Le Café qui réveille l'Info

Non respect du principe d’interchangeabilité des bouteilles de gaz : À Podor, les femmes voient rouge

Des femmes paient les pots qu’elles n’ont pas cassés. Depuis trois mois, à Podor,  certaines sont obligées, après le retour du marché, d’aller, à la recherche du charbon de bois, pour faire la cuisine. La raison : les boutiquiers n’acceptent plus des bouteilles de gaz de couleur rouge qu’ils avaient pourtant vendues aux ménages. Les femmes commencent à voir rouge. Reportage.

Le marché central de la ville de Podor est sous une chaleur d’étuve. Pourtant il ne fait que 10 heures. Cette canicule ne déteint pas sur le train-train quotidien de ce point de convergence des vendeuses, des clients et des curieux, des charretiers… A cette heure, Ana Faye s’apprête à quitter les lieux. Cette femme d’à peine une trentaine d’années a déjà fait ses emplettes. Assise dans une charrette, près de son panier où les légumes affleurent, Ana sait bien qu’elle n’est pas au bout de sa peine quotidienne. Une fois chez-elle, Anna Faye, enveloppée d’une tenue « meulfeu »  sera soumise à une nouvelle corvée : la recherche du charbon de bois. « Je ne fais pas la cuisine avec le gaz butane. Actuellement,  je rencontre d’énormes difficultés pour échanger mes bonbonnes de gaz vides », témoigne Ana Faye. Elle en a deux chez elle. Aucun boutiquier n’a accepté de rendre ces bouteilles de couleur rouge qui appartiendraient à la société Total.

 Depuis trois mois, cette dame comme beaucoup d’entre elles  chargées de préparer des repas paient les pots qu’elles n’ont pas cassés. L’argument des boutiquiers est une pilule qui ne passe pas auprès de ces dames qui se démènent comme de beaux diables pour préparer des repas pour les familles.

« Une bouteille de gaz est une bouteille. Peu importe sa couleur ;  qu’elle soit rouge, verte, cela n’a pas d’importance. Je ne crois pas qu’il devrait avoir des problèmes à ce niveau. Nous avons des bouteilles rouges mais nous faisons la cuisine avec du charbon », regrette Ana Faye.

Des bouteilles rouges peintes avec du bleu ou du vert

Pour contourner la barrière imposée par les boutiquiers, certains repeignent leurs bouteilles avec une peinture verte ou bleue. Cette formule a marché avant qu’elle ne soit mise à nu par des boutiquiers. « Les commerçants ont découvert que certains ont repeint leurs bouteilles. Maintenant, on n’a pas d’autres choix que d’attendre que la situation ne soit réglée. Il faut que l’Etat intervienne. C’est insupportable », a déploré Ana.   

Des voix s’élèvent

Au marché de Podor, on rencontre des femmes qui élèvent la voix contre ce « détail » qui est la couleur de la bouteille de gaz. Amy Fall, une vendeuse. Elle ne sait plus à quand la fin de leur souffrance. « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point nous souffrons en ce moment. Nous éprouvons toutes les peines pour recharger nos bonbonnes de gaz.  Quand tu pars pour recharger, le boutiquier refuse de prendre le gaz en disant qu’il n’accepte pas la bouteille rouge », déplore Amy Fall. L’acte est d’autant plus incompréhensible que ce sont ces mêmes boutiquiers qui leur avaient remis ces bouteilles rouges. « Le boutiquier qui m’avait remis une bouteille rouge, il y a quelques jours, refuse aujourd’hui de la reprendre », relève une dame, incrédule. Depuis trois mois, les boutiquiers se démarquent de l’application de l’interchangeabilité des bouteilles au grand dam des femmes. Au fil des jours, le ton ne cesse de monter dans cette ville du Sénégal.

Pour comprendre les vraies raisons, nous faisons le tour chez l’un des grossistes, Seydou Mal. Dans son entrepôt sis au marché, sont arrimées des bouteilles de couleur bleue ou verte. Comme les ménages, ces commerçants aussi se sont retrouvés avec des bouteilles rouges dans leur entrepôt. Depuis 4 mois, les camions de Total ne font plus de rotations pour récupérer les bouteilles rouges. «  Total, ne vient plus pour le ramassage des bouteilles de gaz vides. Les autres sociétés refusent également de prendre les bonbonnes de gaz rouges appartenant à Total. De ce fait, si nous les prenons, nous  serons obligés de les laisser ici et cela ne nous arrange pas. C’est pourquoi, nous refusons de prendre les bouteilles de gaz rouges. On y peut rien. Ça fait 04 mois, maintenant que nous ne voyons plus Total », explique Seydou Mal. Cet argument semble tenir la route car, dit-il, les boutiquiers et les grossistes acceptent l’interchangeabilité entre les bouteilles de couleur verte et bleue. « C’est déplorable. Chaque jour, nous perdons une dizaine de clients par le simple fait qu’ils arrivent avec des bouteilles rouges. Cette situation ne dépend pas de nous », déduit le grossiste.  Il demande à l’Etat d’intervenir pour régler cette équation.

Omar Diallo, Directeur du commerce extérieur : «Ce problème sera bientôt réglé »

Le Directeur du Commerce intérieur que nous avons joint au téléphone confirme l’argument avancé par les grossistes et les commerçants. Selon ce dernier, c’est Total qui ne parvient pas à récupérer ses bouteilles de gaz. « Le problème d’interchangeabilité persiste dans certaines régions contrairement à Dakar. Je tiens à préciser que ce n’est pas un refus des commerçants. Il faut que la société Total récupère ces bouteilles vides. Il faut un réapprovisionnement », a insisté le Directeur du Commerce Intérieur, Omar Diallo. Il rassure que cette situation sera bientôt dépassée. « Nous sommes en train de travailler là-dessus. D’ici peu, la situation sera réglée, dans les régions », a déclaré le Directeur du Commerce Intérieur. ( Avec Seneweb)

Les commentaires sont fermés.