Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 18 Mai 2022

1- Mali : Sept personnes inculpées pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État

Le gouvernement de transition malien assure avoir déjoué une tentative de coup d’État « dans la nuit du 11 au 12 mai », mené par un « groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressistes maliens », « soutenus par un État occidental ». On en sait à présent davantage sur les suspects.

De source judiciaire, ils sont sept à avoir été présentés mardi 17 mai dans l’après-midi devant le Tribunal de la Commune 6 de Bamako. Inculpés d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État et tentative de déstabilisation, ils ont été placés sous mandat de dépôt. (Avec RFI)

2- La RDC juge « prématuré » le retrait des troupes ougandaises

La République démocratique du Congo juge « prématuré » le retrait des troupes ougandaises de son territoire. Pour le gouvernement de Kinshasa, une telle décision doit être prise conjointement entre les deux Etats, après une « réunion des états-majors », afin d’« évaluer le degré d’évolution par rapport aux objectifs initiaux ».

Les militaires ougandais et congolais combattent en RDC le groupe de rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) depuis fin novembre, et la mission, prévue pour durer 6 mois, doit prendre fin le 31 mai « sauf instructions contraires », a indiqué le chef de l’armée de terre ougandais Muhoozi Kainerugaba. (Avec Africanews)

3- Afrique du Sud : Le procès de Jacob Zuma reporté au 1er août

À peine ouvert, le procès pour corruption de Jacob Zuma, a été reporté au 1er août prochain par la Haute Cour de Pietermaritzburg.

Une date fixée dans l’attente de la finalisation de la demande de réexamen déposée par l’ex-président sud-africain auprès de Mandissa Maya, la présidente de la Cour suprême d’appel.

Jacob Zuma tentait d’y faire récuser le procureur principal, l’avocat Billy Downer, qu’il accuse de partialité à son égard. Les débats de mardi ont uniquement porté sur les dates possibles du procès, les demandes en cours et la disponibilité des avocats.

4- Centrafrique : Les premiers accusés de crime contre l’Humanité entendus par la Cour spéciale

La Cour pénale spéciale a entendu, lundi, à Bangui, capitale de la Centrafrique, des accusés de crimes contre l’Humanité. Ce tribunal hybride de magistrats locaux et internationaux a siégé pour la première fois, depuis sa création en 2015.

La CPS (Cour pénale spéciale), créée il y a tout juste sept ans par le gouvernement centrafricain, sous le parrainage de l’ONU, et qui a en charge le jugement des crimes de guerre et contre l’Humanité commis depuis 2003, avait ouvert son premier procès le 25 avril dernier. Seulement, cette première audience avait été ajournée, sans que les accusés ne soient entendus. La raison ? Leurs avocats étaient absents à ce procès. -Avec Afrik.com)

5- Éthiopie : La Commission nationale des droits de l’homme s’inquiète d’une reprise des combats

La Commission nationale des droits de l’homme s’est déclarée « préoccupée », ce dimanche 15 mai 2022, dans un communiqué de la « montée des tensions » et de la récente reprise de « combats sporadiques » entre forces tigréennes et pro-gouvernementales. Une inquiétude exprimée alors que des informations en provenance du Tigré indiquent un regain d’activités militaires.

Le coût d’une reprise de la guerre dans le Tigré serait « incalculable », a dit la Commission éthiopienne des droits de l’homme, qui a réagi dimanche à une suite de déclarations belliqueuses les jours précédents. (Avec RFI)

6- COP 15 : Les organisateurs dressent un bilan satisfaisant à mi-parcours

A 48 heures de la fin de 15ème Conférence des parties sur la désertification et la sécheresse (Cop15), le président du comité d’organisation, Abou Bamba, dresse un bilan satisfaisant et évoque une bonne organisation à mi-parcours. Face à la presse mardi 17 mai, le PCO s’est dit ravi du bon déroulement de l’évènement qu’il espère finir en beauté. Il adresse par la même occasion une mention particulière à tous les participants, notamment les différents pays et les institutions internationales, ajoutant également que la qualité des problématiques abordées concourent aussi à cette réussite. C’est dans la même veine que le ministre. (Avec Financial Afrik)

7- Burundi : Des opposants présumés ont été tués, détenus et torturés – Les abus commis par les forces de sécurité aggravent l’insécurité

Les services nationaux de renseignement, la police et les membres de la jeunesse du parti au pouvoir au Burundi ont tué, détenu arbitrairement, torturé et harcelé des personnes soupçonnées d’appartenir à des partis d’opposition ou de travailler avec des groupes d’opposition armés, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Les autorités ont réagi avec une approche musclée aux attaques perpétrées contre des civils et des agents de l’État par des assaillants armés ou des membres présumés de groupes rebelles dans plusieurs régions du pays. Elles se sont montrées peu soucieuses de la nécessité d’enquêtes crédibles, de preuves objectives ou du respect d’une procédure régulière nécessaires pour amener les véritables responsables à répondre de leurs actes. Au lieu de cela, dans les provinces de Cibitoke et de Kayanza, où se sont concentrées les nouvelles recherches de Human Rights Watch, les autorités ont ciblé des opposants présumés du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD). (Avec allAfrica)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.