Le Café qui réveille l'Info

Pénurie de gaz : Les ménages dans le désarroi, les vendeurs de charbon se frottent les mains…

En ce début de Ramadan, la bonbonne de gaz butane à usage domestique, très utilisée par les ménages, est un produit qui se trouve difficilement depuis un certain temps dans les quartiers de Dakar.

A Ouakam, Mermoz, Fann, Médina et environs, les distributeurs disent avoir des difficultés pour s’approvisionner, ce qui explique leur rupture de stock.

Au dépôt de gaz de Mermoz, Khady Coura Ndiaye déclare être  à la recherche de gaz butane, depuis près de 10 jours « J’ai  fait le tour des dépôts de Dakar avec ma voiture pour avoir les  bouteilles de 2, 6 et 9 kg mais impossible d’en trouver, regrette-t-elle. Les vendeurs nous disent que les bouteilles de deux et six kilos sont épuisées  et il ne reste plus que celles de 12 kg « .

Même son de cloche chez Babacar Thiam, père de famille rencontré à Fann qui  déclare avoir quitté Médina avec deux bonbonnes sur sa moto afin de trouver une bonbonne pour sa femme. « J’ai presque fait tous les points de vente de la Médina, en vain, même dans les stations-services on ne trouve pas de gaz « , déplore le quarantenaire.

A la station-service Shell sur la route de Ouakam, le dépôt est presque vide, on y voit quelques bonbonnes de gaz butane entassées mais  toutes vides. L’un des pompistes trouvé sur place affirme que ça fait des jours qu’ils n’ont plus de bouteilles chargées.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Durant cette période de grande consommation, la pénurie de gaz butane  oblige  les populations à se  rabattre  sur le bois mort et le charbon pour cuisiner. A cet effet, une mère de famille  dit être  obligée d’alterner entre la bonbonne de gaz , le charbon ou le bois mort pour éviter d’épuiser ses réserves.

Cette situation de manque fait l’affaire des vendeuses de charbon qui se frottent les mains depuis quelques jours.

Ici, à Ouakam, le pot de charbon a connu une hausse considérable. Il est passé de 200 à 400f d’après Marième Diack, vendeuse.  » Je vends le pot à 400f pas par volonté mais depuis que le Mali a fermé ses frontières le charbon est devenu cher.  J’achète le sac à 10.000f à Kolda  voire plus parfois sans parler du transport et des taxes douanières. Depuis l’affluence du gaz butane, je vends près de 6 sacs de charbon et plus de 20 kg de bois mort par jour”, renseigne-t-elle.

 Toutefois, la population dakaroise  ne déchante pas et tente malgré cette pénurie de trouver la bonbonne de gaz butane.

Même s’il s’agit d’une question de respect de protocole entre les fournisseurs, à en croire le Secrétaire général de l’Association des gérants de stations service au Sénégal, Ibrahima Fall. “Il n’est pas question de pénurie, mais plutôt d’un contentieux entre les sociétés chargées de la distribution », a-t-il soutenu.

En somme, les Dakarois demandent au ministère du Commerce  de trouver une solution au plus vite  pour un retour à la normale.

Seneweb

Les commentaires sont fermés.