Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 25 Mars 2022

1- Sommet de la Cédéao sur le Mali : Assimi Goïta, une absence qui fait parler

Les chefs d’État de la Cédéao se réunissent ce vendredi 25 mars à partir de 14hTU à Accra, au Ghana, pour un sommet extraordinaire consacré au Mali, mais sans le président Assimi Goïta. S’achemine-t-on vers un accord sur la durée de la prolongation de la transition ? Va-t-on connaître l’échéance des futures élections devant permettre le retour à l’ordre constitutionnel, et qui permettrait également une levée immédiate des sanctions de la Cédéao ? Jeudi 24 mars, la Cour de justice de l’Uemoa a demandé la suspension des sanctions prises depuis le 9 janvier dernier, en attendant de se prononcer sur le fond de leur légalité, du fait de leurs lourdes conséquences sur le pays. Des signaux qui laissent envisager une possible sortie de crise, après des mois de négociations entre la Cédéao et Bamako. Pour autant, le Président malien de transition a décidé de ne pas se rendre à Accra pour le sommet. Aucune justification officielle n’a été donnée par Bamako. Les plus complotistes y voient une sage mesure de précaution devant un piège tendu par les chefs d’État de la Cédéao, voire par la France au Président malien. (Avec RFI)

2- Burkina Faso : Détention de Roch Marc Christian Kaboré – Le MPP exige sa libération  » immédiate « 

Le BPN du MPP a annoncé la tenue prochaine d’une session ordinaire. Le Bureau politique national (BPN) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé une conférence de presse, le jeudi 24 mars 2022, pour exiger la libération  » immédiate  » et  » sans condition  » de l’ancien président, Roch Marc Christian Kaboré. Pour la toute première fois depuis le renversement du pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le 24 janvier dernier le Bureau politique national (BPN) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) s’est entretenu avec la presse dans la matinée du jeudi 24 mars 2022 à Ouagadougou. L’objectif principal de cette conférence de presse, selon le président du parti, Alassane Bala Sakandé, était d' » exiger  » la libération immédiate de l’ancien chef d’Etat  » détenu  » jusque-là par les militaires. (Avec allAfrica)

3- Éthiopie : Les rebelles du TPLF acceptent le cessez-le-feu

Quelques heures après la trêve humanitaire illimitée décrétée dans la région du Tigré par le gouvernement éthiopien, les rebelles du TPLF(front de libération du peuple du Tigré) ont immédiatement réagi : la paix, et non la guerre, a toujours été notre choix. Même en ce moment, la guerre n’est pas notre choix lit-t-on dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Le mouvement accepte ainsi de se plier à la décision gouvernementale. Selon Addis-Abeba, cette cessation des hostilités permettra d’acheminer l’aide humanitaire dont des milliers de personnes de la région du Tigré attendent depuis des mois. Le gouvernement a très souvent critiqué les rebelles du TPLF qui détournaient les camions d’aide au profit des armements dans cette guerre déclenchée en 2020 par l’attaque d’une base militaire fédérale dans le Tigré. Le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé cette trêve un jour après la visite de l’envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique, David Satterfield, qui a rencontré les autorités éthiopiennes. (Avec Africanews)

4- Togo : La Cour de justice de la Cédéao donne raison à l’opposant Agbéyomé Kodjo face à l’État

L’opposant avait porté plainte après son arrestation durant plusieurs jours en avril 2020, après la présidentielle contestée. Les juges ouest-africains ont dénoncé une arrestation et une détention arbitraires et estimé que l’État togolais avait aussi violé sa liberté d’expression. Lomé n’est condamné qu’à verser un franc symbolique, mais pour le camp d’Agbéyomé Kodjo, toujours poursuivi pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État », « diffusion de fausses informations » et « troubles aggravés à l’ordre public », l’essentiel n’est pas là. (Avec RFI)

5- Centrafrique : Le dialogue républicain pour ramener la paix et la sécurité se poursuit

En République centrafricaine se poursuit actuellement le dialogue républicain, promis de longue date par le président Touadéra et censé mettre un terme à la crise qui secoue le pays depuis maintenant plusieurs décennies. Un dialogue pour ramener la paix et la sécurité, mais qui se déroule sans les groupes armés, dont les principaux leaders sont exilés au Tchad, ni les poids lourds de l’opposition qui ont choisi de boycotter la rencontre. Après la phase de travail en commission, les débats en plénière se sont ouverts jeudi dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. (Avec allAfrica)

6- Guinée : Un ancien ministre et le médecin d’Alpha Condé placés sous contrôle judiciaire

M’Bemba Kaba, le médecin personnel d’Alpha Condé, et Ibrahima Kalil Kaba, l’ancien ministre des Affaires étrangères, ont été remis en liberté, ce jeudi 24 mars 2022, et placés sous contrôle judiciaire. Ces deux personnalités avaient été arrêtées en début de semaine par la gendarmerie, accusées d' » atteinte à la vie privée  » suite à la diffusion sur les réseaux sociaux, d’un audio enregistré à l’insu d’Alpha Condé, et dans lequel l’ancien président donne son point de vue sur les orientations de son parti. Finalement, ils ont été déférés devant le tribunal de première instance de Dixinn à Conakry, où les charges qui pesaient contre eux ont été requalifiées. (Avec RFI)

3- Forum Europe-Afrique : Un New Deal pour un business transformateur des économies

Au moment où le monde conjugue plusieurs changements, les dirigeants européens et africains pensent également à une nouvelle forme de partenariat bilatéral. Mais comment refonder, concrètement, un New Deal économique et financier qui prenne en compte les aspirations et urgences des deux continents ? Retour sur la séquence d’ouverture du Forum Europe–Afrique qui a réuni à Marseille le 17 mars un panel d’experts de haut niveau. L’Union européenne (UE) propose un nouveau partenariat au continent africain dans lequel Bruxelles prend plus d’engagements financiers avec notamment le Global Gateway (sa nouvelle stratégie d’appui au développement dans le monde) dont 50% des fonds -soit 150 milliards d’euros- seront exclusivement destinés aux projets et entreprises sur le continent africain, selon les promesses de la Commission de l’UE. Une réponse aux routes de la soie de la Chine. Si un certain scepticisme domine l’opinion africaine quant au New Deal proposé par l’Europe, le professeur Carlos Lopes, économiste et ancien secrétaire général de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique a souligné la nécessité de changer de paradigme. « Il faut sortir de la logique que ce sont toujours les aides qui vont résoudre les problèmes, ce sont plutôt des opportunités communes », a-t-il déclaré. (Avec La tribune)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.