Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 21 Mars 2022

1- Mali : La Cédéao repart sans accord sur la durée de transition

En mission au Mali pour déterminer une durée de transition et une date pour les élections, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, médiateur de la Cédéao a quitté le pays sans accord ce dimanche. Après deux jours à Bamako la capitale, les discussions entre la junte malienne au pouvoir et la délégation de la communauté économique des états d’Afrique de l’ouest en vue d’un retour d’un pouvoir civil au Mali n’ont pas abouti. Le gouvernement militaire malien, installé à la tête du pays depuis le coup d’état d’août 2020 et intronisé après le deuxième putsch en mai 2021, affirme avoir déterminé un délai de 36 mois pour la transition, hors cette proposition a été fermement refusée par le médiateur ouest africain. Selon un communiqué publié dimanche soir, le colonel Assimi Goïta dit avoir proposé un délai de 29 mois ramené ensuite à 24 mois de transition. La délégation n’a pas accepté cette nouvelle proposition. (Avec Africanews)

2- Burkina Faso : Attaque meurtrière contre l’armée

Les forces armées burkinabé ont été endeuillées dimanche, par une attaque perpétrée dans la région Est, par des hommes armés dont l’identité reste inconnue. Dimanche macabre dans les rangs de l’armée du Burkina Faso, où une unité militaire engagée dans une opération de sécurisation a été attaquée par des hommes armés non identifiés. L’assaut, qui a coûté la vie à treize militaires et fait au moins 8 blessés chez les soldats, a eu lieu dans la localité de Natiaboani, dans la région de l’Est de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Selon une annonce faite, ce lundi 21 mars 2022, par l’armée burkinabè, dans un communiqué, « l’unité, dans sa riposte, a réussi à se dégager de l’embuscade en neutralisant plusieurs des assaillants. (Avec Afrik.com)

3- Sahara Occidental : Le Conseil de la Nation s’étonne du revirement de la position de l’Espagne

Le Conseil de la Nation à exprimé dimanche son étonnement quant au revirement de la position de l’Espagne sur la question du Sahara Occidental, qualifiant de « douteux » l’alignement du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, sur les thèses marocaines. « Le Bureau du Conseil de la Nation, présidé par M. Salah Goudjil, président du Conseil de la Nation, tient à exprimer son étonnement devant la surprenante déviation enregistrée dans la position de l’Espagne envers la juste cause sahraouie et le soutien douteux dont elle a fait montre envers un processus de colonisation condamné par la charte et la légalité internationales, ce qui constitue une dérive et une prise de partie inacceptable contre une cause considérée par les Nations Unies comme étant celle de la dernière colonie en Afrique reconnaissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination », indique un communiqué du Conseil de la Nation. (Avec Algerie Presse Service)

4- Centrafrique : L’opposition annonce qu’elle boycotte le dialogue républicain

Le dialogue républicain promis depuis un an et demi par le président Touadéra doit débuter lundi matin. Mais l’ensemble des partis d’opposition qui avaient pourtant participé jusqu’ici aux préparatifs viennent d’annoncer qu’ils boycottent finalement la rencontre au motif que leurs exigences ne sont pas satisfaites. Le dialogue se fera donc sans l’opposition. Son porte-parole, Me Nicolas Tiangaye, dit avoir tenté jusqu’au bout de faire inscrire les véritables problèmes à l’ordre du jour. À savoir, selon lui, la nécessaire participation des groupes armés. « Les groupes armés sont les protagonistes de la crise et on ne peut pas régler la crise en excluant ces protagonistes », affirme-t-il. (Avec RFI)

5- Guinée : Mamadi Doumbouya prévoit-il une présidentielle en 2025 ?

Selon un document non authentifié qui pourrait émaner de la junte au pouvoir, celle-ci voudrait prolonger la transition de plus de trois ans. D’où vient le document qui circule sur les réseaux sociaux guinéens ? Qui pourrait avoir intérêt à le diffuser ? Depuis quelques jours, un « chronogramme de la transition » est détaillé dans huit pages datées du 3 février 2022. Encore non authentifié, il pourrait, selon nos informations, émaner des autorités guinéennes. Si ce chronogramme est bien le fruit du travail du Comité national du rassemblement pour la démocratie (CNRD), ce serait la première fois qu’un délai de transition serait communiqué. Selon ce qui est indiqué sur le document, le texte est destiné à une « diffusion restreinte ». Outre Mamadi Doumbouya lui-même, ses destinataires sont tous des proches du président de la transition : le chef du Conseil national de transition (CNT), Dansa Kourouma, le chef d’état-major des armées, Sidiba Koulibaly, le ministre secrétaire général de la présidence Amara Camara, le ministre de la Défense nationale, Idi Amin, et le haut commandant de la gendarmerie, Balla Samoura. (Avec Jeune Afrique)

6- Algérie : Le Mouvement de Libération du Sud algérien mène une guerre d’indépendance dans le sud

Le Mouvement de Libération du Sud algérien déclare avoir mené une opération militaire sur une position de l’armée colonisatrice et occupante algérienne près de Timayawene (Timiaouine), une localité frontalière avec l’Azawad. Un bilan provisoire fait état de 11 militaires algériens tués et plusieurs blessés, selon des sources locales. Dans un communiqué, le Mouvement informe l’opinion publique algérienne qu’il multipliera ses opérations militaires contre le système jacobin et criminel instauré en 1962 par des traîtres métis franco-algériens au détriment des vrais révolutionnaires de la lutte d’émancipation du peuple d’Algérie.
Et ce, jusqu’à la libération totale des territoires sahariens du Sud de l’Algérie et la restauration de l’autonomie d’atan de ces confédérations. Le système policier algérien, croyant nous maintenir dans l’ignorance et nous réprimer par la militarisation de notre espace et la fermeture des frontières d’avec nos frères et voisins contribuera à son effondrement.
Le noble combat d’émancipation des populations sahariennes vient de commencer, selon la même source (le 20 Mars 2022). (Avec Sahel Intelligence)

7- Afrique du Sud : Grave pollution sur la rivière Vaal qui alimente le Gauteng en eau potable

La province du Gauteng, la plus urbanisée d’Afrique du Sud, est parcourue par le Vaal, une rivière dont la pollution dépasse les normes. En cause, les eaux usées qui se déversent directement dans la rivière faute de stations d’épuration suffisantes ou en bon état. Une menace pour l’environnement et les populations.  C’est une écume grasse, des algues vertes, et une odeur d’égoût très désagréable. « Voilà, on le sent bien là. C’est horrible. » montre Darrel Robson depuis sa voiture. Cet ingénieur à la retraite vit sur les bords du barrage. Darrel veut nous montrer les eaux usées qui débordent dans les champs alentours : « Regarde ! Ça s’écoule par-ici en passant sous la route. »Cette pollution est une menace pour les écosystèmes, les élevages, mais aussi pour la population. Quelque 19 millions de personnes dépendent de ce cours d’eau qui fournit l’eau potable de toute la province du Gauteng – qui comprend les villes de Johannesburg et de Pretoria-, à partir du barrage du Vaal au Sud de Johannesburg. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.