Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 22 Septembre 2022

- Advertisement -

1- Drame à l’Hôpital Matlaboul Fawzayni de Touba : Les médecins ont dû choisir entre la mère et le bébé

M. Mbodj une jeune femme a perdu la vie à l’hôpital Matlaboul Fawzayni de Touba suite à une césarienne. En colère, sa famille, accuse l’hôpital de négligence médicale flagrante et interpelle le ministère de la Santé.
« Nous avons évacué, vendredi dernier, ma fille à l’hôpital. Le chef des blouses blanches leur avait demandé de ne pas l’opérer à cause de son hypertension. Mais M. Mbodj a subi une opération au bloc à mon insu et en l’absence du patron de ces agents. Ils m’ont chassée », a déclaré sa mère, Sokhna Dia.

Mais d’après une source médicale à l’hôpital de Touba, les médecins ont décidé de l’opérer car sans cela, la jeune femme aurait risquer de mourir, avec son bébé en plus. « Dès son arrivée à l’hôpital vendredi dernier, la dame en état de grossesse ne pouvait pas subir une opération. Mais son état de santé était devenu de plus en plus critique à partir de dimanche. Ainsi la patiente a été acheminée au bloc opératoire pour sauver sa vie ou celle de son fœtus », confie la source médicale contactée par nos confrères de Seneweb. Finalement, c’est le bébé qui s’en est sorti et pas la jeune dame.

2- Arrêtés lors du Magal de Touba : Les déférés en audience spéciale ce jeudi

Ils sont au nombre de 103 personnes, toutes de sexe masculin a étre déférées au parquet de Diourbel, pour divers infractions lors de la cérémonie du grand Magal de Touba. Inculpés après leurs arrestations, ils seront jugées lors d’une audience spéciale prévue ce jeudi 22 septembre. Ils sont poursuivit pour la plupart, d’usage de détention, offre et cession de chanvre indien. Les autres délits concernent entre autres, l’ivresse publique manifeste, de détention et usage de produits cellulosiques.

3- Aéroports : Les aiguilleurs du ciel décrètent une grève de 48 h, dès vendredi

Le syndicat des aiguilleurs du ciel du Sénégal partira en grève ce vendredi 23 septembre. Selon ces travailleurs, les négociations entamées avec l’administration de l’Asecna n’ont rien donné. Ils déplorent également le manque d’effectif et demandent un meilleur plan de carrière, rapporte Senego. Les aiguilleurs du ciel ne comptent pas baisser les bras tant que leur revendication ne sont pas prises en charge par les autorités compétentes.

« Quand le président nous avait reçu dans un premier temps, on avait suspendu le mot d’ordre de grève pour aller en négociation avec l’administration de l’Asecna. Mais durant ces négociations-là, on n’avait pas eu satisfaction. Donc, on s’est donné un temps pour attendre la décision du comité du ministre qui est l’instance suprême de l’Asecna sans avoir de retour. C’est pourquoi on a décidé de remettre le préavis de grève sur la table« , a déclaré sur Rfm, le secrétaire général du syndicat des aiguilleurs du ciel du Sénégal, François Gomis.

4- Education : Une centaine d’écoles privées de rentrée scolaire le 6 octobre

À DÉCOUVRIR

La rentrée des classes 2022 /2023 est prévue pour le 3 octobre, pour les enseignants et au 6 pour les élèves avec le concept «Oubi tey, diang tey». Mais avec les inondations qui sévit un peu partout sur le territoire nationale, plusieurs écoles ne prendront pas part à ce rendez vous.

Le directeur de la formation et de la communication du ministère de l’Education nationale, Mamadou Moustapha, Diagne, interrogé par L’Observateur, soutien que le démarrage des cours sera effectif dans ces écoles avant la fin du mois de novembre, coïncidant avec la fin de l’hivernage.

Mamadou Moustapha Diagne estime qu’il ne sert à rien d’évacuer les eaux alors que l’hivernage n’est pas terminé. Toutefois, précise M. Diagne les eaux seront définitivement dégagées en rapport avec les pompiers et les agents du Service d’hygiène.

Il faut aussi noter que certaines des écoles épargnées par les eaux de pluies, sont actuellement occupées par les sinistrés des inondations. Ainsi pour la bonne marche de l’ouverture des classes, le ministère de l’Education nationale invite aux collectivités locales de reloger les concernés avant le 30 septembre, la date fixée par la tutelle pour «reprendre» les établissements en question.

5- La SETER secouée par une affaire de harcèlement présumé

La Société d’Exploitation du Train Express Régional de Dakar (Seter) à nouveau dans un scandale entre les employés et la direction générale. Après le limogeage du directeur juridique de la SETER, une affaire de harcèlement présumé secoue l’entreprise.

Dans un courrier en date du 18 septembre 2022 et intitulé « alerte au harcèlement et parcouru par Libération, la responsable Santé Sécurité du travail à la Seter, victime présumée, dénonce avoir subit des violence de la part du directeur QHSE.

« n’ayant pas de nouvelle de mon alerte, porté au directeur juridique le 18 juillet 2022, j’ai averti les délégués du personnel sur ma situation de violence subie. Au départ de M. Samb le 31 aout 2022, je porte à votre connaissance, les agissements et comportements inappropriés, anti-professionnels dont je suis victime, générés par Monsieur Nicot, directeur QHSE. Je souhaite dénoncer les conduites contre productives de Monsieur Nicot directeur QHSE ». Elle ajoute : « son comportement professionnel avec moi est honteux, ambiguë, discordant. Ainsi et de manière prépondérante, pour assurer son forfait contre moi, c’est à l’écart, dans son bureau retiré, isolée des autres agents. Ainsi lorsque nous sommes seul à seul, il me démolit. Il a alors ses habitudes : de menace, de dissuasion, d’humiliation, de dégradation. Il porte atteinte à ma dignité, par ses propos, son acharnement… »

« Son comportement répétitif, injurieux (…) Il me soumet à des situations intimidantes, des actes de pression graves. », lit-on sur la note.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.