Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 3 Mai 2022

1- Mali : La junte décide de rompre les accords de défense avec la France et ses partenaires européens

L’annonce a été faite dans la soirée par le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga dans un communiqué lu à la télévision. Maliweb détaille cette prise de parole : « La détérioration des relations entre les deux pays est qualifiée de « profonde » par Bamako ». Parmi les « incidents relatifs à la coopération militaire » avec Paris, sont évoqués « la décision « unilatérale » des autorités françaises de suspendre des opérations conjointes avec les militaires maliens » mais aussi de « multiples violations de l’espace aérien malien opérées par des aéronefs militaires français » ces derniers mois et le fait que « les autorités maliennes n’arrivent pas à obtenir la révision des accords [de Paris] malgré les multiples relances ». Bamako parle donc « d’atteintes flagrantes à sa souveraineté ». « Le Rubicon a été finalement franchi » pour le quotidien burkinabè Aujourd’hui au Faso, qui estime que « la glace qui sépare le Mali et la France vient encore de s’épaissir avec ce gros pavé militaro-diplomatique que vient de jeter le Mali dans la Seine ». (Avec RFI

2- Kenya : La tension monte entre le président Kenyatta et son VP Ruto

Au Kenya, la tension monte entre le président sortant Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto à l’approche des élections générales d’août prochain.

Au lendemain des funérailles nationales en hommage à l’ancien président Mwai Kibaki, l’actuel chef d’état a lancé une attaque à son vice-président Ruto lui demandant de démissionner. S’adressant aux travailleurs du stade national Nyayo de Nairobi pour les célébrations de la fête du travail, M. Kenyatta l’a accusé entre autres d’avoir manqué à ses obligations et d’avoir incité les kényans à s’opposer au gouvernement. Le vice-président Ruto, qui souhaite par ailleurs se présenter aux élections générales, a affirmé dans un tweet que le cabinet ne s’était pas réuni depuis plus de deux ans et a également reproché au président Kenyatta son soutien au chef de l’opposition Raila Odinga pour son remplacement. (Avec Africanews)

3- RCA : Human Rights Watch accuse les paramilitaires russes de meurtres et tortures sur des civils

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch publie, ce mardi 3 mai, un rapport dénonçant des forces liées à la Russie, qui pourraient appartenir au groupe paramilitaire Wagner, d’avoir sommairement exécuté, torturé, battu des civils en février 2019 et novembre 2021 en Centrafrique.

Des « preuves convaincantes » démontrent que des paramilitaires russes soutenant le pouvoir en Centrafrique y ont commis « de graves abus » sur des civils, dont des meurtres et tortures, « en toute impunité » depuis 2019. C’est ce qu’estime Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié ce mardi 3 mai. (Avec RFI)

4- Éthiopie : Affrontements entre la police et des manifestants musulmans

Alors que les musulmans de la capitale éthiopienne, Adis Abeba se sont réunis pour célébrer la fin du ramadan, des affrontements ont éclaté entre des policiers éthiopiens et de jeunes fidèles ce lundi.

Des prières ont été organisées dans l’enceinte du stade international de la ville à l’occasion de l’Eid, la fête qui marque la fin du mois de jeune. Les fidèles qui n’ont pu atteindre l’intérieur du stade par manque de place, ont commencé à prier à l’extérieur sur la place Meskel.

« Le groupe armé organisé à Gondar qui a attaqué avec des bombes et des mitrailleuses est responsable de ce qui s’est passé là-bas. » a déclaréUstaz Mohammed, membre du conseil d’administration du conseil musulman d’Addis-Abeba. (Avec Africanews)

5- RDC : Au moins 75 cas d’atteinte à la liberté de la presse dont 19 journalistes arrêtés et 11 médias fermés (JED)

75 cas d’atteinte à la liberté de la presse dont 19 journalistes arrêtés et 11 médias fermés ont été documentés par Journaliste en danger (JED), depuis la publication de son dernier rapport, le 2 novembre 2021. Cette organisation de défense des droits de l’Homme a fait cette annoncé à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse.

C’est un tableau sombre que l’ONG Journaliste en danger (JED) dresse à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai. Dans un communiqué, elle indique avoir documenté 75 cas de violation de la liberté de la presse dont 19 arrestations de journalistes et 11 fermetures de médias. L’ONG ajoute que «6 journalistes croupissent en prison à Mbandaka et à Bumba; 3 médias sont fermés à Mbuji-Mayi et à Mbandaka» au moment où le monde célèbre cette journée dédiée à la liberté de la presse. (Avec Afrik.com)

6- Tchad : Le report du dialogue unanimement salué, Mahamat Déby mis en garde

Le dialogue politique inter-tchadien, initialement prévu pour le 10 mai au Qatar, a été officiellement reporté ce dimanche. Une décision fortement applaudie dans le pays. Seulement, l’opposition n’a pas manqué de mettre en garde le président de la Transition, Mahamat Déby. La nouvelle du report du dialogue politique est unanimement saluée au Tchad. Dans un communiqué publié ce lundi, les groupes politico-militaires ont exprimé leur satisfaction face à l’acceptation par le gouvernement tchadien de la demande de report par la partie qatarie. Même posture dans le rang de l’opposition et de la société civile qui n’avaient jamais cessé de dénoncer, depuis longtemps, les conditions dans lesquelles ce dialogue se préparait. Pour Bédoumra Kordjé, porte-parole du groupe de réflexion et d’action du 1er juin, un creuset regroupant des partis politiques et associations de la société civile, «il n’y avait pas besoin d’attendre une sollicitation du Qatar pour reporter le dialogue qui se préparait sans consultations sérieuses (…) Ce dialogue, poursuit-il, a exclu les forces vives qui n’applaudissent pas la junte». (Avec Afrik.com)

7-Guinée : L’opposition rejette la transition de 39 mois

En Guinée, l’opposition a formellement rejeté la transition d’une durée de 39 mois proposée par le chef de la junte au pouvoir, Mamady Doumbouya, et exige un cadre de dialogue inclusif avec un médiateur international.

L’opposition guinéenne a rejeté la durée de transition de 39 mois, annoncée, samedi 30 avril, par le chef de la junte militaire, le colonel Mamady Doumbouya. «Le RPG Arc-en-ciel et Partis Alliés rejettent ledit chronogramme et exigent la mise en place d’un Cadre de Dialogue Inclusif avec la participation d’un médiateur désigné par la communauté internationale», a indiqué le parti du Président déchu Alpha Condé. (Avec Afrik.com)

Les commentaires sont fermés.