Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 18 Mars 2022

1- Centrafrique : Les élections locales n’auront finalement pas lieu le 11 septembre

Faute de moyens financiers, les élections locales prévues le 11 septembre prochain n’auront finalement pas lieu à cette date, a annoncé le président de l’Agence nationale des élections (ANE). Les fonds alloués par l’État et ceux promis par les bailleurs pour l’organisation du scrutin n’ont pas encore été décaissés. Après plus de 33 années d’attente, les Centrafricains doivent encore patienter avant d’élire leurs maires. Les dernières élections locales dans le pays remontent à 1988. Depuis, les communes sont dirigées par des chefs de délégations spéciales nommés par décret présidentiel. ‘Avec RFI)

2- Guinée Bissau : Le président revient sur la tentative de coup d’État

Il y a quelques semaines, la Guinée-Bissau a été secouée par une tentative de coup d’Etat, au cours de laquelle 12 personnes sont mortes. Lors de l’ouverture de l’année judiciaire, le président Umaru Embaló Sissoco, en a profité pour demander que les enquêtes sur cette tentative de coup d’État se poursuivent et que les auteurs soient traduits en justice. « Ils voulaient provoquer le chaos et condamner ainsi la Guinée-Bissau à un nouveau cycle d’instabilité politique et de destruction des espoirs de développement qui ont été patiemment restaurés au cours des deux dernières années. L’État bissau-guinéen est debout. Le président de la République, qui a été élu librement et démocratiquement par le peuple bissau-guinéen, reste fermement dans sa fonction de Président », a déclaré le chef de l’Etat. (Avec Africanews)

3- Kenya : Le silence des autorités après la mort de soldat de l’Amisom fait polémique

Une controverse est née au Kenya, cette semaine, en raison du silence des autorités sur la mort de soldats de la mission de l’Union africaine en Somalie, dans une attaque. Il se trouve que le frère de l’un des soldats tués est un ancien candidat à l’élection présidentielle qui a publiquement déploré l’absence de commentaire ou d’hommage de la part du gouvernement. « Je suis sous le choc et en deuil », pouvait-on lire ce mardi sur le compte Twitter du professeur James Ole Kiyiapi. Cet ancien haut fonctionnaire kenyan, candidat à l’élection présidentielle de 2013, déplorait alors la mort en Somalie de son « jeune frère Johnson Olemoi Kiyiapi ». Et il en profitait pour déplorer le silence des autorités sur son sort, ainsi que celui de ses camarades casques verts. « Ils meurent incognito », concluait-il, puisqu’à ce jour seule la presse a fait état de l’attaque dans laquelle il a été tué. (Avec RFI)

4- Burkina Faso : La CEDEAO prête à accompagner la transition de trois ans

Une délégation de la CEDEAO, arrivée jeudi, à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, a rencontré, le Président de la transition, Paul-Henri Sandaogo Damiba pour l’écouter et voir dans quelle mesure l’institution régionale pourrait accompagner son régime. Il s’agit de la première rencontre que les deux parties ont depuis la validation de la Charte de la transition. Depuis la validation, le 1er mars dernier, de la Charte de la Transition qui octroie généreusement trois ans au lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et son équipe à la tête du Burkina Faso, la réaction de la CEDEAO était fortement attendue. Si l’institution régionale n’a pas officiellement pris position sur la durée de transition que se sont adjugée les lieutenants-colonels au pouvoir au pays des hommes intègres, elle n’a toutefois pas rompu le dialogue avec les nouvelles autorités de Ouagadougou. Le dialogue, c’est bien pour cela qu’une délégation conduite par la ministre ghanéenne des Affaires étrangères, Shirley Ayorkor Botchway, a foulé, ce jeudi 17 mars, le sol burkinabè. (Avec Afrik.com)

5- Guinée : Le FNDC veut accompagner les victimes du régime d’Alpha Condé dans leur quête de justice

En Guinée, six mois après le coup d’Etat qui a fait chuter Alpha Condé, le Front national pour la défense de la Constitution a décidé de porter la voix des victimes de l’ancien régime. Une première rencontre avait lieu au siège de l’organisation hier jeudi 17 mars. La salle de réunion suffit à peine à contenir la vingtaine de personnes qui ont répondu à l’appel du FNDC. Parmi elles, il y a un père qui n’a jamais pu faire son deuil. « J’ai perdu mon garçon… On a tiré ici, au coeur. Il est tombé, c’est comme ça que ça s’est passé, en 2013... », raconte t-il. C’était après une manifestation à Conakry. Avec la chute d’Alpha Condé, le besoin de justice a pu enfin se manifester au grand jour. (Avec RFI)

6- Algérie : L’administration Tebboune sucre les profits de Cevital

L’interdiction d’exportation du sucre, et bientôt sa possible pénalisation, pourrait porter un coup rude à Cevital, première entreprise privée du pays. Le 13 mars dernier, la présidence de la République algérienne a indiqué avoir interdit l’exportation de produits alimentaires de grande consommation transformés localement avec des matières premières importées. Cela concerne aussi bien le blé et ses dérivés, dont deux des principaux exportateurs mondiaux, Russie et Ukraine, sont en guerre, que l’huile ou le sucre que le pays produit plus (près de 3 millions de tonnes) qu’il ne consomme (entre 1,5 et 2 millions de tonnes). (Avec Jeune Afrique)

7- Crise CEDEAO-MALI : Macky Sall prône une solution négociée

Le président sénégalais, Macky Sall, s’est entretenu avec le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, ce jeudi 17 mars 2022. Après cet entretien, il a déclaré, sur sa page twitter, soutenir la reprise du dialogue pour une solution négociée.  Le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a annoncé, ce jeudi 17 mars 2022, avoir eu un entretien avec le président de la transition du Mali, le Colonel Assimi Goita. Dans une publication sur Twitter, le chef de l’État précise avoir câblé le chef de la Transition malienne alors que le médiateur de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Goodluck Jonathan, est attendu à Bamako. « À la veille de la visite à Bamako du médiateur de la CEDEAO, je me suis entretenu, ce jour avec le Colonel Assimi Goita, président de la Transition du Mali. Je soutiens la reprise du dialogue pour une solution négociée de la crise au Mali », a écrit le président Macky Sall. Le médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, va entamer une nouvelle visite à Bamako. L’ancien président du Nigeria tente, une nouvelle fois, d’obtenir des autorités maliennes de la Transition une date et un chronogramme consensuels des élections. (Avec maliactu.net)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.