Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 22 Mars 2022

1- Afrique : Émotion, «consternation» et hommages après le décès de Soumeylou Boubèye Maïga

La mort du détenu Soumeylou Boubèye Maïga, Premier ministre malien entre 2017 et 2019, à l’âge de 67 ans, suscite une vague d’émotion. Depuis l’annonce de sa disparition, les messages de condoléances et d’hommages se multiplient sur le continent. Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, exprime sa « tristesse » suite à cette disparition. Même émotion partagée par le président du Niger, Mohamed Bazoum, qui affiche sa « consternation » : la mort de Soumeylou Boubeye Maïga lui « rappelle celle du président Modibo Keïta en 1977. Je pensais que de tels assassinats relevaient d’une autre ère », écrit le chef de l’État nigérien sur son compte Twitter. « Triste et tragique », s’indigne le défenseur sénégalais des droits de l’homme, Alioune Tine. Avant d’ajouter : « On aurait pu éviter cette fin au Premier ministre avec cette chronique d’une mort annoncée. » En Côte d’Ivoire, « c’est avec une grande tristesse » que le président Alassane Ouattara a « appris le décès de » son « jeune frère ». Le chef de l’État ivoirien a adressé ses « condoléances les plus émues à sa famille et à ses proches »… (Avec RFI)

2- Afrique du Sud : Le président Ramaphosa appelle à lutter contre la xénophobie

En Afrique du Sud, lorsque le pays fait face à des difficultés économiques, le sentiment xénophobe ne tarde souvent pas à refaire surface. Dernière vague en date, depuis mi-janvier : plusieurs groupes de sud-africains ont manifesté leur mécontentement vis à vis de la présence d’immigrés clandestins. Face à ces tensions, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a tenu à envoyer un message fort de solidarité, lors de son discours annuel pour la journée des droits de l’homme dans le pays. En tant que pays fondé sur la tolérance, sur le respect, sur la diversité, et sur la non-discrimination, nous ne devons jamais nous laisser aller à s’en prendre aux personnes venues d’autres pays. Bien sûr, en ce moment, nous affronter le problème du chômage, mais ce problème ne doit jamais se traduire par une guerre contre ces personnes. Car lorsque nous prenons ce chemin, immédiatement, cela ravive l’esprit de la xénophobie. Alors oui, nous voulons que les gens soient en règle avec leurs papiers dans notre pays, nous voulons que les employeurs fassent bien attention, et emploient des personnes en règle. Mais il faut se souvenir que nous sommes un pays plein de diversité, et que nous venons d’endroits différents. Il faut donc que l’on fraternise tous, et que l’on travaille ensemble. (Avec RFI)

3- Zambie : L’ancien ministre de la Justice inculpé pour corruption

La Commission anti-corruption zambienne (ACC) a annoncé lundi l’arrestation de l’ex-ministre de la Justice Given Lubinda pour avoir détourné 539 000 dollars, dernière péripétie dans une série de poursuites engagées contre des cadres du précédent exécutif, battu lors des élections d’août 2021. Given Ludinda, 58 ans, est actuellement président par intérim du Front patriotique (PF), le principal parti d’opposition en Zambie. L’organisme anti-corruption a précisé que M. Lubinda avait « été accusé de cinq chefs d’accusation de possession de biens soupçonnés de résulter d’activités criminelles ». Il risque cinq ans de prison. (Avec Africanews)

4- Guinée : Début des assises nationales placées sous le signe « du pardon et de la vérité »

Ouverture, ce mardi 22 mars, des assises nationales en Guinée. Dénommées « journées de vérité et de pardon », ces activités devraient déboucher sur la réconciliation dans un pays marqué un coup d’Etat, le 5 septembre dernier. La junte militaire au pouvoir en Guinée mise sur « la réconciliation » nationale. Ce pari s’explique par l’organisation des assises nationales ouvertes ce mardi 22 mars. Initiées par le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, ces rencontres constituent un premier pas vers la mise en place d’un « nouveau cadre institutionnel » dans le pays. Elles vont réunir les acteurs de la société civile, les représentants religieux et les acteurs politiques. Ces assises devraient reprendre les recommandations du rapport publié, en 2016, par la Commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale. Ces assises serviront aussi de cadre pour la mise en place d’une « commission vérité, justice et réconciliation ». (Avec Afrik.com)

5- Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo en opération séduction auprès des Ébriés

Neuf mois après son retour à Abidjan, Laurent Gbagbo a assisté à une cérémonie d’hommage rendu par le peuple de la ville. L’occasion de prononcer un discours dans lequel certains ont senti des relents ethnicistes. Après quelque dix années d’incarcération à la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo n’est semble-t-il pas à neuf mois près. Initialement prévu pour le 17 juin 2021, date du retour de l’ancien président en Côte d’Ivoire, l’hommage des Ébriés a finalement eu lieu le 19 mars à Songon. Pour l’occasion, un tapis rouge a été déroulé pour l’ex-chef d’État. Tous les villages ébriés du district d’Abidjan étaient représentés, des chefs religieux et quelques politiques également. Les principaux leaders du Parti des peuples africains (PPA-CI) et des représentants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA), tels que Noël Akossi-Bendjo et Éric N’Koumo Mobio étaient de la fête. (Avec Jeune Afrique)

6- Mali : Ramadan et sanctions de la CEDEAO, les prix des denrées, premier défi du gouvernement de la transition

cela fait exactement 2 mois et 12jours que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont imposé des sanctions économiques et financières contre le Mali. Pour ne pas subir les affres des sanctions pendant ce mois béni les autorités Maliennes cherchent par tous les voies et moyens pour satisfaire la demande de plus en plus forte.  Pour rappel l’une des conséquences de ces sanctions est le ralentissement des activités, entrainant du coup la baisse du pouvoir d’achat. Les autorités ont-elles les reins solides financièrement pour atténuer la souffrance du peuple ? Quelle attitude le peuple doit-il adopter pour surmonter ces obstacles. Ainsi, pour pallier le déficit de denrées de première nécessité les autorités se sont tournées vers son voisin la Mauritanie. Désormais, la frontière mauritanienne est nouée pour faciliter l’entrée des produits au Mali. Pour rappel, à cause de l’embargo, cette année, le coton malien a été exporté via la Mauritanie. Tout porte à croire que les autorités travaillent, d’arrachepied pour permettre au peuple malien de ne pas trop sentir les effets de ces sanctions. (Avec maliactu.net)

7- Algérie : Trois militaires tués à la frontière avec le Mali

Le ministère de la Défense a annoncé dans un communiqué que trois militaires algériens avaient été tués dimanche 20 mars près de Timiaouine, dans le département de Borj Badji Mokhtar près de la frontière malienne, lors de combats contre des terroristes. Selon Alger, les militaires affrontaient « des groupes terroristes en provenance du Mali ». « Des jihadistes » qui, précisent les autorités, cherchent à déstabiliser l’Algérie en frappant la 6ème division militaire située à 2 500 km au sud de la capitale. Le ministère algérien de la Défense ne donne pas plus de précisions sur la nature du groupe armé à l’origine de l’attaque. Mais certains observateurs y voient la main d’Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique, renforcée par d’anciens membres du GIA algérien qui avaient fui pour le Mali à partir des années 2000, les deux mouvances ayant des intérêts communs, indique Zoheir Bouamama, professeur de science politique à l’université d’Alger. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.