Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 29 Juin 2022

1- Yewwi annule sa marche et reprend les concerts de casseroles, ce jeudi

Les manifestations de YAW prévu ce 29 juin dans toutes les régions du senegal n’auront finalement pas lieu. C’est Aida Mbodji qui fait l’annonce, lors de la conférence de ladite coalition. Par ailleurs, ces leaders de l’opposition comptent tout de même se faire entendre.

Face à la presse, ils ont annoncé l’organisation d’un nouveau concert de casseroles ce jeudi 30 juin à 20heures. Et pour Ousmane SONKO, « il faut, cette fois, que ceux qui sont en Mauritanie entendent le bruit des marmites. »

2- Après bébé Aïda Diagne, une autre fillette volée à Pikine

Après la fille de Zale Make up, Bébé Aida Diagne volée par une Gambienne prise d’un désir incontrôlable d’avoir un enfant, une autre fillette qui habite Pikine, du nom de Ndeye Diagne enlevée à ses parents. Selon Senenews qui donne l’information, Ndeye Diagne a été enlevé mardi, lorsqu’elle allait à l’école. Elle a finalement été retrouvée au Lac Rose. La même source révèle que son ravisseur est entre les mains des enquêteurs.

3- Situation préélectorale tendue : Les Associations de presse s’inquiètent et alertent

La situation que traverse le pays ne laisse pas indifférente les acteurs de la presse. La Coordination des Associations de Presse (CAP) s’est dit préoccupe par la tension politique très tendue au Sénégal. En conclave à la maison de la presse, les associations organisées en regroupements, découle de la tension politique observée en cette veille d’élections au Sénégal ne compte pas dormir sur son lauriers, rapporte Senenews.

« Les élections législatives en 2022 et les élections présidentielles de 2024, censées raffermir la démocratie au Sénégal, risquent au contraire de plonger le Sénégal dans le chaos, avec déjà trois pertes de vie humaine. La situation politique au Sénégal devient ainsi une menace pour la paix sociale et obère toute possibilité de développement économique. Face à cette situation qui porte les germes d’une guerre civile, tous les Sénégalais sont interpellés » ont-ils avancé.

À DÉCOUVRIR

4- Affaire «Force spéciale» : Huit mandats d’arrêt requis, voici les noms de personnes visées

Le procureur de la République a bouclé son réquisitoire introductif à propos de l’affaire des onze membres de la «Force spéciale» accusés d’avoir voulu semer le chaos à Dakar. Le chef du parquet a transmis le dossier au juge du deuxième cabinet et requis le mandat de dépôt contre les mis en cause.

Mais le ministère public ne s’est pas arrêté en si bon chemin. D’après L’Observateur de ce mercredi, rapporte Seneweb, le procureur a en plus requis le mandat d’arrêt contre huit personnes qui seraient liées à cette affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat mais qui sont dans la nature.

Le journal a donné les noms de tous les concernés. Il s’agit de Aliou dit Dounkhaf, Ousmane Diouf, Yaya Cissé, Khadim Ndiaye, Awa Dia dite Nadine, Babacar Ba, Ousseynou Seck alias Akhenaton et Max Killuminati.

Ces deux derniers sont localisés en Europe. Pour leur arrestation, nos confrères informent que Interpol a été mis sur le coup. Akhenaton et Killuminati sont présentés comme les cerveaux de la «Force spéciale».

5- Le procès en appel d’Imam NDAO et Cie décalé au 28 novembre

Le renvoi du procès en appel d’Imam Alioune Ndao, Makhtar Diokhané et leurs co-accusés jusqu’au 28 nombre prochain a été éclipsé, avant-hier, par l’audience spéciale de Déthié Fall et autres devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Compte tenu de l’occupation de la salle 4, habituée à abriter la chambre criminelle, le juge a décidé de repousser leur procès. Ce sera dans quatre mois, indique Walfnet.

Maintenu le 30 mai dernier devant la chambre criminelle d’appel de Dakar avant d’être reporté au 27 juin, leur procès est à son deuxième renvoi. Ce report est lié à l’absence d’un des avocats de la défense. Ils étaient une trentaine d’individus accusés d’avoir cherché à «créer un réseau djihadiste, en lien avec Boko Haram». Jugés en première instance, les uns dont Imam Alioune Ndao ont été acquittés tandis que les autres avaient écopé de lourdes peines allant de 5 à 20 ans de prison.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.