Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 4 Juillet 2022

1- Acte de vandalisme au Lycée de Yoff : L’élève O. Dièye déféré ce lundi

L’Elève O. Dieye risque de passer les vacances en détention. Selon « Libération », qui donne l’information, O. Dièye, un élève en classe de quatrième qui est âgé 18 ans. Il sera déféré au parquet ce lundi. Poursuivi pour « destruction de biens publics », l’élève risque un mandat de dépôt.
Rappelons que, pour « fêter » le début des grandes vacances scolaires, un groupe d’élèves a choisi de mettre à sac une salle de classe du lycée Ousmane Sembène de Yoff (Dakar). Les tables-bancs, les bureaux ainsi que les armoires ont été renversées, les fenêtres cassées, le matériel informatique endommagé, et d’autres matériels ont été détruits. Les images de ce saccage sont vite devenues virales et ont fait le tour des réseaux sociaux. Suite à une plainte contre X déposée par le proviseur dudit établissement, O. Dieye a ete arrété et sera defferé ce lundi, Par ailleurs, d’autres mis en cause sont actuellement recherchés par la police.

2- Accident à l’aéroport Charles de Gaulle de Paris : Un avion Air Sénégal endommagé

D’après PressAfrik, un avion Air Sénégal a été endommagé par les opérations de manutention à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. La paroi de ce dernier a, en effet, été « percutée et abîmée pendant son chargement sur le tarmac de l’aéroport Charles de Gaulles de Paris, par faute d’une mauvaise manipulation », lit-on dans la note d’informations de la Compagnie aérienne. La même source d’indiquer à ce sujet que les passagers impactés ont été pris en charge.

3- « Diffamation, injures » : Pourquoi le juge refuse d’auditionner Cheikh Oumar Diagne dans le fond?

En prison depuis trois mois, Cheikh Oumar Diagne n’a pas toujours été auditionné par le juge. D’après « Les Échos »,rapporte PressAfrik, le magistrat ne veut pas interroger dans le fond Cheikh Oumar Diagne. Au motif qu’il ne dispose pas de l’original de son dossier, qui se trouve au niveau de la chambre d’accusation. De ce fait, la loi renseigne que « tant que celui-ci ne reviendra pas au niveau du deuxième cabinet, il n’y aura pas d’audition au fond. »

L’on renseigne que si le dossier est au niveau de la chambre d’accusation, c’est parce que les avocats de Cheikh Oumar Diagne avaient saisi cette juridiction pour demander l’annulation de la procédure et du réquisitoire introductif du procureur de la République, qui ont abouti à l’inculpation et au placement sous mandat de dépôt de leur client.

Nos confrères renseignent qu’ils ont été déboutés le 11 mai dernier. Pire, pour eux, le dossier n’a pas pris le chemin inverse chambre d’accusation-deuxième cabinet. Au grand dam de Cheikh Oumar Diagne, qui devra attendre en prison son audition au fond avant de pouvoir déposer une demande de liberté provisoire.

4- Manif du 17 juin à Ziguinchor : Guy Marius Sagna dénonce des « cas de tortures et de violations graves des droits de l’homme »

À DÉCOUVRIR

L’activiste Guy Marius Sagna, arrêté puis libéré en même temps que d’autres manifestants lors de la manifestation interdite du 17 juin dernier, de la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) à Ziguinchor (sud), a fait le point de leur séjour dans les locaux de la police et de la gendarmerie. Face à la presse dimanche, il a dénoncé « des cas de tortures et de violations graves des droits de l’homme ». Il accuse, cependant, le président de la République Macky Sall d’être l’unique responsable de ces actes.

« trente quatre (34) parmi les trente six (36) qui ont été arrêtés le 17 et le 18 juin dernier, avant d’entrer dans la prison de Ziguinchor, ont été totalement dénudés . Pire, on leur a demandé de faire des pompes et certains en ont fait jusqu’à être exténués et jusqu’à tomber parce que n’arrivant plus à respirer », a déploré l’activiste.

Qui poursuit :  » Les manifestants sont considérés comme des pintades et des pigeons sur lesquels la gendarmerie ou d’autres agents des forces de défense et de sécurité peuvent impunément tirer ».

Guy Marius Sagna qualifie les faits qui se sont passés à la gendarmerie de « voyouteries ». « Nous dénonçons les actes posés par les policiers et les gendarmes qui sont en réalité des « voyous et des bandits tapés de la tenue de gendarme et de policier qu’ils discréditent en réalité ».

Face à ces violations « graves » des droits de l’homme, l’activiste interpelle directement le chef de l’Etat. « Nous n’accepterons plus un autre Idrissa Goudiaby (jeune tué lors des manifestations, ndlr) ainsi que d’autres manifestants torturés », prévient-il. (Avec PressAfrik)

5- Hajj 2022 : Du nouveau dans l’affaire des 46 pèlerins escroqués par le directeur d’une agence de voyage fantôme

Quarante-six candidats au pèlerinage à la Mecque sont dans le désarroi. Ils ont perdu toute trace du directeur de l’agence Conciergerie voyage, un certain I. O. Diallo, à qui ils ont remis chacun 4,4 millions de francs CFA afin de pouvoir accomplir le cinquième pilier de l’islam.

Le préjudice financier est estimé à 207 millions de francs CFA. D’après Enquête, qui donne l’information dans son édition de ce lundi, indique Seneweb, les 46 pèlerins ont tenu un sit-in hier, dimanche, devant les locaux de l’agence. Ils avaient souscrit à l’offre de Conciergerie voyage il y a deux mois. «Depuis lors, il (I. O. Diallo) nous fait valser, s’emporte M. Sall, une des victimes présumées, interrogée par le journal. Nous avons passé toute une semaine sous le hangar des pèlerins, sis à l’aéroport Léopold Senghor. Chaque matin, vers midi, on nous dit que nous ne pouvons pas nous vacciner. On ne voit pas l’ombre de celui à qui nous avons remis notre argent.» Les 46 candidats au pèlerinage sollicitent l’intervention du Président Macky Sall. Leur porte-parole précise, toujours dans les colonnes de Enquête, qu’ils ne cherchent pas à être remboursés, ils veulent plutôt se rendre en Arabie saoudite.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.