Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 29 Mars 2022

1- Mondial 2022 – Retour SEN/EGY : Prévu pour 17h ,le stade envahi depuis 10h

Le Sénégal reçoit l’Egypte ce mardi au Stade Abdoulaye-Wade de Diamniadio pour la manche retour. Et pour ce grand rendez-vous, les Lions pourront compter sur une forte présence de leurs supporters qui ont pris d’assaut le stade dès 10H ce matin. Le sélectionneur national Aliou Cissé avait lancé un appel solennel aux vrais supporters de l’équipe nationale du Sénégal pour venir nombreux au stade soutenir les Lions. Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille de sourds. Mobilisés depuis la fin du match aller perdu par leur équipe, les supporters sénégalais avaient promis de mettre une ambiance de feu dans le stade ce soir. Selon Wiwsport, les Sénégalais sont bien décidés à tenir leur promesse puisque, dès 10H, les alentours de l’enceinte étaient déjà pris d’assaut avec des chants et des bruits de Vuvuzelas. Comme nous pouvons le voir sur ces images relayées sur les réseaux sociaux, vêtus des couleurs nationales, les sénégalais sont venus répondre à l’appel pour cette rencontre importantissime. Pour eux, le mot d’ordre est clair : “Assurer le match dans les tribunes et laisser les Lions faire le job sur le terrain face aux Pharaons”.

2- Echauffourées au Camp pénal : 18 détenus envoyés à l’infirmerie (Frapp)

Dix-huit (18) détenus auraient été envoyés à l’infirmerie suite au jet de grenades lacrymogènes dans les chambres 13, 14 et 15 de la prison du Camp pénal de Liberté 6, selon des informations du Frapp de Guy Marius Sagna.
« Suite aux grenades lacrymogènes lancées dans les chambres 13, 14 et 15 de la prison du Camp pénal, 18 détenus ont été envoyés à l’infirmerie de la prison », informe le Frapp, dans une note brève transmise à PressAfrik, rapporte le même site. Le FRAPP demande à l’administration pénitentiaire « d’apaiser le climat carcéral ».

PressAfrik a tenté de joindre la directrice du camp pénal, mais en vain.

3-Petersen : Des manifestations contre les travaux du BRT

À DÉCOUVRIR

Selon nos confrères de PressAfrik, les occupants des trottoirs du marché Petersen de Dakar manifestent ce mardi contre les travaux du Bus rapid transit (Brt). Invités à quitter les lieux pour les besoins de ces travaux, ces occupants dont la plupart sont de vendeurs de pneus, ont exprimé leur mécontentement . Ils ont barré les routes en brûlant des pneus.

4- Madiambal Diagne attaque Ousmane Sonko suite à son appel à convoquer l’ambassadeur de France

Les réactions sont nombreuses depuis la sortie d’Eric Zemmour indexant la communauté Sénégalaise établit en France comme des trafiquants de cocaïne. Réagissant aux propos polémiques d’Eric Zemmour sur les Sénégalais, le Pastef et son leader Ousmane Sonko avaient exigé la convocation de l’ambassadeur de France au Sénégal et une protestation officielle de l’Etat du Sénégal. Une position qui n’est pas du tout partagée par le journaliste et patron de Presse, indique Senenews. Sur un tweet, Madiambal Diagne a ironisé sur les nombreuses sorties anti françaises de Sonko et qui n’ont pas entraîné de protestation de la France. «Ousmane Sonko voudrait une protestation officielle du Sénégal auprès de la France suite aux propos d’Éric Zemmour. Est-ce que la France a jamais protesté auprès du Sénégal pour les propos tenus par Ousmane Sonko et Pastef contre la France ? Faites vos classes ! », a-t-il lancé.

5- Criminalisation de l’homosexualité : Amnesty International dit non !

La situation des droits de l’homme au Sénégal, au cours de l’année 2021, passée au peigne fin ce mardi 29 mars.  Lors d’une conférence de presse, Seydi Gassama, directeur exécutif de la section d’Amnesty International (AI) Sénégal, a évoqué la situation des personnes LGBTI en signalant des cas d’agression. « Des personnes LGBTI, ou présumés LGBTI, ont été attaquées physiquement et publiquement à Dakar et à Ziguinchor au cours de l’année, et un grand nombre de ces attaques ont été filmées par les agresseurs », rapporte Seneweb.
Le 23 mai dernier, une manifestation avait eu lieu dans la capitale pour réclamer la criminalisation de l’homosexualité dans le code pénal sénégalais. Une requête que le mouvement des droits de l’homme n’approuve pas : « Amnesty International s’oppose à cette initiative, totalement injustifiée, les actes contre-nature étant déjà très sévèrement punis par le code pénal sénégalais (article 319 cp). »

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.