits qu’ils veulent absolument visiter. Ils veulent visiter l’âme de Dakar. Alors je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas réhabiliter tous ces sites historiques, ces bâtiments classés patrimoines de l’UNESCO. Je vois encore d’autres bâtiments comme la Préfecture, la Gouvernance qui pourraient faire l’objet de cette réhabilitation pour vraiment refaire le centre historique de Dakar. Et c’est possible », avait-elle déclaré.

5- Rentrée scolaire du 3 octobre : Les enseignants du privé catholique menacent de ne pas regagner les classes

La rentrée scolaire pourrait être hypothéquée pour le privé catholique. Le Syndicat national des enseignants des écoles catholiques du Sénégal (Sneecs) va entamer le bras de fer contre son patronat et contre l’Etat du Sénégal, pour des « manquements » à l’égard de la gestion de la carrière de ses membres. A quelques jours dd la rentrée scolaire prévue le 3 octobre, il menace de de ne pas regagner les salles de classe.

« Face à cette crise qui n’épargne personne, notre première revendication, c’est l’augmentation des salaires alignés au coût de la vie, avec une révision de la grille des salaires. Personne ne nous a entendus jusqu’ici, mais on attendait juste le moment et c’est le bon moment. La revalorisation des salaires est aujourd’hui au cœur de nos préoccupations, parce que tout le monde du travail ressent les contraintes du coût de la vie. C’est pourquoi on ne peut pas ne pas passer par la révision de la grille des salaires. En quelque sorte, nous allons vers une dénonciation de l’actuelle grille des salaires pour une augmentation des salaires », a confié la Secrétaire générale du Syndicat national des enseignants des écoles catholiques du Sénégal (Sneecs) au journal Le Témoin, repris par PressAfrik.

En plus de cette préoccupation, les enseignants du privé catholique ont exigé l’augmentation de la prime de l’Office national de l’enseignement catholique du Sénégal (Onecs), mais également l’octroi d’une prime de recherche. « Les enseignants du privé catholique ne bénéficient que d’une seule prime, qui est la prime de l’Onecs. Cette prime n’a pas connu d’évolution depuis 10 ans. Nous demandons aussi l’octroi d’une indemnité de recherche », affirme Mme Diop. Qui demande par ailleurs, le reversement régulier des charges sociales au niveau de la Caisse de sécurité sociale, l’Ipres et l’Ipm…

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.