Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 19 Avril 2022

1- Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa déclare l’état de catastrophe nationale

Alors que les opérations de recherche continuent en Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa a déclaré l’état de catastrophe nationale. La côte Est, et particulièrement, la ville de Durban, a été lourdement touché par des inondations meurtrières. Une semaine après la catastrophe, les opérations de sauvetage ont cessé, mais 63 personnes restent portées disparues. « Il est clair qu’il y a d’autres régions du pays qui ont également besoin d’une intervention d’urgence« , a déclaré le président lors d’une allocution. « Le Cabinet s’est réuni en session spéciale hier soir et a décidé de déclarer l’état de catastrophe nationale. » Après le week-end de Pâques, de nombreux enfants ne pourront pas retourner à l’école ce mardi, près de 500 établissements scolaires ayant été endommagés par la catastrophe qui a fait 443 morts et près de 40 000 sans-abris selon le dernier bilan. (Avec Africanews)

2- Centrafrique : La CPS ouvre son premier procès, 7 ans après sa création

Le grand jour de la CPS en Centrafrique. Sept ans après sa création, la Cour pénale spéciale va juger ses premiers cas à compter de ce mardi. Cette juridiction hybride, composée de magistrats locaux et internationaux a pour mandat d’enquêter et de poursuivre les violations graves des droits humains commises dans le pays depuis 2003. Les premiers accusés sont d’anciens miliciens du groupe 3R accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Issa Sallet Adoum, Tahir Mahamat et Ousman Yaouba sont poursuivis pour leur rôle présumé dans des atrocités commises dans deux villages de la province de Paoua, dans le nord-ouest du pays. En mai 2019, ils auraient participé au massacre de 46 civils commis par la milice 3R, « Retour, Réclamation et Réhabilitation », selon l’ONG Human Rights Watch, qui a documenté ces exactions. (Avec RFI)

3- Somalie : Attaque des shebabs contre le Parlement

Le Parlement somalien a été la cible de tirs de mortier au moment où les élus étaient en réunion pour tenter d’aboutir à la désignation d’un nouveau chef d’Etat. Le groupe islamiste shebab a revendiqué l’attaque qui a visé le Parlement somalien, ce lundi 18 avril, au moment où les députés tentaient d’achever un processus de votes pour désigner un nouveau Président. En pleine session parlementaire qui passait en direct à la télévision, des tirs de mortier ont été entendus, dans la capitale Mogadiscio. Aucun élu n’a été touché par ces tirs. Par contre, les éclats d’obus qui ont atterri dans l’aéroport, non loin du Parlement, ont fait de nombreux blessés. Sous couvert d’anonymat, un responsable sécuritaire a confié à l’AFP ne pas avoir encore de détails, mais que « ces explosions ont été causées par des tirs de mortier, les députés étaient à l’intérieur du bâtiment lorsque l’incident s’est produit, ils sont sains et saufs ». (Avec Afrik.com)

4- Mali : Bamako reçoit de nouveaux hélicoptères de combat et radars russes

La junte militaire au pouvoir à Bamako a annoncé lundi avoir reçu pour les forces armées maliennes une nouvelle livraison d’équipement russe portant sur « deux hélicoptères de combat et des radars de surveillance ». « Nous recevons ce deuxième lot d’équipements militaires en provenance de la Russie. C’est la manifestation d’un partenariat très fructueux avec l’État russe », a déclaré le général de division Oumar Diarra, chef d’état-major général, selon un communiqué de la Direction de l’information et des relations publique des armées (Dirpa). Le compte Twitter de la présidence du Mali a diffusé des images du déchargement de la cargaison de l’avion cargo russe ayant acheminé le matériel jusqu’à l’aéroport international de Bamako. (Avec Rewmi)

5- Tunisie : Des migrants et réfugiés demandent à être évacués du pays

Troisième jour de sit-in en Tunisie. Des dizaines de migrants et réfugiés africains manifestent devant les bureaux du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) à Tunis. Ils demandent à être évacués du pays, ou ils affirment subir racisme et agressions.
« Nous voulons être évacués », déclare Mohamed Nour, Tchadien dont la demande d’octroi du statut de réfugié a été refusée. « Nous voulons être évacués de ce pays. Nous avons fait l’expérience du racisme dans les cafés. Nous avons été agressés dans nos maisons. Nous voulons simplement être évacués de ce pays. » Majoritairement rescapés de tentatives d’immigrations clandestines par la mer, les migrants et réfugiés dénoncent l’immobilisme des Nations Unies. (Avec Africanews)

6- Tchad : Les groupes politico-militaires en négociations à Doha demandent un report du dialogue

Le pré-dialogue entre le pouvoir de transition et les mouvements politico-militaires se poursuit à Doha au Qatar. Les parties planchent sur les projets d’accord des uns et des autres, mais les groupes rebelles viennent de sortir de la torpeur pour dénoncer « l’engagement du gouvernement de tenir le dialogue inclusif à partir du 10 mai ». Tous sont pratiquement assurés que les négociations n’auront pas encore abouti à un accord. Les trois plateformes qui regroupent les politico-militaires -Rome, Doha et le Qatar- sont unanimes. Pour elles, le pré-dialogue n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Elles estiment que, dans ces conditions, la déclaration du gouvernement est une nouvelle preuve de sa « mauvaise foi ». (Avec RFI)

7- Présidentielle au Kenya : Dernière ligne droite pour le choix des colistiers

Au Kenya, il reste seulement dix jours aux candidats à la présidentielle du 9 août 2022 pour choisir leur colistier. Autrement dit, le nom de celui deviendrait automatiquement vice-président en cas de victoire. Un choix très stratégique, puisqu’il s’agit pour les candidats, d’arriver à identifier celui ou celle qui sera le plus en mesure de susciter le vote des communautés dont ils n’ont pas déjà les faveurs. Et ce n’est pas toujours facile. Les tractations battent donc leur plein. C’est peut-être pour Raila Odinga que l’équation est la plus difficile à résoudre. « C’est même un cauchemar », estime l’analyste kényan Dismas Mokua. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.