Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 17 Mai 2022

1- Mali : Les autorités de transition annoncent avoir déjoué un coup d’État

Les autorités de transition du Mali affirment avoir déjoué une tentative de coup d’État, dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 mai. « Un groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressiste, soutenus par un État occidental » aurait tenté le coup de force ce soir-là, selon un communiqué des autorités maliennes ce lundi 16 mai 2022.

2- Burkina Faso : Au moins 40 morts dans 3 attaques djihadistes

Une quarantaine de supplétifs de l’armée et de civils ont été tués samedi lors de trois attaques menées par des djihadistes présumés dans le nord et l’est du Burkina Faso. L’attaque la plus meurtrière a visé les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs civils de l’armée) de la commune de Guessel dans la région du Sahel (nord), tuant « une vingtaine de personnes, dont huit VDP », selon un de leurs responsables. (Avec Africanews)

3- Guinée-Bissau : Le président dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections législatives

Nouveau coup de théâtre en Guinée-Bissau où le président Umaro Sissoco Embaló a décidé de dissoudre le Parlement et d’organiser des élections anticipées. Ces dernières visent à mettre fin à une crise politique persistante et devraient se tenir d’ici à la fin de l’année.

« J’ai décidé de rendre la parole au peuple de Guinée pour qu’une fois de plus cette année, il puisse choisir librement dans les urnes le Parlement qu’il souhaite avoir pour un onzième mandat. », a déclaré Umaro Sissoco Embaló, président de Guinée-Bissau depuis 2020.
Le chef d’Etat a justifié sa décision par des « divergences persistantes et insolubles » avec l’organe législatif depuis plusieurs mois. (Avec Africanews)

4- 17 mai 1997-17 mai 2022: la RDC se souvient, 25 ans après Mobutu

17 mai 1997-17 mai 2022, vingt-cinq ans depuis la fin du pouvoir de Joseph-Désiré Mobutu, après trente-deux ans de règne sans partage, sur un territoire quatre fois plus grand que la France. Le 17 mai, c’est aussi l’anniversaire de l’arrivée au pouvoir de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), conduite par Laurent-Désiré Kabila et appuyée par les troupes rwandaises et ougandaises.

Mai 1997. Le pouvoir ou ce qu’il en reste vit ses derniers jours. Mobutu décide de jeter ses dernières forces dans la bataille, espérant grappiller quelques semaines ou mois. Il érige un dernier verrou à Kenge, à presque 250 kilomètres de Kinshasa. Il fait venir des combattants angolais en appui aux Forces armées zaïroises. Après presque une semaine de combat, le verrou saute, la Route nationale N°1 (RN1) est dégagée. La fin approche, mais Mobutu ne veut pas quitter Kinshasa. Les diplomates en poste dans la capitale lui font comprendre qu’il n’y a plus rien à espérer. Mais lui, conscient que les jeux sont faits, décide de mourir, disent ses collaborateurs, arme à la main. (Avec RFI)

5- Législatives au Liban : Le Hezbollah et ses alliés perdent leur majorité au Parlement

Le plus grand bloc parlementaire du Liban, mené par le puissant mouvement armé du Hezbollah pro-iranien, a perdu sa majorité au Parlement, selon les résultats définitifs des élections législatives annoncés, mardi 17 mai, par le ministre de l’Intérieur.

Le mouvement chiite et ses alliés politiques qui avaient le soutien d’environ 70 des 128 députés du Parlement sortant, n’ont pas obtenu les 65 sièges nécessaires pour conserver une majorité après les élections législatives de dimanche.
Les candidats issus de la contestation populaire de 2019 au Liban ont quant à eux obtenu au moins 13 sièges au Parlement, selon les résultats définitifs des élections législatives annoncés mardi. (Avec Franceinfo)

6- Washington rétablit une présence militaire en Somalie

On s’achemine vers le retour d’une présence militaire américaine permanente en Somalie. Le président américain Joe Biden a autorisé, ce lundi 16 mai, l’envoi de troupes dans le pays d’où les forces américaines s’étaient retirées, à la fin du mandat de Donald Trump.

Ce sont plusieurs centaines de soldats des forces spéciales qui vont être redéployés en Somalie, à partir de pays de la région. Le chiffre exact n’est pas précisé, mais le New York Times croit savoir que ce sera autour de 450. Au moment du retrait décidé par Donald Trump, ils étaient environ 700. Depuis, des soldats américains faisaient des aller-retours pour entraîner et conseiller des soldats somaliens et de l’Union africaine. (Avec RFI)

7- Libye : Après des combats, le gouvernement de Fatchi Bachaga annonce se retirer de Tripoli

Le service de presse de ce gouvernement a indiqué dans un communiqué que son Premier ministre, Fathi Bachagha, ainsi que plusieurs de ses ministres, avaient «quitté Tripoli pour préserver la sécurité (…) des citoyens», après que des affrontements entre groupes armés ont éclaté dès l’aube en pleine ville. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.