Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 12 Avril 2022

4- La Fifa se penche sur Sénégal-Egypte : La Fédération sénégalaise de football devra s’attendre à une « forte amende »

La Commission d’éthique de la Fifa a demandé officiellement les enregistrements vidéos du match qui a opposé le Sé­négal à l’Egypte, pour le compte de la seconde manche des qualifications à la prochaine édition de la Coupe du monde Qatar 2022, lit-on dans LeQuotidien de ce jour, indique Senego. Selon la presse égyptienne, cette demande auprès de la société chargée de filmer le match, intervient dans le cadre des investigations supplémentaires entreprises par l’instance mondiale, suite à la plainte déposée par la Fédération égyptienne de football. Si aucun montant n’a pour le moment été avancé, il faudrait s’attendre à une forte amende. En guise d’exemple, la Fédé­ration anglaise avait été sanctionnée pour ses supporters par l’Uefa, en juillet dernier, lors de la demi-finale de l’Euro contre le Danemark. Pour l’usage de lasers et fumigènes, comme ce fut le cas lors du match retour contre l’Egypte, au Stade Me Abdoulaye Wade de Diam­niadio, l’instance fédérale devrait écoper d’une amende avoisinant les 30 000 euros, soit près de 20 millions de FCfa. A cela, il faut ajouter les «perturbations» durant l’hymne égyptien.

1- Hôpital Amadou Sakhir Mbaye : Astou Sokhna avait déjà vécu un drame en 2019

La mort d’Astou Sokhna, cette dame enceinte de 34 ans qui aurait rendu l’âme à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, après avoir souffert pendant près de 20 heures sans assistance, occupe encore les discussions.

L’époux de la victime, Modou Mboup, a porté plainte pour négligence et non-assistance à personne en danger. Il a été longuement auditionné hier, lundi, au commissariat central de Louga. Selon Libération dans son édition du jour, repris par Seneweb, c’est la deuxième fois que le mari éploré vit un drame au niveau de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. En 2019, Astou Sokhna avait mis au monde un bébé prématuré, né au bout de sept mois de grossesse rapportent nos confrères. L’enfant vivra une semaine avant d’être déclaré décédé en pédiatrie. «On ne nous a jamais dit ce qui s’y était passé», regrette Modou Mboup. La direction de l’hôpital balaie les accusations de négligence. Une mission d’inspection du ministère de la Santé et de l’Action sociale est attendue ce mardi à Louga pour tirer cette affaire au clair.
Vendredi prochain, une marche pacifique sera organisée à Louga pour réclamer justice pour Astou Sokhna.

2- «Jokko ak Macky» : La (énième) recette du pouvoir pour enrôler les jeunes

«Jokko Ak Macky » ! C’est la nouvelle trouvaille du président de la République. Initié quelques jours après la débâcle enregistrée par la coalition majoritaire au pouvoir lors des dernières élections locales du 23 janvier, ce nouveau concept s’inscrit selon le Bureau d’information gouvernementale (BIG) dans un style novateur du Président Macky Sall de communier avec les jeunes des différentes localités, de dialoguer directement et sans filtre avec eux. Selon Sud Quotidien, il faut dire que ce concept, lancé le samedi 05 mars 2022 dernier à Pikine, semble être une stratégie du pouvoir en place pour combler le vide laissé par des tournées économiques à l’intérieur du pays que le chef de l’État avait l’habitude de faire à la veille de chaque élection.

À DÉCOUVRIR

3- Détournement de 1,5 milliard à La Poste : Découverte de nouveaux chèques, le juge fixe un ultimatum aux « coupables » pour rembourser

Selon les informations de Seneweb, de nombreux employés de La Poste qui avaient bénéficié des fameux prêts ayant causé un trou de 1,5 milliard à Poste Finances sont passés à la caisse pour éviter d’aller en prison. Et le juge du deuxième Cabinet, en charge du dossier, est informé de l’évolution des remboursements par la Sûreté Urbaine (SU) qui pilote l’enquête. En effet, relate le journal, des fournisseurs et plusieurs agents de La Poste ont été entendus à la SU pour une vérification des sommes remboursées. Mais, d’autres bénéficiaires, dont certains remontent à 2019, sont apparus dans le dossier. Ce, suite à la découverte de nouveaux chèques chèques. Des personnes qui toutes été convoquées par le juge, avant de recevoir une notification pour un remboursement dans un délai d’un mois.

5- Le collectif pour la libération de Cheikh Oumar Diagne exige sa libération sans délais

Le Collectif a tenu ce matin, une conférence de presse pour revenir sur le dossier dans lequel ce dernier est poursuivi pour diffamation et injures publiques.

Ils évoquent un acharnement sur leur confrère de lutte, demandent immédiatement qu’il soit libéré et parlent d’une menace sur la liberté d’expression ainsi que sur la démocratie.

Selon les membres du Collectif, cette histoire entre deux citoyens sénégalais est loin d’être une affaire à laquelle la politique devrait être mêlée.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.