Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 9 Avril 2022

1- Capturer Salif Sadio mort ou vif : Le nouvel objectif de l’armée sénégalaise

Le chef rebelle du MFDC, en l’occurrence Salif Sadio est dans de sales draps. En effet, un chasse à l’homme a été déclenché par les autorités militaires contre le chef de guerre.Désormais, le principal objectif de l’armée est de capturer mort ou vif Salif Sadio, qui d’ailleurs a disparu dans la nature. Toutefois, toutes les voies qui peuvent permettre au chef rebelle de fuir ont été verrouillées par l’armée.Les « Jambars » ont en effet mis en place un système de surveillance très corsé dans le transport fluvial. Pour cause, c’était grâce au transport fluvial qu’il avait pu migrer vers le nord, après son problème avec César Atoute Badiane, dans le front sud, dans les années 2000, il est actuellement pris dans l’étau. (Senenews)

2- Législatives 2022 : Les pêcheurs lancent la coalition « And Suxali Napp gui »

Une autre coalition a vu le jour. Il s’agit de la coalition « And Suxali Napp gui » à l’initiative des pêcheurs de la région de Ziguinchor. Avoir une représentation à la 14ème législature parait, pour les membres de « And Suxali Napp gui », fondamentale. « Nous avons constaté que le secteur de la pêche est oublié, nous n’avons pas de représentant à l’hémicycle » a dit le porte-parole de la coalition.

Les pêcheurs s’organisent, de ce fait, en vue des élections législatives de juin 2022. L’Assemblée nationale est, pour ces derniers, un cadre pour résoudre les problèmes du secteur. Selon la coalition, l’institution représente un moyen pour faire mieux prendre en compte les problèmes et besoins de la pêche.La coalition « And Suxali Napp gui » vient ainsi de lancer sa campagne de collecte de parrainage. A l’issue de cette campagne, elle pourra aller à la conquête du suffrage des Sénégalais, principalement des pêcheurs présents sur tout le territoire. (Senego)

3- Les élus de Yewwi Askan Wi en séminaire

Ils avaient pris date pour la formation de leurs conseillers municipaux et départementaux obtenus au sortir des élections locales du 23 janvier dernier.

À en croire le quotidien Les Échos qui donne l’information, les responsables de la coalition Yewwi Askan Wi sont en train de tenir parole.

Khalifa Sall, Ousmane Sonko, Déthié Fall, Aïda Mbodj… ont été aperçus à la mairie de Dakar dirigée par Barthélémy Dias pour un séminaire au profit de leurs élus. (Seneweb)

4- Hajj 2022 : l’Arabie saoudite va autoriser un million de pèlerins

L’Arabie saoudite a annoncé, samedi 9 avril, qu’elle allait autoriser un million de musulmans, saoudiens ou venant du monde entier, à participer cette année au pélerinage du « hajj ».Un chiffre en nette hausse par rapport aux années précédentes, marquées par l’épidémie de Covid-19.
Le ministère du hajj, pèlerinage annuel à La Mecque, « a autorisé un million de pèlerins, étrangers ou nationaux, à accomplir le hajj cette année », a-t-il annoncé dans un communiqué.

À DÉCOUVRIR

Le gouvernement veut assurer la sécurité des pèlerins « tout en veillant à ce qu’un maximum de musulmans dans le monde puissent accomplir le hajj », poursuit le communiqué.
L’un des cinq piliers de l’islam, le hajj doit être accompli par tous les musulmans qui en ont les moyens au moins une fois dans leur vie. (Pressafrik)

5- Contrôle judiciaire : Sonko était ce vendredi chez le doyen des juges

Le journal Enquête révèle dans son édition de ce samedi qu’Ousmane Sonko était hier, vendredi, chez le doyen des juges, Oumar Maham Diallo. Ce n’était pour une audition au fond dans le cadre de l’instruction de l’affaire qui l’oppose à Adji Sarr, qui l’accuse de viol.

La source informe que c’était plutôt pour émarger devant le magistrat conformément aux termes du contrôle judiciaire suspendu au-dessus de sa tête depuis qu’il est inculpé pour abus sexuel et menaces de mort présumés.

Ainsi, le leader de Pastef rétropédale dans sa volonté de ne plus se conformer à cette exigence du contrôle judiciaire. Ousmane Sonko avait brandi cette menace il y a quelques semaines dans une interview accordée à quelques médias triés sur le volet et largement reprise par le reste de la presse.

«J’ai cessé d’aller signer depuis deux mois, informait le nouveau maire de Ziguinchor. Je ne vais plus le faire. Je l’ai déjà fait pendant dix mois. Je ne peux pas respecter une institution qui ne me respecte pas. C’est un dossier qui ne mérite qu’un non-lieu ou classement sans suite.»

Ses avocats lui avaient demandé de ne pas mettre sa menace à exécution, de continuer de se conformer à la loi. Visiblement Ousmane Sonko a décidé de suivre leur conseil.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.