Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 8 Avril 2022

1- Droits des femmes : L’ONU dit non à la polygamie

La polygamie était au cœur de la discussion de la Commission des Droits de l’homme de l’ONU, le 4 avril dernier. Cette commission estime que les mariages polygames constituent une discrimination vis-à-vis des femmes. Dans cette optique, elle milite pour l’éradication de la polygamie.
Selon les informations relatées par Seneweb, la dite commission ainsi que le Comité ont fortement banni ce régime matrimonial assez répandu sur le continent africain qui autorise l’homme à avoir plus d’une femme et ont recommandé leur interdiction. Pour justifier leur volonté, plusieurs exemples ont été donnés et pour conscientiser une marge de la population planétaire. « En Ouganda, un homme de 65 ans affirme être le père de 176 enfants nés de ses treize femmes. Cet homme d’affaires dit ne plus être en mesure d’élever ses enfants et demande au gouvernement de l’aider à payer les frais de scolarité de sa progéniture, les uns déjà à l’université, les autres à l’école secondaire ». Si la polygamie est répandue en Afrique subsaharienne, certaines voix critiques voudraient l’attribuer à la religion musulmane mais beaucoup trouvent que cela relève de l’incompréhension des textes de cette religion. Finalement, le débat a été aussi orienté vers les conséquences néfastes de cette pratique qui se répercutent généralement sur le bien-être, la santé et l’éducation des enfants.

2- Trafic de Visas : Le procès de Kilifeu, Simon et Thier renvoyé au 2 juin

Le procès des activistes Kilifeu, Simon Kouka et Thierno Amadou Diallo dans l’affaire du trafic présumé de visa a été finalement renvoyé au 2 juin prochain. Le Soleil, rapporte que le trio actuellement en liberté provisoire, ne s’est pas présenté, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Les prévenus sont accusés d’escroquerie, d’association de malfaiteurs, de corruption et de tentative de faux dans un document administratif et de trafic de migrants contre Kilifeu et Simon, et complicité de ces délits pour Thier.

3- Casamance : L’Armée aux trousses des trois principaux chefs rebelles

À DÉCOUVRIR

Après Salif Sadio, indique nos confrères de PressAfrik.com, l’armée nationale a lancé hier-jeudi une vaste offensive contre la base de son voisin Paul Alokassine Bassène, un lieutenant de César Atoute Badiate, le commandant de la faction de Kassolol, située à la frontière bissau-guinéenne. Les Ziguinchorois qui se réveillent tôt ont remarqué de très fortes colonnes militaires qui se dirigeaient vers cette zone hier matin. Selon les informations du journal Témoin, rapporte PressAfrik, l’objectif de cette nouvelle offensive c’est de nettoyer toutes les bases de cet autre chef de guerre du Mfdc. Il convient tout de même de préciser que, malgré la proximité géographique de sa base avec celle de Salif Sadio, les deux ne s’entendent pas. Selon un responsable du Mfdc, c’est seulement il y a trois ans qu’Alokassine Bassène a accepté de se ranger derrière César. Mais, bien qu’étant du camp du commandant de la base de Kassolol, son ennemi juré, Salif a toujours toléré sa présence dans cette zone. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Paul Alokassine Bassène est l’un des piliers de la branche armée du Mfdc. Il est originaire du Kassa (département d’Oussouye).

4- Après sa démission de D-Media : Ahmed Aïdara crée « 2A TV »

Le maire de la ville de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, ne compte pas quitter provisoirement sa profession de journaliste, le temps de se consacrer exclusivement aux affaires de «sa» cité. Alors qu’il a présenté sa démission du groupe de D-media, dirigé par Bougane Gueye Dany, pour «des raisons de convenance personnelle», mardi dernier, il vient de poser un autre acte. Ahmed Aïdara a décidé d’agrandir le paysage médiatique sénégalais en créant une nouvelle chaîne YouTube dont le nom est «2A TV» pour y continuer à réaliser ses revues des titres et de presse. Ainsi, le premier magistrat de Guédiawaye pourra faire, à sa guise, le tour de l’actualité sans être inquiété par les sanctions du collège du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), renseigne Seneweb.

5- Sénégal : De nouvelles universités et des ISEP dans les régions

Le chef de l’Etat, Macky Sall a rencontré jeudi la communauté universitaire. Un moment privilégié de réflexion, d’échanges et d’évaluation pour orienter les prises de décision dans l’objectif d’améliorer le système. Dans sa leçon inaugurale, le président Macky Sall a rappelé les efforts budgétaires et réalisations substantielles au profit du secteur. Une rencontre qui a vu la participation de recteurs et directeurs d’instituts. Abordant les perspectives, le chef de l’Etat a cité la construction de l’Université Souleymane Niang de Matam et l’Université du Sénégal oriental, les huit ISEP en cours de réalisation par l’Etat avec le soutien de la Banque mondiale (Kaffrine, Kaolack, Kédougou, Kolda, Tambacounda, Sédhiou, Fatick et Louga) et celui de Mbacké avec l’appui de la coopération allemande. A terme, a-t-il soutenu, le Sénégal disposera d’un réseau de 14 ISEP permettant « une meilleure équité territoriale en matière d’enseignement supérieur, axé sur la diversification des filières et leur professionnalisation qui facilite l’employabilité des diplômés ». Il a également cité « la mise en place de plateformes d’enseignement bimodal, la dématérialisation des procédures dans les Universités et la nouvelle armature institutionnelle portée par la signature des décrets d’application de la loi sur les Universités publiques ». Selon lui, « cette dernière décision favorise l’harmonisation d’organes tels que les Conseils d’administration et les Conseils académiques pour faciliter une meilleure gouvernance des Universités ».

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.