Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 19 Mai 2022

1- Afrique : Mohamed Bazoum annonce la  »mort » du G5 Sahel

‘’Le G5 Sahel, est mort’’, déclaration du président nigérien dans une interview accordée au quotidien français La Croix. Mohamed Bazoum siffle ainsi la fin de ce cadre institutionnel regroupant le Mali, le Tchad, le Niger, le Burkina Faso, et la Mauritanie, mis en place en février 2014 pour lutter contre les djihadistes au Sahel.

Cette sortie intervient quelques jours seulement après que le Mali a décidé de quitter le navire. Un isolement de fait de Bamako, renforcé par le désengagement des forces françaises de l’opération Barkhane de ce pays.

Pour Mohamed Bazoum, cette nouvelle donne plombe le fonctionnement du G5 Sahel. Pour cause, l’impossibilité de conduire dorénavant une stratégie concertée et coordonnée contre les djihadistes. Le Niger tire déjà la sonnette d’alarme.  »Notre frontière avec le Mali est sous la coupe de l’Etat islamique au grand Sahara. » La faute selon Niamey, à  »Bamako qui n’a pas investi les postes avancés dans cette zone  ». (Avec Africanews)

2- L’ONU condamne le retrait du Mali du G5 Sahel : Vers un renforcement de la MINUSMA ?

L’ONU a condamné, mercredi, la décision du Mali de se retirer du G5 Sahel. A travers son organe exécutif, le Conseil de sécurité, les membres se sont également préoccupés du renforcement de la MINUSMA, qui reste une grosse interrogation.

La réunion du Conseil de sécurité tenue ce mercredi a été l’occasion pour l’ONU de se prononcer sur le retrait du Mali de la coalition du G5 Sahel. Presque tous les membres de l’organe exécutif de l’ONU ont déploré le retrait du Mali du G5 Sahel, ce groupe mis en place depuis 2014 pour assurer la coordination et le suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité. Pour les membres du Conseil de sécurité, le Mali devrait renouer le dialogue avec ses voisins en vue de continuer une lutte concertée contre le terrorisme qui ne saurait être l’affaire d’un seul pays. (Avec Afrik.com)

3- Burkina Faso : Dans le village de Perkoa, le sort des mineurs disparus a tout figé

Le temps semble s’être arrêté à Perkoa, le village qui abrite le site de la mine de zinc où huit personnes sont toujours portées disparues. Toutes les activités récréatives sont suspendues. Tous les regards sont tournés vers la mine, d’où tout le monde attend des nouvelles. Dans les écoles, les enseignants doivent faire face aux questions de leurs élèves. 

À Perkoa, le village qui abrite la mine de zinc, la vie tourne au ralenti depuis le 16 avril, quand une inondation s’est produite, bloquant à près de 720 mètres de profondeur huit mineurs : six Burkinabè, un Tanzanien et un Zambien. Dans le village, plus de réjouissance ni d’activités récréatives. (Avec RRFI)

4- Gambie : Une campagne de sensibilisation contre le trafic de bois

En Gambie, le bois est au cœur des derniers affrontements entre l’armée sénégalaise et le Mouvement des forces démocratiques de Casamance, au nord. Les bois rares rapportent gros et financent les séparatistes. Ils représentent aussi un revenu non négligeable pour les communautés proches de la frontière. Reportage au départ d’une campagne de sensibilisation des populations locales au sud du pays.

Dans le village de Jakoi Sibrik, au sud de la Gambie, la caravane des associations de protection de l’environnement arrive en fanfare. Après quelques minutes festives, les défenseurs de la nature prennent la parole. Dans la foule, Aboubacar Jarju, fermier d’une quarantaine d’années, explique que pour les agriculteurs, le bois c’est de l’argent facile et rapide… (Avec RFI)

5- Nigeria : La Haute Cour fédérale rejette la demande de libération sous caution de Kanu

Au Nigeria, la Haute Cour fédérale d’Abuja a rejeté la demande de libération sous caution de Nnamdi Kanu.

Lors de la reprise de l’audience mercredi, la juge Binta Nyako a déclaré que l’absence du leader séparatiste du Peuple indigène du Biafra (Ipob) du tribunal doit d’abord être étudiée, avant que sa demande puisse être entendue. Lors de sa précédente libération sous caution en 2017, le chef du mouvement de l’Ipob avait fui le pays.

Nnamdi Kanu est détenu en isolement dans l’attente de son jugement pour sept chefs d’accusation, dont terrorisme et trahison, qu’il aurait commis dans le cadre de campagnes séparatistes. (Avec Africanews)

6- Tchad : Grève des avocats

L’ordre des avocats du Tchad a décidé de cesser toute activité, à compter de ce 18 mai, jusqu’au 6 juin. Cette décision intervient après l’arrestation de deux de leurs confrères.

C’est suite à l’arrestation de deux de leurs confrères, samedi et mardi, en lien avec les manifestations violentes qui ont émaillé le pays, et qui ont vu la destruction de nombre de stations de la firme française Total, que les avocats tchadiens ont décrété un mouvement de grève. Au cours d’une assemblée générale extraordinaire, tenue ce 17 mai 2022 à N’Djamena, l’ordre des avocats du Tchad a pris la décision de cesser toutes les activités jusqu’au 6 juin. Ce, sur toute l’étendue du territoire. (Avec Afrik.com)

7- Burundi : HRW dénonce des exactions commises par les forces de défense et de sécurité

Des détentions arbitraires, des actes de torture et de harcèlement, des assassinats, dans une enquête publiée mercredi et fondée sur plus d’une trentaine de témoignages, des documents vidéo et des rapports d’enquêteurs locaux, l’organisation Human Rights Watch a documenté de nombreuses exactions commises par les services de renseignement, la police et les membres de la jeunesse du parti au pouvoir au Burundi. Les victimes sont des personnes soupçonnées d’appartenir à des partis d’opposition ou de travailler avec des groupes d’opposition armés. (Avec allAfrica)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.