Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 25 Juin 2022

1- Anniversaire Rappel à Dieu-Serigne Pape Malick Sy : Tivaouane se souvient de son porte-parole

25 Juin 2020 – 25 Juin 2022 ! Deux ans , jour pour jour, que disparaissait Serigne Pape Malick Sy, le porte-parole du Khalife Général des Tidianes de 2017 à 2020. Le benjamin de la famille du premier Khalife de Seydi El Hadj Malick SY a été rappelé à Dieu le jeudi 25 Juin à Dakar. Il a été désigné porte-parole après le décès de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine en remplaçant à ce poste Serigne Babacar Sy Mansour, l’actuel Khalife de Tivaouane.(Avec Senego)

2- Assemblée nationale : Jeudi 30 juin, fin de la 13eme législature et retraite pour Moustapha Niasse

Les députés de l’Assemblée nationale sont convoqués en séance plénière jeudi prochain, à partir de 10 heures. Ordre du jour : le débat d’orientation budgétaire et la clôture de la session ordinaire. Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, défendra le projet de loi. A la fin des discussions, l’Assemblée nationale va procéder à la clôture de la session ordinaire unique de l’année 2021-2022.

En outre, ce jour marquera la fin du mandat des députés de la treizième législature. Et oui, la retraite pour Moustapha Niasse, après dix ans à la tete de l’ assemblée nationale. Le leader de l’AFP n’est pas candidat pour les prochaines législatives.

Par ailleurs, selon nos confrères du journal Les Echos et Seneweb, l’Assemblée nationale recevra ce jeudi-là comme invité, le tout nouveau président du parlement ivoirien, Adama Bictogo. Il sera l’invité d’honneur de la session de clôture.

3- « Complot contre l’autorité de l’État » : La «Force Spéciale» retourne au Parquet lundi

La Sûreté Urbaine a bouclé son enquête jeudi… Elle avait déféré, hier, les agents de la «Force spéciale» qui avaient prévu de jeter le trouble dans la capitale, selon les investigations policières.

Selon Le Quotidien, rapporte, Seneweb, Pape Ousmane Seck, Bouna Ba, Madické Diop, Abdoul Aziz Niang, François Mancabou, Babacar Ndao, Abdoulaye Ndiaye, Assane Dramé, Mor Guèye, Ibrahima Diédhiou et Abdoul Aziz Niang ont passé la journée dans la cave du Palais de justice de Dakar. Finalement, ils ont fait l’objet d’un retour de Parquet et devraient revenir au Tribunal. Entre temps, le ministère public devrait finaliser le choix d’un juge d’instruction.

4- Manif de Yewwi : Dix gardes du corps de Sonko envoyés en prison

À DÉCOUVRIR

Dix membres de la sécurité de Ousmane Sonko ont été placés sous mandat de dépôt hier, vendredi. Leur dossier a été envoyé en instruction, renseigne Seneweb, qui reprend l’information de vox populi.

Rappelons que ces gardes du leader de Pastef ont été arrêtés mardi dernier. Six d’entre eux, renseigne le journal, ont été interpellés alors qu’ils se rendaient au domicile de Ousmane Sonko.

Ils sont poursuivis dans le cadre de la traque des participants et organisateurs de la manifestation interdite de Yewwi Askan Wi, tenue la semaine dernière.

5- « Dérives  » sur les réseaux sociaux ; Le régulateur français veut renforcer sa collaboration avec le CNRA

L’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM) de France souhaite renforcer sa coopération avec le régulateur sénégalais par le partage d’expériences, en vue de permettre aux deux parties de mieux faire face aux « dérives » sur les réseaux sociaux. Dans cette optique, des équipes de l’ARCOM et du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) du Sénégal se sont réunis vendredi, à Dakar, pour réfléchir ensemble sur « les bouleversements technologiques et économiques induits par le numérique sur les écosystèmes numériques ».

« L’objet de notre collaboration est de voir ensemble comment on peut partager nos expériences et nos approches, pour arriver à dessiner ensemble une régulation qui sera à la fois respectueuse de nos valeurs de la démocratie, notre liberté d’expression et répondre au besoin de protection des valeurs de la République », a déclaré Roch-Olivier Maistre, président de l’ARCOM, anciennement Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

« On a vu se développer la haine en ligne, la violence qui choque les opinions publiques qui sont aujourd’hui en demande de responsabilités, de régulation comme elles existent depuis longtemps dans nos pays en matière d’audiovisuel », a-t-il ajouté. Dans cette dynamique, il a insisté sur « la nécessité de mettre en place une supervision pour s’assurer qu’ils mettent bien en œuvre ces moyens et de donner aux autorités de régulation un pouvoir de sanction ».

Babacar Diagne, président du CNRA, a de son côté déclaré qu’il est arrivé « un moment d’exigence de collaboration parce qu’il faut lutter contre les propos haineux, mais surtout parce qu’on a réalisé que cela ne pouvait plus se faire à l’échelle d’un pays, mais plutôt à l’échelle de plusieurs pays ».

« Nous sommes attentifs à ce qui sera fait par l’Union européenne parce qu’on a vu que vous avez réussi à convaincre les géants du web, autrement dit les GAFA et les opérateurs, sur la nécessité de réguler, mais également vous avez réussi à avoir quelques retombées financières », a-t-il dit. (Avec APS)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.