Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 9 Mai 2022

1- Hôpital de Kaolack : Affaire bébé Diary, l’horrible récit

Après l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack est le théâtre d’un drame qui semble récurrent au niveau des structures de santé publiques. Dans son édition de ce lundi, repris par Seneweb, le quotidien Libération donne plus de détails sur les circonstances du décès du nouveau-né.

Diary Diallo est née la semaine dernière au poste de santé de Wardiakhal. Souffrant de complications sévères, elle sera évacuée à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse.

Réanimée à la suite d’un arrêt respiratoire, le bébé piquera une nouvelle crise qui poussera une aide-infirmière à le déclarer mort. Libération informe que cette dernière, qui n’est pas qualifiée pour une telle intervention, a pris la place du pédiatre qui était retenu par une autre urgence. Pire, renseigne la même source, l’aide-infirmière aurait rédigé le certificat de décès (supposé) de l’enfant avant de l’envoyer à la morgue.

Informé, le père de Diary Diallo, Al Hassan Diallo, accourt avec un de ses amis. Au moment où ce dernier le tenait dans ses bras, histoire de préparer son inhumation, le nouveau-né se met à pleurer. Réacheminé en pédiatrie, l’enfant finira par rendre l’âme. D’après nos confrères, Diary Diallo a passé plus de deux heures dans une caisse en carton de Madar (produit détergent). «Avec sa couche et sa perfusion». Et lorsque son père s’est plaint du traitement infligé à son nouveau-né, souligne le journal, un des membres du personnel de l’hôpital lui aurait lancé : «Demal foula nekh (vas te plaindre où tu veux)». C’est ainsi qu’Al Hassan Diallo a déposé une plainte.

Libération informe que la garde à vue de l’aide-infirmière qui a rédigé le certificat de décès du nouveau-né, a été ordonnée hier, dimanche, à la suite de son audition à la police.

2- Législatives de juillet : Les dessous du « deal politique » entre Wallu et YAW

La coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal ont trouvé des compromis pour aller vers les élections législatives de juillet 2022, en se donnant le maximum de chances pour bousculer la coalition au pouvoir Benno Bokk Yakaar. Mais sous quelle base ?

Wallu Sénégal ne s’est pas fondue dans celle de Yewwi Askan Wi. Selon PressAfrik, Chacune de ses deux entités va aller aux législatives avec une liste nationale qui lui est propre. En réalité, il s’agit d’un compagnonnage départemental. Elles vont en effet se rejoindre dans les départements pour une liste commune. Il a été ainsi convenu que chaque coalition vienne renforcer l’autre dans un département où elle est dans une position favorable. Du point de vue national, chaque coalition aura sa liste nationale qui lui est propre.

À travers ce schéma, la coalition Wallu Sénégal s’est jointe à Yewwi Askan Wi après des tractations qui ont pris fin dimanche soir avec notamment la décision parallèle, de choisir Ousmane Sonko comme tête de liste de la coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, de désigner Lamine Thiam au niveau national. Ce n’est point une fusion entre les deux coalitions, mais plutôt des accords dans le cadre électoral au niveau des départements.

Donc Sonko ne dirige pas la liste de la Grande Coalition Wallu. Mais au niveau des départements les 2 coalitions se sont entendues sur un modèle novateur qui consiste à unir leurs forces au niveau de chaque département.

3- Législatives : Les listes passent de 25 à 15

À DÉCOUVRIR

Le dépôt des candidatures pour les législatives du 31 juillet qui avait débuté le vendredi 6mai a été clôturé hier, dimanche 8 mai.

Au final sur les vingt-cinq listes attendues, seules quinze ont été enregistrées à la direction générale des élections.

Selon Les Échos qui donne l’information dans son édition de ce lundi, les grandes coalitions telles que Yewwi Askan Wi, Wallu Sénégal et Benno Bokk Yakaar, «ont attendu la dernière heure» pour déposer leurs listes.

Ce timing, indique la même source, est la conséquence d’intenses tractations pour la confection des dossiers.

Ainsi, la prochaine course à l’Assemblée nationale réunira beaucoup moins de listes que la dernière. En effet, en 2017, quarante-sept coalitions, partis ou indépendants s’étaient affrontés alors que le 31 juillet prochain, ils seront moins du tiers.

Sans compter que les quinze dossiers de candidatures retenus pourraient enregistrer des invalidations.(seneweb)

4- Sécurité : Un détachement sénégalais à Bissau

Le Président Umaro Sissoco Embaló, qui avait échappé à un coup d’Etat le 1er février, dernier ne veut plus revivre un tel épisode. D’où son appel à la Cedeao pour le déploiement d’une force afin d’assurer la stabilité du pays. L’institution communautaire, indique L’AS, a répondu positivement à l’appel du Président de la Guinée Bissau, renseigne Senenews.

A ce propos, rapporte nos confrères, la Dirpa informe que des militaires du 3e Bataillon forment le 1er détachement sénégalais de la mission de la Cedeao d’appui à la stabilisation de la République de Guinée- Bissau. Le commandant dudit détachement, le commandant Mathurin Florian Gomis, a reçu le drapeau des mains du Général de division, Mamadou Gaye à Thiès.

Le président de Guinée-Bissau avait accusé jeudi trois hommes liés aux cartels de la drogue d’être responsables de la tentative de coup de force du 1er février.

5- Affaire Dubaï Porta potty : Halima Gadji s’exprime « Parfois j’ai eu de l’argent sale mais j’avais pas le choix »

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.