Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 23 Juin 2022

1- Spéciale commémoration 23 juin : Il y a onze ans, les Sénégalais contrecarraient les plans de Wade

Il y a 11 ans, précisément le jeudi 23 juin 2011, des Sénégalais se sont opposés au vote d’une réforme constitutionnelle, un « ticket présidentiel », qui était considéré comme une tentative de passer la main au fils du président de l’époque, Abdoulaye Wade. Cette réforme de la Constitution devait abaisser à 25 % le seuil minimum des voix nécessaires au premier tour pour élire un « ticket présidentiel » comprenant un président et un vice-président et ainsi assurer le maintien au pouvoir de Wade père et fils. Mais à l’appel d’activistes, de mouvements de la société civile, de journalistes, cette réforme suscite un fort rejet populaire. une grande manifestation avait eu lieu devant le Parlement suivie d’affrontements entre forces de l’ordre et citoyens. Les grilles de l’Assemblée résonnent à coups de déflagrations de bombe lacrymogène. La tension est à son comble. Outre Dakar, des manifestations ont eu lieu à Thiès et à Ziguinchor, rappelle Seneweb.

Le pouvoir , acculé, consent à retirer le projet de loi controversé.
En effet, c’est le ministre de la justice, de l’époque, Cheikh Tidiane Sy, qui va annoncer le retrait de cette mesure aux députés peu après l’ouverture de la séance plénière où elle devait être adoptée. Le président Wade « a pris en considération vos préoccupations » et « a pris bonne note » de toutes les réactions, « il m’a chargé de retirer ce projet de loi », a déclaré le ministre.

2- La révolution des «casseroles» : « Cette jeunesse a montré sa détermination et son désir de changement »(Emmanuel Desfourneaux, Journaliste)

Oui, ils l’ont fait ! Ce 22 juin restera dans les annales de la démocratie sénégalaise. Des concerts de casserole et de klaxon ont retenti partout dans le Sénégal faisant suite à l’appel d’Ousmane Sonko.
Oui, ils l’ont fait ! Ce 22 juin, au Sénégal, des jeunes ne sont pas tombés dans les pièges cyniques de Macky Sall. Ils sont sortis pacifiquement pour exprimer leur détresse et leur ras-le-bol face aux atteintes répétées à la démocratie sénégalaise. Les casseroles ont remplacé les œillets (Portugal, en 1974). Les forces de l’ordre, ce soir, resteront piteusement dans leur caserne. La casserole ne pourra pas être accusée d’atteinte à la sûreté de l’état ou d’acte de terrorisme.

Si la méthode de la casserole n’est pas nouvelle dans le monde, elle peut prendre une nouvelle tournure au Sénégal. Ce serait inédit dans l’histoire politique. Une casserole, un ustensile pas vraiment éblouissant, pourrait l’emporter sur un régime politique. A condition que ces manifestations sonores s’inscrivent dans la durée et dans une vocation pacifique. Cette jeunesse, le 22 juin, a montré sa détermination, sa discipline et son désir de changement. Elle est un modèle pour toute l’Afrique. Ces jeunes sont devenus des héros ordinaires. Leur leader Ousmane Sonko en sort renforcé.

3- Concert de casseroles : « L’opposition a inventé ce système pour s’amuser » ( porte-parole du gouvernement)

Le ministre Oumar Gueye s’est exprimé au lendemain du concert de casseroles initié par le leader de Pastef, Ousmane Sonko. Selon le porte-parole du gouvernement, « l’opposition a inventé ce système pour s’amuser ». Ceci, poursuit-il, « après avoir lamentablement échoué lors de la manifestation du vendredi 17 juin ». 
Ainsi, d’après Seneweb, Omar Gueye concède qu’il s’agit bel et bien d’une forme de manifestation mais n’est pas comparable, selon lui, à la « désobéissance civile ». Quant aux leçons à tirer de cette forme de protestation, Oumar Gueye promet que « le gouvernement va apprécier ».

4- Le présumé rebelle Ousmane Kabillyne Diatta sous mandat de dépôt

À DÉCOUVRIR

Le présumé rebelle Ousmane Kabillyne Diatta est placé hier mercredi, sous mandat de dépôt par le Doyen des juges.
Oumar Maham Diallo, qui a suivi le procureur, Amady Diouf, a placé Ousmane Kabillyne Diatta sous mandat de dépôt.

Les forces de défense et de sécurité continuent la traque des rebelles en fuite qui devaient rejoindre leur camarade à Dakar, selon L’Obs. Le supposé membre du Mouvement démocratique des forces de la Casamance (Mfdc), qui vient de passer sa première nuit en prison, est inculpé de complot contre l’autorité de l’Etat, participation à un mouvement insurrectionnel, actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, culture et trafic de chanvre indien, renseigne, Senego.

Rappelons qu’ Ousmane Kabillyne Diatta, « un individu dangereux » aux yeux du procureur de la République, a été arrêté dans la capitale sénégalaise, le 8 juin dernier.

5- Coupures de courant : Fatou Ly Mbow, Directrice réseau Senelec explique les raisons

Fatou Ly Mbow, Directrice réseau de la Senelec a apporté des clarifications, sur les ondes de la RFM, sur les coupures de courant enregistrées depuis quelques temps.

Selon la directrice : “Il s’agit de deux éléments isolés. Le dimanche 19 janvier à 17 heures 59 minutes, une opération de synchronisation était en train d’être menée sur la ligne Matam qui relie le réseau interconnecté de Manantali à celui de Senelec. Des perturbations ont été enregistrées. Un incident généralisé est donc survenu et s’est fait ressentir dans l’ensemble du pays. C’est aux environs d’ailleurs de 20h 10 que la situation s’est améliorée”.

Elle ajoute que les coupures de mardi dernier sont dues à un manque de combustible : « Il y a une centrale assez conséquente qui a été affectée par un manque de combustible et qui s’est retrouvée avec une puissance limitée. Cette situation a induit un déficit de production au niveau de Senelec. c’est pourquoi nous nous excusons de ses désagréments ». Elle précise toutefois que ces coupures, survenues le mardi, n’étaient pas dûes à une mauvaise qualité de fuel.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.