Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 11 Mai 2022

1- Dossier Astou Sokhna : Le verdict est tombé

Le verdict est tombé ce mercredi matin, dans l’affaire Astou Sokhna, une jeune femme enceinte de 9 mois, décédée en couches sur un lit de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye. Trois (3) des six (6) sages-femmes incriminées, faisant parties de l’équipe de nuit, ont été condamnées à six (6) mois de prison assorti de sursis. Les trois (3) autres mises en cause, faisant parties de l’équipe du matin ont été purement et simplement relaxées.

Placées sous mandat de dépôt depuis le 19 avril passé, les 4 sages-femmes ont ainsi recouvert la liberté.

A rappeler que le procureur du Tribunal de Grande instance de Louga avait requis une peine d’un an de prison dont un mois ferme contre quatre des sages-femmes. Il avait souhaité, en revanche, la relaxe des deux sages-femmes remises en liberté dès le début de l’enquête, lesquelles avaient comparu libres devant la juridiction.

2- Affaires des 94 milliards : L’Ofnac donne raison à Sonko

Les conclusions de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), dans son rapport 2019, sur l’affaire dite des 94 milliards qui cristallise les attentions au Sénégal depuis 2019, sont claires, nettes et précises: « Les investigations menées ont permis de confirmer la quasi-totalité des griefs soulevés par le plaignant », qui n’est autre que le député Ousmane Sonko.

Mieux, Selon Pressafrique qui donne l’information, l’Ofnac indique que les infractions suivantes pourraient être retenues contre l’ancien Directeur des Domaines Mamour Diallo et Tahirou Sarr: « association de malfaiteurs, fait prévu et réprimé par les articles 238 à 240 du Code Pénal ; escroquerie portant sur des deniers publics, fait prévu et réprimé par les articles 152 à 154 du Code Pénal; tentative d’escroquerie portant sur des deniers publics; complicité d’escroquerie portant sur les deniers publics ».

La plainte du leader de Pastef, déposée le 10 avril 2018, portait sur des faits supposés de « transactions immobilières irrégulières et de détournements de deniers publics » portant sur un montant de 94 783 159 000 FCFA.

L’Ofnac mentionne bien que « le dossier a été transmis au Procureur de la République » depuis 2019. Au moment où ces Par ailleurs la même source informe qu’aucune poursuite n’a été pour le moment enclenchée contre les personnes épinglées.

À DÉCOUVRIR

3- Nouveau né déclaré mort à Kaolack : L’aide-infirmière présentée au procureur aujourd’hui

Le commissariat de Kaolack a bouclé l’enquête sur l’affaire Diary Diallo du nom de ce nouveau-né faussement déclaré mort. Libération online renseigne, que l’aide-infirmière, qui avait rédigé le certificat de décès en l’absence du pédiatre, sera d’ailleurs présentée au parquet aujourd’hui. Elle est visée pour négligence et mise en danger de la vie d’autrui. Référencé par le district sanitaire de Guinguinéo le 1er mai dernier, bébé Diary a été pour un premier temps déclaré mort avant que le préposé à la morgue ne s’aperçoive de ses cris. Réadmis aux urgences, il décèdera quelques heures plus tard.

4- Fin de grève des agents de la santé : Le protocole d’accord enfin adopté et signé

Les Syndicats de la santé et le Gouvernement sont parvenus à un accord. La Fédération des syndicats de la santé (F2s), l’Alliance And Gueussem, le Syndicat des techniciens de santé (Satsus) et le syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (Sames) ont négocié des heures durant avec le ministère de la santé et de l’action sociale.

Les échanges ont abouti à la signature du protocole d’accord. Ce protocole prend en compte le régime des indemnités et l’accès au logement, rapporte LeQuotidien.
Les syndicalistes ont acquis une augmentation échelonnée. L’indemnité passe de 50 000 à 100 000 francs Cfa. L’Etat versera un montant de 25 000 francs Cfa en ce mois de mai. Cette indemnité sera totalement à 100 000 francs Cfa en janvier 2024 où un autre montant de 25 000 francs Cfa va garbir le bulletin de salaire des professionnels de la santé. Du moins, pour ce qui est de cette indemnité.

5- Ministère de la Justice : « Gestion nébuleuse des fonds communs et retard de salaires » polluent l’atmosphère

L’Union nationale des travailleurs de la justice (UNTJ) dénonce la gestion nébuleuse des fonds communs des greffes qui sont la seule source de revenus qui permet aux travailleurs de la justice de survivre décemment.

Dans un communiqué parcouru par L’AS, indique Seneweb, le Secrétaire général adjoint de l’UNTJ, Issa Kamara, regrette que « ce fonds commun soit, depuis de longues années, l’objet d’une gestion nébuleuse avec des versements plus qu’irréguliers ». En plus, dit-il, « la traçabilité de ces fonds au niveau du Trésor et des Impôts et Domaines est un mystère ». Quant au fonctionnement du comité de gestion dudit fonds au ministère de la Justice, « c’est le plus gros nœud à dénouer’.
Selon Issa Kamara, « ce sont quelques personnes qui gèrent ce fonds et les travailleurs qui sont dans le désarroi n’ont aucun droit de regard ou simplement d’information sur leurs dus ». C’est pourquoi, l’Union nationale des travailleurs de la justice (UNTJ) interpelle le président de la République, Macky Sall, et le ministre de la Justice, Me Malick Sall, pour qu’ils mettent fin à cette situation.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.